« Littératures du monde musulman » : a posteriori

Enfin je commence à voir ce que j’ai proposé en cours, avec « Littératures du monde musulman » ; il a fallu tout le parcours pour en entendre les premières résonances, soit : contextualisation suffisante permettant appréciation de valeur.

Les préjugés, assumptions, qui deviennent visibles. (Les félicités aussi, nota.) Le centre de gravité vers le persan, la centralité automatique, pour autant, du cadre arabe (aucune place pratiquement pour le Maghreb non arabe, auquel les étudiants de Paris 8 répondent souvent si chaudement), la bêtise de l’idée de donner à lire des textes aptes à étonner les assumptions (ghazals des tavernes, Abou Nowas scabreux) – grossièreté du calcul des assumptions attendues -. M’entendant également cette semaine finir le dessin d’une trajectoire historique du « monde musulman » avec comme épisodes notables, faisant les join-the-dots connections, Al Qaeda, Daesh, et les Printemps arabes. Dire que c’est le récit rendu nécessaire par, dans, la dominante idéologique occidentale. Quelle histoire on présente, quelle histoire est à connaître, et alors à travailler.

Tiens, on pourrait mettre Les Soleils des indépendances de Kourouma. Et de la littérature de l’Islam diasporique, contemporaine, il faudrait identifier des textes, peut-être hors  « littérature ».

 

« Making Muslim Space », indeed.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search