Étiqueté : critique

0

Journal soc 4 – classes intellectuelles, éducation populaire

Une self-consciousness hérissée, produite par l’interpellation RN. Le réflexe d’abonnement, et début de suivi attentif, à Mediapart et AOC, suivi de lundi matin pour les mots d’ordre les plus labiles : exactement la situation soulignée, située. Et, comme mis en relief par V. Safatle (expérience du Brésil de Bolsonaro), l’enseignement, “les universités, les écoles et le domaine de la culture”, ciblés comme espaces d’opposition, et appelés à fonctionner comme tels. Inquiétudes et mobilisation de Radio France.  

0

Journal soc 3 – lectures

Chemin politique : j’en suis à L’Étrange Défaite – et l’extraordinaire trajectoire de Marc Bloch, contre les pacifismes de l’entre-deux-guerres. (L’Humeur vagabonde, ma librairie de quartier, a fait un travail radical de montée au créneau !, tous rayons en ordre de bataille. Bon à vrai dire de voir ces forces rangées.) J’en suis aussi à la subjectivité néolibérale, ses expressions traumatiques, restituées récemment vis à vis du “postmoderne”, en réalignant la cohérence de lire Lipovetsky – le côté RN à...

0

Journal socialiste – journal de dissolution

Je pense à un journal socialiste. Pointer vers l’œuvre de la LTI ne suffit pas, ni tout l’héritage des désarticulations de la “propagande”, et efforts pour analyser (démonter donc, arracher les tendons) la puissance du communicationnel et de l’idéologique – le chantier massif de l’après-guerre, “personnalité autoritaire” , chantier plus profond encore de l’idéologie. La fausse conscience, en particulier peut-être, à laquelle j’en reste pourtant largement – dernier repère dans Félicien Faure, Des Électeurs ordinaires. Et toujours “de quoi le...

0

Quotidien communicationnel – temps philologique, élections 2024

Georges Vigarello sur l’histoire des sensibilités – ici concernant le viol et l’évolution de ses inscriptions juridiques comme de ses évaluations dans les “mœurs“. p. 266 par exemple : procès de 1984 puis 1992 en Cour de Cassation, rend jugeable : “La décision fait date : le viol entre époux peut être jugé. Plus encore, ce sont les attentions et les commentaires qui changent.” Un historien peut garder ce ton serein, depuis le point d’observation sur le flux des discours...

0

Herrenschmidt ethnologue sur Ambedkar

Je comprends plus centralement maintenant, que j’ai ouvert le chapitre V du Savant et le politique d’O Herrenschmidt : la patte, mais surtout la contribution d’importance, et d’originalité – (“tout ethnologue de l’Inde sait que”, p. 51) : la perspective soigneusement, et spontanément, ethnologique. Le gros de l’étude se consacre au village indien : “lieu de pouvoir” et centre de l’exploitation systémique des Intouchables. D’où le carré de la première phrase du livre : “Cet essai veut faire reconnaître Ambedkar...

0

Littérature, savoir ; recherche, création

Me saute à l’attention, au moment de rédiger un descriptif de cours pour l’an prochain où je veux travailler et faire travailler la question de la “création littéraire” à l’université : qu’il s’y joue un déport du rapport entre littérature & savoir, sous le paradigme de la “critique” depuis l’après-guerre (cette généalogie est à reprendre à partir de la suggestion de Guillory et McGann, qui la situent justement au regard d’une phase ante : transition du scholarship des lettres au...

0

Pouvoir critique : 59 ans

Institutionnellement scientifiquement : je n’ai pas d’armée. Et ça m’ennuie profondément de prendre le temps de m’en munir. Même si les pratiques impliquées me sont très curieuses, et toujours étonnantes : la zone même de mon idéalisme, ma bêtise théorique, et donc laboratoire strict de pragmatique. J’ai beaucoup de pouvoir – sans voir comment ce s’est accumulé (après avoir été beaucoup hérité, et reproduit, avec docilité, terreur, mais aussi soin réflexif, ce qui ne veut pas dire intelligence, mais au...

0

Stroud sur Dewey pour Ambedkar – or the reverse

Faire sur Ambedkar et Dewey un travail similaire en prestige scientifique à celui sur les notes de cours au regard de l’édition du CLG : profondément satisfaisant. C’est l’un des apports originaux, imprévisibles, de Stroud. 1er chapitre sur les cours de Dewey en 1914, et les notes d’élèves. De même que les contributions de frayage complet, pionnières, d’Eleanor Zelliot, Gail Omvedt dans une situation géographique de vie pourtant plus propice, et de Frances Pritchett. Quelles généalogies possibles, femmes, états-uniennes —...

0

Émotions populistes – Eva Illouz contd.

Why call them emotions, at all. Si Eva Illouz cartographie 4 émotions intriquées pour cerner le phénomène populiste en Israël, peur, dégoût, ressentiment, amour (d’autres analystes ont préféré la honte au dégoût) – avant de lire son travail, et parce que je suis gênée (résistance à l’affect, sauf conceptualise pour ne plus signifier l’affectif…, et à l’émotion comme voie de sortie des rationalismes), je tire ma lecture plutôt vers, corrige plutôt vers : moins émotions que qualité de rapports sociaux,...

0

Victimhood – historicisation par François Azouvi, *Esprit de justice*

Frappée – comme toujours, d’abord, par l’excellence du travail d’Antoine Garapon dans le rythme et la constance soutenus d’Esprit de justice, mais cette fois : par l’entretien avec François Azouvi, sur son livre Du héros à la victime. La métamorphose contemporaine du sacré, qui paraît chez Gallimard, Essais. L’étude des nouvelles formes culturelles, sociales, vivement politisées (tout en étant dépolitisantes, c’est une figure toujours très complexe à penser, très exigeante) de victimhood. Une contribution à. Des propositions de formation de...

0

Pankaj Mishra – “The Shoah after Gaza”

Creuse large le contexte des relectures – et instrumentalisations – de “la Shoah” dans l’histoire post-45, les contextes cumulés intriqués, au Moyen Orient mais en Europe réunie, aux Etats-Unis de la guerre froide (puis de l’engagement en Corée, au Vietnam), tournant aux 60s. Histoire des positionnements juifs, et des générations historiques scindées, des survivants de l’Holocauste aux neocons états-uniens, entre autres. LRB mars 2024. Met en série un nombre impressionnant d’auteurs et de voix – des auteurs et penseurs juifs...

0

Âges critiques – idéologisme d’aujourd’hui

C’est sûr que Grignon et Passeron me ramènent à un âge critique, passionné de réflexivité dans l’épistémologique, qui apparaît d’autant plus mordant et vigoureux, intransigeant presque (un affect, passion – avec quelques résonances des procès internes aux marxismes et des décennies hyper-idéologiques) qu’il s’éclaire en contraste de l’idéologisme si fermé en mots d’ordre préparés qui domine le discours critique en ce moment. Voir le chantier large et profond d’AB, sur les politiques de la diversité, dont spécifiquement leur exercice dans...

0

“Sous-culture” : décompléter la Culture

Tiens, note : la notion de “sous-culture“, prend son relief, ou du relief, conceptualisée, dans Le Savant et le populaire (1989), intervention de Claude Grignon, p. 156, dans le contexte d’une analyse critique extrêmement articulée (the hyper-articulate reflexivity here, ère du soupçon sur l’épistémologique, en sociologie fin des 80s, nota – auto-surveillance terrible, acérée, collective, one-upping, de la sociologie de la sociologie) des pratiques et des exigences de la sociologie de la culture. Un texte à plusieurs voix, issu d’un...

0

“Cultural void” et conversion politique : politics of culture chez Ambedkar

Il me revient en tête, un passage et une question plus anciennement rencontrés dans Ashok Gopal, sur les souffrances culturelles inattendues, mal anticipées et peu ou pas abordées théoriquement ou dans les mots d’ordre de militance, des groupes intouchables qui avaient fait les conversions, déracinements, réformes radicales, proposés au fur et à mesure de l’avancée des luttes. “Cultural void“, écrit Gopal il me semble, et peut-être en citant d’autres commentateurs ou témoins. Une fois les distances prises avec les festivals,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search