Catégorie : journal

0

Montaigne, essais

Montaigne sweet. And literate. Surprises, dépaysement, dans un texte très pays, monde textuel très caractérisé. (Sans doute pour une large partie par la perte de contexte, lecture ignorante à ces siècles de distance, qui sont des cumuls de lectures de Montaigne.) Cumul, couche, qui résonne pour moi naturellement, Woolf, avec cet étrange passage de langue entre les deux.

0

Agenda – pragmatiques : inclure Gellner

Pour une étude des pragmatiques, très vaguement programmée comme très loin hors de portée – la réalisation des projets étant si différente des déroulements imaginés : inclure peut-être Gellner, Thought and Change, 1964, publié à Chicago. Qui implique nationalisme (culture et cultures), utilitarisme, kantisme, et méthodologiquement,  islamisme – idéologies politiques, formes collectives de consciences nouvelles. Marqué de la « modernité » européenne. Devant industrialisation, urbanisation, inscription généralisée, les conditions pour une histoire sociale qui se configure en masses (et non plus...

0

Savoirs dans l’histoire : complexité (Egypte)

Trouble augmenté, dans mes incertitudes pratiques de la vie scientifique, avec un apport tel que l’étude d’Alain Roussillon sur « Intellectuels en crise dans l’Egypte contemporaine » (dans Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Kepel et Richard eds.). Tableau qui sociologise profondément, impliquant une géopolitique des savoirs un peu autrement articulée que celle générée par les dénonciations postcoloniales des orientalismes (US aid, entre autres, et programmes de recherche lancés et financés sur place). Qui doit, selon la carte de ses...

0

Savoir dans l’histoire – now

Is this correct ? Plus je socialise, historicise, les conditions du savoir, plus je suis incertaine de mes propres bases matérielles et idéologiques. Devenues fluctuante, c’est bon pour la liberté et mauvais pour la gravité nécessaire pur que les pieds touchent bien par terre, sur du terrain. Foulent bien une matière du monde social, y agisse. Mise en doute crucialement de l’agir universitaire, pédagogique, scientifique. Qu’est-ce qu’un étudiant ? Une université ? Une pratique de savoir ? La dimension de...

0

Modernité de la culture : observer et participer

Je comprends mieux, enfin, le positionnement de réflexion où travaille à se mettre Anna-Louise M, depuis 75 à ses seminaires de traduction avec les migrants et ses initiatives universitaires. Un travail de, habitat de, l’interface, et une attitude d’observation et participation (c’est l’ambiguïté difficile conceptuellement de la modernité, à la G. Stein) à l’invention du devenir social, culturel, politique, de l’espace de l’interface et au-delà vers les hinterlands plus profonds plus centraux. Position de l’ethnographe : interface de la traduction,...

0

Énoncé, énonciation – discours sur/de l’Islam

Terribles langues de bois, charge idéologique qui caparassone le discours, murs de discours. Que faire avec ça. Comment. La tâche est d’apprendre à lire ces discours : qu’ils soient communiqués d’Al-Qaida (lecture à venir, anthologie Kepel et al), déclarations islamistes de toutes facettes, mais en miroir jeu de langage des faucons occidentaux, pouvoir israélien, sociologies d’Etat sur les radicalisations, etc. C’est : lire les énonciations dans les énoncés. Les moyens nécessaires pour ça sont chers – histoires discursives serrées, d’autant...

0

Discours et pratique sociale : islamismes

Les langues de bois idéologiques, ou même les discours simplement fermés (que faire des déclarations produites dans les entretiens, impressionnants pourtant, de F Khosrokhavar auprès des « islamistes » (interpellés tels) en prison ?) : et, en face, l’articulatin utile rappelée par NC dans Kepel et Richard, Intellectuels et militants, entre discours tenu et pratiques sociales – case in point, les femmes islamistes de Turquie dans les années 1980. Ce ne sont pas des contradictions. La lecture commence quand on...

0

Savoirs islamistes – Kepel Richard 1990

Intellectuels et militants de l’Islam contemporain. Très bonne généalogie pédagogique, jalons pour l’apparition de cette nouvelle figure ou classe intellectuelle des années 1980 en pays musulman, Égypte ici paradigme – en contraste avec l’Iran mais aussi le Maghreb. Question qui se dégage : il s’agit bien de savoirs (tels que… à voir justement), et bien situés en position et intention critiques. Savoirs « indigènes », par le bas, anti-autoritaires, contestataires, forts d’une self-consciousness pragmatique (car il s’adresse au prince et...

0

Désagrégation du tiers-monde

L’article de Thomas Brisson sur Abdel-Malek Altas et Chatterjee avec les conférences de l’UNESCO cherche à articuler la fin du tiers-mondisme autour de ces trois « trajectoires divergentes », en montrant la ramification des cheminements dans la multiplicité des contextes. L’histoire en apparaît en creux, elle est à rapiécer. L’article laisse l’hésitation ouverte sur la perte dans divers sables. La Brèche, texte de Morin dans Vingt ans après, retourne à cette question ou y intersecte, alors qu’il s’agit de donner...

0

« Nouveaux intellectuels islamistes », Roy

Les savoirs subalternes, acquis en autodidacte et dans la vulgarisation, fragmentaires, sans « universel » cognitif, hors institution de savoir, contre-institutionnel (ni les universités occidentales, ni les madrasas d’oulémas compromis dans les régimes d’Etat en jahaliyya). Mémorisation, de l’hétérogène. De la part de « lettrés » « éduqués » du secondaire et non plus du supérieur, théorie de la lumpenisation, pour Roy. Lumpen et subalterne, pas facile à articuler. Peuples troubles et trans, souvent idéologiquement équivoques. Ces caractères marqués dans...

0

Islamisme : morale et politique, cas

Propositions toujours pénétrantes de Roy. Et d’ailleurs alors quelle dimension exactement pour le religieux ? La question peut se poser pour le culturel aussi mais les réponses sont déjà intégrées dans l’analyse du Roy. Umma contre segmentations (ethniques…) mais aussi contre nations et effets du Pharaon ; rejet des traditions populaires et localismes, particularismes. (Est-ce que ça rapporte le religieux au moral, plutôt alors qu’au culturel ?) Ethique et politique donc : cette immense formation idéologique (champ d’oppositions, échiquier des...

0

Les problèmes louches – start here

. apolitisme – désengagement, indifférence, inertie, mauvaise volonté, cynisme, irresponsabilité, ignorance . les mauvais peuples – organisation des égoïsmes, des pouvoirs, des exclusions, des inégalitarismes, des « fanatismes », des violences. . les pratiques de la corruption, de la criminalité organisée. Leurs socialités, leurs pratiques, leur socialité. Éventuellement leur légitimité en résistance, étant interpellés comme tels, cf criminal castes and tribes in the Raj. . les mauvais discours – contre une poétique toute en émancipationnisme et révolution, l’attention (avec Foucault et...

0

Inertie politique – Castoriadis sur 1968

Un de ces points de pénétration les plus rentrés, sous le nez, sous les pieds, sur le politisme (ou la « mystification », drôle de revoir passer cette notion, datée avec précision, dans l’analyse de Castoriadis dans La Brèche). Qu’est-ce que peut bien signifier « inertie politique », avec son sous-entendu dénonciateur ? Ici, une analyse de l’état du système en « capitalisme moderne » – qu’en est-il ici de la catégorie systémique attendue de l’activité citoyenne ? Et, du...

0

Intellectuels islamistes – sociologie, et politique des savoirs

Très important : Intellectuels et militants (Kepel et al. dir.) des islamismes, à partir des 50s aux 80s. Puis tournant, dont libéralisation et désétatisation, FMI, arabisation, et surpopulation universitaire – à partir des 70s les profils islamistes changent, moins occidentalisés et moins formés. Savoir et islamismes. Cadres, urbain. Savoir comme structure de classe (ici, rapport à l’Etat et au fonctionnariat, à la politique d’étatisation post-indépendances, soit avant les libéralisations des 70-80s en effet. Savoir comme profil politique (projet révolutionnaire islamique,...