Ce que fait un angliciste

0

Universalisable – sujets du savoir

La suggestion de CS, alors que nous parlons biographie de scholar, propos désirant sortir, avancer, poser : de prendre ça par la question de savoir si l’objet de l’écriture est universalisable. Soit propre à la publication. Intéressant de considérer ça. L’image du seuil se présente, avec ses limites habituelles : le seuil est mobile et plus on l’observe plus il fuit. Ici entre les contours incernés du sujet et les bords fondus du public. Le je du savoir (ou de...

0

Traduction – journal

Journal, ou développements, retournements, étapes, transformations : remarques : Ici now on page 30 : . l’incertitude du début de l’entreprise pensait sans doute reprendre la pratique où elle avait été laissée en toute saison d’intensité : aux moments d’apprentissage, furieux et appliqués aux lois trouvées. Puis la modification du rapport, et de l’humeur, avec un peu d’assurance et quelques dizaines de pages into it : non seulement la capacité, et la curiosité de voir se montrer un rapport maintenant...

0

Traduction : savoir en passant

Plaisir de ce savoir latent et circulant, de la traduction, qui parcourt large, du micro syntaxique, inflexions de ton, couleurs et façons de prendre les détours de la langue, un texte, aux larges intuitions toujours en un instant nourries d’ici, de par-là, dans les profilages des histoires entières des langues et des cultures de siècles, tout les sillages littéraires et culturels. Aperçus. Nouvelles considérations, passages d’habitation dans. Qui font aussi passer dans l’enfance des premiers et anciens parcours dans :...

0

Prendre le savoir par : l’indépendance

En société de la connaissance, en capitalisme cognitif, et en démocratie communicationnelle et experte, l’université (pour parler d’un pôle emblématique) peut (on peut dire doit) représenter la zone indépendante du savoir. Une indépendance démocratique du savoir doit se trouver à s’insituer. Indépendance citoyenne, comme indépendances anarchiques (anarchistes jusqu’à) de tous poils, libres. (Hmm l’école libre, oui je me souviens, expression de ma génération… Les libertés utilisées pour les points poches et veines d’autoritarismes -) Partir de l’autonomie relative. Son souci,...

0

Traduction : physique de la

Dans la position inattendue, reconnue (une carrière d’angliciste avance sous mes pas), d’avoir en moi les mouvements du sens (OTSOG en cours) et d’alors pouvoir observer ce qu’en marquent, comment s’en sortent, les dictionnaires et autres outils. Dont aussi : comment ils sont eux-mêmes portés par une histoire, les coulisses de la lexicographie, où je reconnais avec salutation joyeuse les interventions de Dr. Johnson et d’Onion dans son introduction à l’OED qui a fait mon éveil en la matière. Un été...

0

Traduction : la parole

La pratique ne se dément pas dans sa saveur. 27 pages (!) into it, but months too. Phase, epistémè idiomatique, forme actuelle de la libido : pas envie de dire, rien à dire, grande-fatigue d’expliquer – mais grande envie de parler, m’enrouler dans la parole, me glisser dans le courant de subjectivation qu’est la parole d’un auteur, d’un texte.  Entre les langues, c’est encore plus jouissif et découvrant. La jouissance de l’attention, à l’infime du sens, ses électricités, ses physiques.

0

Another Merton wisdom

603, Social Theory and SS, concluding « Science and the Social Order » (1937) : The prestige which science has acquired within the last three centuries is so great that actions curtailing its scope or repudiating it in part are usually coupled with affirmation of the undisturbed integrity of science or ‘the rebirth of true science’. (This is Nazi science, soon to be Soviet too. But valid beyond the totalitarian decades.)

0

Toast – à l’autonomie de la science

Trust Merton for the sunny aspect of an account of science, its modes of stability and autonomy, its functional comfort. Here in 1937, writing about the autonomy of science and the resistance of the « ethos of science » in view of the Nazi encroachment on « Jewish science » etc. (« Science and the Social Order », in Social Theory and Social Structure) : A tacit recognition of this function may be the source of that possibly apocryphal toast at...

0

Sociologie des sciences – pendant la LLPR

Une saison dans la technicité des questions de savoir, au loin, relativement à l’abri, des mâchoires du pouvoir. Épuisement. Les problématisations et les rencontres – analytiques et processuelles, pratiques, ambiantes  – avec le pouvoir restent au bout de la ficelle évidemment. Mais un temps de repos, séjour à l’autre bout. Dans la sociologie de la science, parages de la sociologie de la connaissance, bords de l’histoire et de la philosophie des sciences (fréquentation instructive de, formation par, la pratique du...

0

Mettre des mots sur : ce que c’est que dire, exprimer

Toute la question de la justice, celle de l’histoire, celle de la conduite de vie quand il y a à soigner des névroses inscrites ; celle de la morale sociale, celle du combat politique. Ces temps-ci, la lutte anti-racisme et ses nouvelles expressions. La lutte féministe des derniers mois, #metoo et feminicides etc. Des travaux, pratiques, tentatives, à la fois telles que Philippe Lançon dans Le Lambeau (2018), et l’exercice d’ « auto-analyse » de Bourdieu, si comiquement, touchamment personnelle...

0

Sociologisée : Bourdieu au polème

Le programme d’objectivation anti-biographique (autobiographie condamnée en toute première phrase de l’Esquisse pour une auto-analyse, 2004, comme genre “convenu et illusoire” – mais il faut prendre en compte l’illusion comme réalité sociale, et subjective), ce programme : immédiatement qualifié par le “mouvement d’humeur” (il me semble – je ne retrouve pas l’expression de cette réserve, faite en avertissement en même temps que le contrat de sociologisme par réflexivité). Soit la marque de la subjectivité même, non ? En tout cas,...

0

Savoirs du sujet savant – le bas, la libido

Le par-le-bas que j’essaie d’explorer et même habiter ces temps-ci (ostogistes) est de l’ordre de, peut-être : « mettre des mots sur ». La Frontière de ça… tout le mouvant, transindividuel transsocial, inconscient, de l’entre les signes sociaux. Autre chose que de l’intime contre l’institutionnel – et moi aussi j’aurai nécessairement à m’irriter de retrouver sous mes pas les cases préfabriquées et usées, dont Bourdieu essaie de se défendre dans son Esquisse pour une auto-analyse. Non que je me compare...

0

55 in academia – et surprise de la fantaisie

Cette humeur de quinquagénaire de l’université, continuant à comprendre ce que c’est que d’être portée dans le mouvement de génération, flailing about somewhat with the institutional ground so shifted all the while. L’humeur m’indique des choses à savoir, soudaine sues par position : en séniorité on peut se trouver dans des positions de pouvoir, direction, que j’ai écartées. Unnatural. Mais aussi en position de consultant – direction de recherche, reviewing, comités de valeurs scientifiques, jurys. Et en position, c’est autre...

0

Mettre des mots sur

Emilienne me fait résonner l’expression, à l’occasion d’un coup de fil, et au sujet des rapports de politique au sein d’une administration (d’enseignement supérieur as it happens). Harcèlement moral. De même ce sera harcèlement sexuel, exploitation de tout type, racisme, colonialisme, pouvoir et abus de, infringement sur les droits (dont du travail), etc. Oui un enjeu pour les dominés de ce coup de langage majeur : mettre des mots sur. Non seulement « dire stop » (proposé par IW en...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search