Mondialités islamiques : corpus

Sur les « Mondialités islamiques », il faudra que ça ouvre sur un corpus, pour l’étude. Comme les « Problèmes d’histoire littéraire indienne » ont débouché, avec étonnement, sur Ambedkar pour la poétique du peuple. Sur l’islam, la période nécessaire d’immersion textuelle et problématique s’annonce longue et prenante. Je pense toujours, à partir du modèle indien d’ailleurs, à la littérature réformiste. Qui doit, par sa place même, négocier, inventer, des passages. Transformations de peuple, s’agissant de colonialité. Ici la dimension religieuse nécessaire, toujours à situer. Pour l’histoire indienne toute une littérature historienne et critique avait préparé balisé le terrain d’une histoire politique des religions (valeurs et usages politiques, épistémologiques, culturels dans les lutte).

Il y a aussi toute la zone du passage dans La Décennie, avec la Révolution iranienne, venue en longue maturation régionale de 1967, et la dislocation de la configuration panarabiste, nationaliste, afro-asiatique. Génération, devenir, après Abdel-Malek – pour le prendre comme jalon.

Assurer la prise sur le religieux comme jeu de langage, faisceau de jeux dans les discours. Assuming religion. Au nom de. Usage de. … *


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.