Archive du mois : avril 2020

0

Mary Douglas – excellent read

Sated, exhilarated, fully funned, twinkled and nicely ironized, after Mary Douglas’ How Institutions Think, 1986. An unlikely date for such British anthropology (then writing from US choice, cosmopolitan academia, Syracuse UP) – the effect is to recast the view of the said date. A minx, using the marginal informality of the lecture genre, which is also a genre for authorization of academic maturity and election, to give herself elbow room. But then also the remarkable – probably fairly provocative –...

0

Mary Douglas

is funny. Wit, and rejoicing in criticism and epistemic energy – something to do with the energy of reflexivity, science of science, knowledge of knowledge and the comedy of being caught willy-willy in its hall of mirrors. Epistemology. Its comedy. (There’s enough tragedy and trauma of it. Violence. Spivak et al, Foucault.)

0

Histoire littéraire des fantaisies scientifiques : Robert Merton

Tiens, la sensibilité éveillée, je rencontre. Pour les pratiques de bordure entre science et poème, deux récifs de savoir. Deux traditions. Non seulement Malinowski, dont je suis sur la trace pour son « journal d’ethnographe », soit en vo (va, la vo étant en polonais) A Diary in the Strict Sense of the Term, et publié largement après-coup (par des éditeurs peut-être même d’ailleurs) mais aussi Robert Merton, dont me parle Mary Douglas dans How I Think : en fin...

0

Les livres impossibles

Est-ce que les livres sont impossibles jusqu’à ce qu’ils soient écrits ? Et alors l’emmurement est une figure de l’écriture elle-même, que certains et sans doute beaucoup ne dépassent jamais. Ou bien les livres – universitaires – deviennent-ils impossibles ? Autour de chacun, tous ces terrains de travaux forcés et grinding down. Donnant lieu à des initiatives (utopies) comme telle du groupe de livre suggéré par CT. Et notre writers’ club. Poussif. Céline, Isabelle, … D’autres vivent le confinement actuel...

0

Livre et carnet

Lire, c’est transformer un livre en carnet. Son livre en mon livre. Un peu fantasmatiquement mien.

0

Péguy sur Mauss ! « Ce pantalon sociologue »

Dans le volume des Souvenirs, édités par Pierre Péguy semble-t-il, et dans le moment exact de la « reconquête paysanne » de ses « Quarante ans » : « cette confession » : Eh bien oui, moi aussi, j’espérais qu’un jour j’aurais Cette suprême distinction, cette finesse, cette suprême élégance d’un (Marcel) Mauss, (pas le marchand de vin), la diction, la sévère, l’impeccable, l’implacable diction, la finesse d’un Boîte-à-fiches. … Cette élégance de Mauss il faut y renoncer. …. Ce fin...

0

Une pastille !  » Saussure aux conséquences innombrables « 

« Saussure aux conséquences innombrables ». Pour Saussure et Parry, divisés sur Homère – divisés en génération dans le débat homérique. I love it. That’s the right tone. Enfin comment contourner, décentrer, l’esprit de sérieux et la moralité critique. Qui ne sont pas exactement ce que je sais. Je sais les ironies, qui réjouissent. Et libèrent. Les conséquences innombrables de Saussure sont qu’une poétique à souci de l’infime est à développer, et à publier. Dans la poétique, le poème en jeu, pleinement....

0

Fantaisie Saussure suite : hier j’écrivais :

Prendre Saussure par où il en est. Depuis où il en est. Pourquoi traduire en effet ? Une façon, qui m’apparaît : le prendre dans son état de long suspens, long chantier déterminé dans les conditions de travail. Auerbach à Istamboul pendant Mimesis. C’est ça mon faire, sans doute. Combiner Saussure, former ces grandes articulations, de sujet à société du poème. Tiens : I know what I know.

0

Fantaisie saussurienne – pastilles

Je tortille, j’attends, je laisse en suspens, j’espère, je soupire sous la vieillesse du désir en route depuis des années. J’essaie, je n’essaie pas, j’ai envie d’avoir envie, j’essaie. Nouvelle figuration ce matin, à l’écoute de la joie (exercice psy) : une fantaisie saussurienne ? J’ai envie de pastilles : pastille sur la contextualisation (et le geste de la contextualisation, ici replié sur lui-même en moult réflexivité, mais faut-il vraiment l’expliquer ? L’envie est de l’écrire, à la poème, en...

0

Complexité : le dilatoire et l’historique

Le travail apparaît aussi comme ce fudging, cet étalement des problèmes, étalement en problèmes : donner à voir ces carrefours, où la morale politique se retrouve mal et doit suspendre, un peu stupéfaite, un peu rassérénée par la nouvelle rencontre avec le point de vue bâillant de l’histoire, il y a ces courants multiples et superposés, ce sont les points de vue qui vont dessiner des perspectives, hypothèses, propositions. Dessins. L’inverse temporel de l’augure. Carrefour comme clearing house. Urgence d’attendre...

0

Canguilhem, la classe

Introduction à ses Nouvelles réflexions concernant le normal et le pathologique, « Vingt ans après » : me semblent désormais aller de soi. Moins par la force de la propre argumentation que par l’ingéniosité de quelques lecteurs, habiles à leur trouver des antécédents inconnus de moi. Un jeune collègue, bon spécialiste de Kant … m’avait signalé un texte, de l’espèce de ceux qui engendrent à la fois la satisfaction d’une belle rencontre et la confusion d’une ignorance à l’abri de...

0

Écrire – lubies

Peut-être ?, faut-il ?, projeter d’écrire les lubies. Finalement retrouvées, ou légitimitées. Et laisser écrire par tâtonnement de goût, aveugle au sens. Infra. Par le dedans de l’experience, par le bas de la raison. Ici une ethnographie du savoir. Savoirs dominés ? Savoirs … quels adjectifs, justement ? (Oui, NB : ethnographie : ses rapports, doubles aussi, avec les positions dominées.) Le dominé et ses attentions, ses savoirs. Ses positions positionnellement critiques, marges. Par exemple ce matin : l’intimidation, la...

0

Intelligence uplift – Canguilhem sur la santé

Le Normal et le pathologique, 175 (PUF Quadrige 2013, de 1966, et d’abord la thèse de 1943) : La santé est une façon d’aborder l’existence en se sentant non seulement possesseur ou porteur mais aussi au besoin créateur de valeur, instaurateur de normes vitales. De là cette séduction encore aujourd’hui sur nos esprits par l’image de l’athlète Le normal est le normatif. Car le vivant humain est social (et techniquement prolongé par exemple maintenant constitutif)  ; relation capable de changement...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search