Catégorie : journal

0

L’ironie nationale – Anne-Marie Thiesse affect historiographique

Il y a une joie de l’ironie dans La Construction des identités nationales, contagieuse et roborative donc. Le ton entier du volume, si fresque, dans la largeur comparative de vues – inter-nationale, et d’un art à l’autre, tendu par le paradoxe de la modernité antiquisante. L’Etat nationalisant. Cette humeur a bonne persévérance. Elle permet aussi des pirouettes – affirmations, trop délicieuses pour être mises en question, et pourquoi les hésitations puisque l’érudition est toujours si sûre et complète et assurée,...

0

Humanités – surprisingly, somehow

La question c’est : qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se désarticule et se délégitimise, exactement, dans les recompositions innovations tables rases modernisations réformes qui sont notre histoire contemporaine ? « Ma » génération. (Je me dis. Pour essayer de faire sens de quelque chose dans un parcours que je ne veux pas assumer à titre individuel.) Surprise, de me retrouver, un peu en grisaille, après la glorieuse succession des figures de l’étranger – ma légende professionnelle depuis le comparatisme,...

0

Intelligence roborative d’Anne-Marie Thiesse

Enfin réparant une vieille lacune, je lis : La Création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle. En me disposant pour la lecture de L’écrivain national, paru en 2019. Livre pétillant. Éclairant avec puissance. La largeur du traitement, toutes les dimensions de l’Europe, traitement « cosmopolitique du national » et comparatisme des constructions nationales et des indépendances plus ou moins précoces ou longuement contrariées. Le matelas théorique, et la sûreté idéologique, qu’on sent derrière chacun des apports, cas d’étude après cas d’étude....

0

Dominé

La position dominée est intéressante – position critique, perpective déterminée par structure, qui donne à voir exactement la parallaxe manquante aux yeux du pouvoir. On sait un peu quelles productions historiques et sociologiques elle a généré ne serait-ce que dans l’histoire de l’Europe moderne. Je pense au cas structurel des intellectuels juifs. Qui est, pour les séquences héroïques qu’on a pu voir dans l’historiographie, un cas de succès remarquable. Elle est aussi épuisante, et la faiblesse affaiblissante. Minima moralia, c’est...

0

Je n’y comprends rien

Il faut aussi refonder le point de savoir, de temps en temps sans doute, dans une véracité remise au net, déposant son réseau d’assurance tissée par les discours longuement construits, les repères encore actifs, les prises encore convaincantes, termes critiques in currency. Et réévaluer : je n’y comprends rien, « fraud » (dit JJL lui-même), et pour cause : on est situé, peut-être « comme intellectuel », dans une zone d’idéalisme qui est une zone sociale, de marginalité plus ou...

0

Barthes sur Michelet

Oui ce rappel, Michelet premier terrain de Barthes, dès le sanatorium comme cursus. Opération Barthes sur Michelet ! Corps, fantasme, opération de lecture, dénégation de l’histoire pour construire la figure de l’Histoire, etc. Et finalement aboutir à un sens très sculpté très recrypté de Michelet historien-écriture-corps comme « une immense anthropologie » (Leçon p. 44 – où « immense » dévalue et réévalue et minorise-individualise-subjectivise « anthropologie », détourne la « science » au profit d’un enjeu du « désir...

0

Barthes : Mythologies et légendologie

Mais donc voir tout le champ de comparaison ouvert à la vue, entre les mythologies de Barthes et la légendologie de Saussure. Bien des enjeux du langage ici, fort terrain, et bien des éclairages sur la critique. La critique du langage, et la critique du langage – comme dirait Barthes lui-même, du au double génitif, objet et sujet de. En modalité de l’ethnologie proprement dite, Barthes évoque Michelet, comme l’appel à la mise en jeu de l’Histoire mais comme l’écriture...

0

Barthes sur la langue donc le pouvoir

Extraordinaire expérience, attendue mais dans ces dimensions ?!, de la relecture de la Leçon de Barthes, donnée en 1977. Crâne ! Tout tournant autour d’un thème du rapport entre langue, ou langage, ou discours, ou sémiologie (les flottements sont parfois reconnus et tracés, comme des propositions provocantes – « Je crois en effet aujourd’hui que, sous la pertinence qui est ici choisie, langue et discours sont indivis, car ils glissent selon le même axe de pouvoir », p. 30 –...

0

Questions au politisme – limites

Par exemple, donc, dans les coulisses et les bords et les concurrents de l’Etat. « Démocratie »…, partis, classes, palais, clientèle, régions et marches, pouvoirs locaux, …, plus surdéterminations géopolitiques (peu envisagées dans le détail dans ce Bozarslan). Limites de la politique, et du politique même, zoon politikon. Limiter le politique : c’est un projet politique historiquement reconnaissable (modèle du libéralisme), et un type de projet critique disponible pour l’analyse des sociétés. Avec d’autres, et divers, horizons idéologiques.

0

Sociologie politique du Moyen-Orient : pour de compléter

Lecture continue de Hamit Bozarslan (qui a travaillé sur l’histoire contemporain kurde), 2011. Evidence lumineusement démontrée : les apprentissages critiques quand on se met à étudier l’histoire politique, et les configurations historiques du pouvoir, hors des corpus européens où ces disciplines et leurs concepts et catégories ont développé leurs réflexes contextuels. Tout ce que ça décomplète, et alors tout ce que ça l’illumine et réhistoricise. Ce que c’est qu’un État, pour commencer. Et ce qui relève, ou non, du politique...

0

Nouveaux médias : le carrefour à valeurs ouvert

Il faut savoir comment évaluer la puissance d’un système culturel – on peut glorifier, et s’émerveiller, de nouveaux médias ; tout autant que prendre acte douloureusement des pertes de valeurs sociales rayonnant depuis des formes en déclin (la littérature, les études littéraires, les sciences humaines, les cultures humanistiques très globalement : modernité culturelle, formes culturelles de la modernité, s’agissant de l’Europe au moins) : mais tout est ouvert quant à l’analyse et un diagnostic de ces évaluations. Comme le suggère...

0

Emic, etic, et une linguistique de l’anthropologique

J’avais oublié ça : que le couple emic – etic en anthropologie, et de là en sciences sociales, outre l’anglicisme, provient de la linguistique. Américaine, années 40 ou 50 je crois, Pike ?, mais en tout cas sur la base de phonémique / phonétique. Qui relève donc plus de l’épistémologie que de l’axiologique, morale de l’observateur. Intéressant de retrouver une généalogie linguistique dans ces sondages de conscience des sciences sociales. Voir leurs circulations dans leur milieu francophone aussi. Ici Hamit...

0

Confessions – sujets universitaires, leurs différences

Question : comment me situer devant une personnalité comme celle de Nasser Fakouhi, rencontré hier grâce à l’entremise de CH.  Pour un rapide profil et sans doute bien écorné sur le plan des subtiles synergies entre pratique-et-position de pouvoir et talent rhétoriques : page wiki. Tristesse des forces, sociale, professionnelle, intellectuelle, limitées, devant de tels exemples éclatants. Bonheur par contre évident de rencontrer, côtoyer, bénéficier d’une observation de, ces forces au plus musclé et sanguin – par l’exercice souvent très...

0

Écrire sur Saussure : pouvoir et travail

Entièrement personnel, et oui pourtant relevant de la recherche, ou conditions de pratique scientifique actuelle, note biographique sur le livre en chantier sur Saussure et le peuple : j’ai enfin – ces efforts et le temps investi dans ces efforts sont hallucinants – sorti le manuscrit de la zone du fantasme, avec une introduction en passe de se stabiliser, et le début du déroulé qui me permet de revenir au contact lecteur à l’oeuvre dans sa poétique. Le fantasme :...