Archive du mois : novembre 2019

0

Vivre le pouvoir, soit l’histoire

Vivre le pouvoir. Et une difficulté au n’est pas supplémentaire à l’efficacité du pouvoir : vivre ses surprises, ses englobements – ses mutations désaisissantes. (Lisant Lordon discutant philosophie politique et anti politique, je philosophe je complais en rhétorique.) Admiration de Gramsci, riding the mutations. À quel prix. Dans l’immense machine de l’histoire(-du-pouvoir), dans le boucan précis du pouvoir qui se présente actuellement ici maintenant je alors, donc dans l’incompréhension et la pré-signification nauséeuse, tenir, peut-on tenir, le fil d’un travail...

0

« Antipolitique » et politisme

Dans Lordon ce matin : ici, tandis qu’il déroule ses vues d’un effet d’ensemble entre apports de Deleuze Badiou Rancière Agamben (Vivre sans ?, 42), ensemble autour d’une « antipolitique », je vois sortir un contraste à examiner entre sa proposition d’antipolitique et ce qui me trotte dans la tête, sans doute par tâtonnement également orienté par les incertitudes d’époque sur le politique en mondialisation, sous le mot de politisme (critique du ; historicisation nécessaire du). Plus anarchismes, plus Italie 1977...

0

Humanités (numériques) et sciences humaines (histoire des) – voir ensemble

Tiens curieusement, sur les terrains maintenant de l’histoire des sciences humaines. Dont on découvre alors que d’autres, en groupes, on déjà fait cette translation. Dans quels termes alors ? Zone habitable donc, actuellement (depuis quand, depuis quels terrains, quittés pour quelles raisons ? Détournement ou simples orientations non réactives – comme l’inscription de sujets de thèse, ou autres motivations apparemment ab ovo). A regarder en parallèle, contemporaines, la problématique de la culture numérique (ou faut-il focaliser seulement, indépendamment, sur les Humanités...

0

Populisme et populaire – dire peuple

« rendre populiste le populaire » – Ce geste. Analyse citée dans un papier sur les laboratoires d’idées (semble-t-il dire maintenant, pour think tank) par Grégory Rzepski dans le Diplo de décembre, citant donc David Dufresne, dans son documentaire sur Le Pigalle. Une histoire populaire de Paris, 2019. Qui parle. Et qui dit « peuple ».

0

Virginie Despentes – Subutex 2, poétique

Vernon Subutex volume 2, 81 : … et Émilie jouait de la batterie avec les paumes sur la table, ça fait plaisir de la voir aussi contente, se souvenant parfaitement des paroles « On n’est pas le genre de mec à traîner sur les plages, quand on veut nous trouver faut chercher dans les caves on n’est pas des anges on veut s’amuser on n’est pas des anges on aime déconner » et c’était plus gracieux que sordide. C’est ça...

0

Serge Hamimi sur Anas K. étudiant immolé

Le 8 novembre. Commentaire en éditorial au Diplo de décembre : Il s’est résolu, selon les mots du Tunisien Abdel Razzaq Zorgui, qui s’était lui aussi immolé, en décembre 2018, à « faire une révolution tout seul. » (Drôle de trope cette allusion tunisienne ; 2018 ?) Il s’agit bien des circuits par lesquels peut passer actuellement un acte politique, acte social et expression politique. Et les reconfigurations douloureuses de l’individuel et du collectif. Ceci en lisant cet après-midi aussi...

0

F. Lordon et la « hauteur de l’époque »

Vivre sans ? Institutions, police, travail, argent…, 2019. À La Fabrique, organisation énonciative : entretiens, « conversation avec » Félix Éwanjé-Épée. Un contexte énonciatif qui justifie, invite peut-être, légitime en tout cas, un mode moral (question de « dégoût éthique », 20, en italiques dans le texte), mode dénonciateur et ses affects et lancés d’affirmations, balayantes. Lecture de week-end, l’actualité et la critique. C’est pour ma propre disposition, légitimité, mode énonciatif, et affirmatoire. La question pratique est, émerge rapidement être...

0

L’ironie nationale – Anne-Marie Thiesse affect historiographique

Il y a une joie de l’ironie dans La Construction des identités nationales, contagieuse et roborative donc. Le ton entier du volume, si fresque, dans la largeur comparative de vues – inter-nationale, et d’un art à l’autre, tendu par le paradoxe de la modernité antiquisante. L’Etat nationalisant. Cette humeur a bonne persévérance. Elle permet aussi des pirouettes – affirmations, trop délicieuses pour être mises en question, et pourquoi les hésitations puisque l’érudition est toujours si sûre et complète et assurée,...

0

Humanités – surprisingly, somehow

La question c’est : qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se désarticule et se délégitimise, exactement, dans les recompositions innovations tables rases modernisations réformes qui sont notre histoire contemporaine ? « Ma » génération. (Je me dis. Pour essayer de faire sens de quelque chose dans un parcours que je ne veux pas assumer à titre individuel.) Surprise, de me retrouver, un peu en grisaille, après la glorieuse succession des figures de l’étranger – ma légende professionnelle depuis le comparatisme,...

0

Intelligence roborative d’Anne-Marie Thiesse

Enfin réparant une vieille lacune, je lis : La Création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle. En me disposant pour la lecture de L’écrivain national, paru en 2019. Livre pétillant. Éclairant avec puissance. La largeur du traitement, toutes les dimensions de l’Europe, traitement « cosmopolitique du national » et comparatisme des constructions nationales et des indépendances plus ou moins précoces ou longuement contrariées. Le matelas théorique, et la sûreté idéologique, qu’on sent derrière chacun des apports, cas d’étude après cas d’étude....

0

Dominé

La position dominée est intéressante – position critique, perpective déterminée par structure, qui donne à voir exactement la parallaxe manquante aux yeux du pouvoir. On sait un peu quelles productions historiques et sociologiques elle a généré ne serait-ce que dans l’histoire de l’Europe moderne. Je pense au cas structurel des intellectuels juifs. Qui est, pour les séquences héroïques qu’on a pu voir dans l’historiographie, un cas de succès remarquable. Elle est aussi épuisante, et la faiblesse affaiblissante. Minima moralia, c’est...

0

Je n’y comprends rien

Il faut aussi refonder le point de savoir, de temps en temps sans doute, dans une véracité remise au net, déposant son réseau d’assurance tissée par les discours longuement construits, les repères encore actifs, les prises encore convaincantes, termes critiques in currency. Et réévaluer : je n’y comprends rien, « fraud » (dit JJL lui-même), et pour cause : on est situé, peut-être « comme intellectuel », dans une zone d’idéalisme qui est une zone sociale, de marginalité plus ou...