Étiqueté : critique

0

Levering: Eva Illouz and cultural criticism

Qui réjouit et astringe alors que la lecture de semaine est dédiée à K Hayles et ses pratiques du bouchage de vue, déproblématisation, production et cultivation d’ignorance. Eva Illouz donc, et – elle m’en apprend l’existence vibrante – tout son monde bibliographique de travaux en histoire culturelle d’objets dont il faut gagner l’abstraction en l’extrayant des Vraisemblables culturels en place, méthodologie marxienne des incorporations – est capable de ceci : Interestingly then, it is not sexuality that is the unconscious...

0

Katherine Hayles : what obtuseness?

The recognition was immediate : a socio-cultural epidermic reaction to How We Think. Digital Media and Contemprary Technogenesis (2012, U of Chicago P). « Nerdy » an initial, prejudicated descriptor. Then the feeling along the walls to identify the characters of this reaction, the peculiar signals it responds to, the vocab, the tropes, the manners. De quoi ces objets, mal construits, ces propositions qui sont des oblitérations, pans d’ignorance déployés, notions écrans, sont le nom. « Obtuseness » is this...

0

Eva Illouz : les articulations conceptuelles – du langage au marché

Très forte et très lucide Eva Illouz – la ferme formation conceptuelle qui soutient le cours de son exploration, et l’inventivité critiqué déjà notée. (Formation conceptuelle travaillée avec soin : voir la batterie de références en note, qui cartographie et dialogue très richement, contextualise finement largement, historicise son geste bien délibérément. Girl’s work this, good, appreciate.) Densité des premières pages – jubilatoire. Alors elle peut arriver à : Sexual encounters organized as a market are experienced both as choice and...

0

Emotional modernity – Eva Illouz

Now here’s something else, in terms of critical libido. The invention, the power recasting, the change of parallax, the density of stakes reshaped. Here in her recent (2018 in the original German) The End of Love. À Sociology of Negative Relations. This is another new path of mine – back to exploring the dimensions of the private and subjective and intersubjective. After unhappy (and entirely instructive : the learning from this summable as : there is a sociology of access...

0

Studies in propaganda, US – and now post-truth

Strikes me as I come to the last paras of « Studies in Radio and Film Propaganda » by Merton and Lazarsfeld (exact date to be checked but during the war is likely) : . that this new field – constitutive for the concurrently institutionalizing social science – of propaganda, public opinion, media, mass observation studies was a solid arsenal built in the context. Quite an armed infantry. So what now in homothétie : pourquoi si démunis, la presse critique...

0

Le Débat : 40 ans d’histoire « intellectuelle »

Allez je note, quand même : disparition annoncée publiquement du Débat, à 40 ans, cycle fermé par décision éditoriale. 40 ans nous mène très exactement à l’année pivot de 1980. Produit de cette conjoncture exactement, et simultanément un de ses fers de lance. (Et ma génération de milieu de formation à peu près exactement). Ce matin en grand rhétorique, chenue, Gauchet et Nora interrogés et révérencés sur France Culture. S’en croivent, parlent élégant, « l’outrecuidance de » (en effet !...

0

Traduction : la parole

La pratique ne se dément pas dans sa saveur. 27 pages (!) into it, but months too. Phase, epistémè idiomatique, forme actuelle de la libido : pas envie de dire, rien à dire, grande-fatigue d’expliquer – mais grande envie de parler, m’enrouler dans la parole, me glisser dans le courant de subjectivation qu’est la parole d’un auteur, d’un texte.  Entre les langues, c’est encore plus jouissif et découvrant. La jouissance de l’attention, à l’infime du sens, ses électricités, ses physiques.

0

Sociologisée : Bourdieu au polème

Le programme d’objectivation anti-biographique (autobiographie condamnée en toute première phrase de l’Esquisse pour une auto-analyse, 2004, comme genre “convenu et illusoire” – mais il faut prendre en compte l’illusion comme réalité sociale, et subjective), ce programme : immédiatement qualifié par le “mouvement d’humeur” (il me semble – je ne retrouve pas l’expression de cette réserve, faite en avertissement en même temps que le contrat de sociologisme par réflexivité). Soit la marque de la subjectivité même, non ? En tout cas,...

0

Savoirs du sujet savant – le bas, la libido

Le par-le-bas que j’essaie d’explorer et même habiter ces temps-ci (ostogistes) est de l’ordre de, peut-être : « mettre des mots sur ». La Frontière de ça… tout le mouvant, transindividuel transsocial, inconscient, de l’entre les signes sociaux. Autre chose que de l’intime contre l’institutionnel – et moi aussi j’aurai nécessairement à m’irriter de retrouver sous mes pas les cases préfabriquées et usées, dont Bourdieu essaie de se défendre dans son Esquisse pour une auto-analyse. Non que je me compare...

0

55 in academia – et surprise de la fantaisie

Cette humeur de quinquagénaire de l’université, continuant à comprendre ce que c’est que d’être portée dans le mouvement de génération, flailing about somewhat with the institutional ground so shifted all the while. L’humeur m’indique des choses à savoir, soudaine sues par position : en séniorité on peut se trouver dans des positions de pouvoir, direction, que j’ai écartées. Unnatural. Mais aussi en position de consultant – direction de recherche, reviewing, comités de valeurs scientifiques, jurys. Et en position, c’est autre...

0

Mettre des mots sur

Emilienne me fait résonner l’expression, à l’occasion d’un coup de fil, et au sujet des rapports de politique au sein d’une administration (d’enseignement supérieur as it happens). Harcèlement moral. De même ce sera harcèlement sexuel, exploitation de tout type, racisme, colonialisme, pouvoir et abus de, infringement sur les droits (dont du travail), etc. Oui un enjeu pour les dominés de ce coup de langage majeur : mettre des mots sur. Non seulement « dire stop » (proposé par IW en...

0

La critique et la joie – Merton intempestif, mesure de « shift »

La question est de trouver la joie qui est possible dans le « paradigme » scientifique actuel. Qu’on puisse assez bien repérer la source, toute la zone même, de la joie chez Merton, devrait pouvoir faire déboucher par l’homothétie sur les coordonnés des affects des situations présentes. Si on parie sur l’histoire et  le savoir un peu accumulé quand même de ses tours. « Paradigme » : une proposition de Merton d’abord, (he is careful to remind us, Afterword à...

0

OTSOG ! Merton intemfestif

Merton, Robert K. – nom fantaisiste, américain au sens immigré du terme, texturé en Europe dense d’histoire – tout à faire happily (la félicité est de performativité : associée dans les premières pages des Autobiographical Reflections à la fin de Serendipity, autour du Père OTSOG Bernard de Chartres, p. 231) intempestif pour cette saison de tangente scientifique et politique. La jubilation est irradiante, elle se projette partout, éclaire tous azimuts. Peut-être avant tout, zone focale, centre nerveux : le décrochage de la...

0

De quoi X est-il le nom ? Enunciation, stupid

Bêtise d’être restée un long temps à essayer de reconnaître ce qu’il y a dans la satisfaction, le pratique, dans l’expression proposée par Badiou il y a quelques années – De quoi Sarkozy est-il le nom ?, 2003 – et sa fortune depuis. Je débouche par hasard ce matin, ahh, en lisant tout autre chose. Et par la secousse d’une irritation à gros traits de crayon dans D. Lecourt sur la philosophie (Vienno-américaine) des sciences et les surdités impossibles et...

0

Libido sciendi, toujours et bons océans – philosophie des sciences

Tiens, recherchant les passages du désir, je me retrouve dans des flots de savoir, milieu propre, et centre géométrique. C’est bon de le sentir si clair. Malinowski en journal d’ethnographie, Merton en OTSOG, les sorties et traverses scientifiques des fantaisies, ce matin entamé le très bon Que sais-je de Dominique Lecourt, La Philosophie des sciences. Qui me refait passer, via Comte, par Newton et un autre aphorisme que celui qui fait le dada de Merton : « Hypotheses non fingo »...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search