Archive du mois : septembre 2018

0

Lectures, Iran

Meanwhile : Khosrokhavar sur l’Iran, depuis 1979 et ses amonts, puis scrupuleusement dans le cours des 1990s et 2000s, toutes facettes, toutes recombinaisons, Un sociologue (2015) et Nicolas Bouvier qui vient de quitter Tabriz pour rejoindre Téhéran, L’Usage du monde au temps de Mossadegh. Pratiques étonnamment historiques du voyage : peut-on avoir cette individualité-là, suisse, aujourd’hui ?

0

Montaigne, essais

Montaigne sweet. And literate. Surprises, dépaysement, dans un texte très pays, monde textuel très caractérisé. (Sans doute pour une large partie par la perte de contexte, lecture ignorante à ces siècles de distance, qui sont des cumuls de lectures de Montaigne.) Cumul, couche, qui résonne pour moi naturellement, Woolf, avec cet étrange passage de langue entre les deux.

0

Agenda – pragmatiques : inclure Gellner

Pour une étude des pragmatiques, très vaguement programmée comme très loin hors de portée – la réalisation des projets étant si différente des déroulements imaginés : inclure peut-être Gellner, Thought and Change, 1964, publié à Chicago. Qui implique nationalisme (culture et cultures), utilitarisme, kantisme, et méthodologiquement,  islamisme – idéologies politiques, formes collectives de consciences nouvelles. Marqué de la « modernité » européenne. Devant industrialisation, urbanisation, inscription généralisée, les conditions pour une histoire sociale qui se configure en masses (et non plus...

0

Savoirs dans l’histoire : complexité (Egypte)

Trouble augmenté, dans mes incertitudes pratiques de la vie scientifique, avec un apport tel que l’étude d’Alain Roussillon sur « Intellectuels en crise dans l’Egypte contemporaine » (dans Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Kepel et Richard eds.). Tableau qui sociologise profondément, impliquant une géopolitique des savoirs un peu autrement articulée que celle générée par les dénonciations postcoloniales des orientalismes (US aid, entre autres, et programmes de recherche lancés et financés sur place). Qui doit, selon la carte de ses...

0

Savoir dans l’histoire – now

Is this correct ? Plus je socialise, historicise, les conditions du savoir, plus je suis incertaine de mes propres bases matérielles et idéologiques. Devenues fluctuante, c’est bon pour la liberté et mauvais pour la gravité nécessaire pur que les pieds touchent bien par terre, sur du terrain. Foulent bien une matière du monde social, y agisse. Mise en doute crucialement de l’agir universitaire, pédagogique, scientifique. Qu’est-ce qu’un étudiant ? Une université ? Une pratique de savoir ? La dimension de...

0

Modernité de la culture : observer et participer

Je comprends mieux, enfin, le positionnement de réflexion où travaille à se mettre Anna-Louise M, depuis 75 à ses seminaires de traduction avec les migrants et ses initiatives universitaires. Un travail de, habitat de, l’interface, et une attitude d’observation et participation (c’est l’ambiguïté difficile conceptuellement de la modernité, à la G. Stein) à l’invention du devenir social, culturel, politique, de l’espace de l’interface et au-delà vers les hinterlands plus profonds plus centraux. Position de l’ethnographe : interface de la traduction,...

0

Énoncé, énonciation – discours sur/de l’Islam

Terribles langues de bois, charge idéologique qui caparassone le discours, murs de discours. Que faire avec ça. Comment. La tâche est d’apprendre à lire ces discours : qu’ils soient communiqués d’Al-Qaida (lecture à venir, anthologie Kepel et al), déclarations islamistes de toutes facettes, mais en miroir jeu de langage des faucons occidentaux, pouvoir israélien, sociologies d’Etat sur les radicalisations, etc. C’est : lire les énonciations dans les énoncés. Les moyens nécessaires pour ça sont chers – histoires discursives serrées, d’autant...