Étiqueté : culture et politique

0

Les effacements du numérique : média et idéologie de la culture

Interesting one : tapant ici même numérique, je me vois proposer la correction homérique. On pourrait en faire une fable pour le point que j’allais poser ici : il me semble qu’on peut prendre – qui ? Le « sentiment linguistique », poétique, du malaise, du renfrogné, du pas-d’accord, prévention, hostilité, « vigilance » dirait une perspective de lutte pour la critique (si elle était à affect post-CNR, militante moralisante), ou encore réaction idéologique – qu’on peut prendre par : une...

0

Recherche- création : comment on devient conservateur

Gros effort de penser, qui m’a troublée ces derniers jours, autour de la recherche-création – d’où l’intégration de ce champs de discours (discipline ou para, trans, mais aussi jeu de langage, ethos, et classe sociale) parmi les questions à prendre. Autour d’un projet de thèse, qui plus est – soit avec toute la complexité, du type d’énonciation : qui y parleNT, comment le jeu de langage a été bricolé, jumbled-up ensemble, dans l’état flou d’un à-problematiser, à situer. Thèse :...

0

Charme, moralité, critique

Trop fin et évanescent, en passages rapide, pour espérer le ficher, mais affectant pourtant avec fort effet (de joie, d’assurance, de possibilité) : quelque chose de saisi ces tout derniers jours sur une, la, une, bonne place critique. Sentiment de se trouver sur la bonne verticale, colonne alignée. Par la distinction sensible, repérée dans le cours local des événements, thèmes, et lectures, entre critique, moralité, et charme – entre autres figures reconnues. Charme : des adhésions, croyances, naïvetés (prendre pour...

0

Tréfonds de la valeur

Just realized something bright and amusing again: avec la traduction, je passe dans une sphère plus inférieure encore dans la série, cote, des valeurs « culturelles » contemporaines. « Tréfonds de la valeur », à la Saussure, pris par le rebours de l’ironie.

0

Pans de lecture – agenda printemps

Les beaux pans de lecture qui s’ouvrent, avec ce manifeste printemps de l’humeur sciendi : . Ong plus détaillé (rhétorique, romance, Ramus, dialogue), Zumthor s’il faut, en suite de Goody sur la da . plus d’U. Eco en suite de travail éditorial, culturel finalement, sur OTSOG, (philologie et sémiotique ?) . tout le pan Merton, reprise de Serendipity, Social Theory, et la collectif de Calhoun sur, et prise de contact avec A. Saint-Martin . tout le pan Hayles, bien réouvert...

0

Littérature d’intervention – de quoi le nom ?

Configuration émergente – je ne l’identifie dans son ensemble que récemment : Mathilde Roussigne sur une ethnographie de la littérature, avant quoi toute la généalogie des auteurs enseignant à Vincennes (et effets de generation lisibles) et jusqu’à la création du master de Création littéraire ; Marielle Macé sur l’essai, Alexandre Gefen sur la « littérature d’intervention » donc (Corti, 2021) . un phénomène français – parisien et mondain ? Lettres et ses imaginaires sociaux, dont ses moralités ? Voir alors...

0

Par où prendre – IG moment

Après crainte de submersion et délicatesse vis à vis de l’engagement (quelque profondeur qu’il ait), dans le moment « islamo-gauchisme »,  je me suis retrouvée replacée à un chez-moi très référencé, prêt pour l’engagement du discours. Un point d’ancrage fort : le long processus de construction du moment « nouveaux réactionnaires », initiateur des travaux de Polart, jusqu’à la rédaction de l’ « Essai de poétique du peuple », travaillé à partir de Taguieff. Mais donc la voie, la vista,...

0

Etc. islamo-gauchisme – interpellations

Il en va pour une part de la pédagogie – vulgarisation scientifique, en situation d’opposition politique. Mais donc aussi de stratégie intellectuelle, critique, politique. Oui ça va dessiner des champs, avec bords, camps, nouvelles alliances et nouvelles (ou renouvelles) dissidences ; recompositions possible, en jeu. Le consensus scientifique déjà brisé avec les interventions de Noiriel-Beaud / et al. Des champs qui se donneront à la lecture, bien. Mais ensuite, ou aussi, la pensée stratégique. Qui se pense et s’invente en...

0

Islamo-gauchisme etc.

Toute cette semaine affairée autour de l’esclandre « islamo-gauchisme », que Frédéric Vidal a eu la bêtise de prendre au Figaro et à JP Elkabbach (entretien sur CNews, 14 février). Je ne cherche pas même à y répondre, sans envie de fouiller dans ces fourrés d’entrelacs discursifs, alors que : toutes ces prises de parole, de tous côtés, démultipliées par le commentariat. Je ne peux pourtant pas éviter de me faire passer par les échos, et la masse des discours...

0

Prendre le savoir par : l’indépendance

En société de la connaissance, en capitalisme cognitif, et en démocratie communicationnelle et experte, l’université (pour parler d’un pôle emblématique) peut (on peut dire doit) représenter la zone indépendante du savoir. Une indépendance démocratique du savoir doit se trouver à s’insituer. Indépendance citoyenne, comme indépendances anarchiques (anarchistes jusqu’à) de tous poils, libres. (Hmm l’école libre, oui je me souviens, expression de ma génération… Les libertés utilisées pour les points poches et veines d’autoritarismes -) Partir de l’autonomie relative. Son souci,...

0

Mettre des mots sur : ce que c’est que dire, exprimer

Toute la question de la justice, celle de l’histoire, celle de la conduite de vie quand il y a à soigner des névroses inscrites ; celle de la morale sociale, celle du combat politique. Ces temps-ci, la lutte anti-racisme et ses nouvelles expressions. La lutte féministe des derniers mois, #metoo et feminicides etc. Des travaux, pratiques, tentatives, à la fois telles que Philippe Lançon dans Le Lambeau (2018), et l’exercice d’ « auto-analyse » de Bourdieu, si comiquement, touchamment personnelle...

0

Mary Douglas

is funny. Wit, and rejoicing in criticism and epistemic energy – something to do with the energy of reflexivity, science of science, knowledge of knowledge and the comedy of being caught willy-willy in its hall of mirrors. Epistemology. Its comedy. (There’s enough tragedy and trauma of it. Violence. Spivak et al, Foucault.)

0

Les livres impossibles

Est-ce que les livres sont impossibles jusqu’à ce qu’ils soient écrits ? Et alors l’emmurement est une figure de l’écriture elle-même, que certains et sans doute beaucoup ne dépassent jamais. Ou bien les livres – universitaires – deviennent-ils impossibles ? Autour de chacun, tous ces terrains de travaux forcés et grinding down. Donnant lieu à des initiatives (utopies) comme telle du groupe de livre suggéré par CT. Et notre writers’ club. Poussif. Céline, Isabelle, … D’autres vivent le confinement actuel...

0

Complexité : le dilatoire et l’historique

Le travail apparaît aussi comme ce fudging, cet étalement des problèmes, étalement en problèmes : donner à voir ces carrefours, où la morale politique se retrouve mal et doit suspendre, un peu stupéfaite, un peu rassérénée par la nouvelle rencontre avec le point de vue bâillant de l’histoire, il y a ces courants multiples et superposés, ce sont les points de vue qui vont dessiner des perspectives, hypothèses, propositions. Dessins. L’inverse temporel de l’augure. Carrefour comme clearing house. Urgence d’attendre...

0

Fourmis de l’analogie : Covid life

Information, analyse, réactions, nouveaux culturèmes, internationaux. Nouveaux rapports internationaux, d’ailleurs. Leadership de la Chine et modèle de la Corée. Tous par fourmillement du travail sémantique-culturel d’analogie. Avec les séquences passées (des étapes de paupérisation de l’hôpital dans la dernière décennie aux temps de Décameron). Avec les enjeux du temps : mondialisation devant climat et biodiversité, avec l’état des inégalités sanitaires et des migrations hors parapluie (si tant est) d’État, et des conflits (Syrie ! Yémen !…), disaster capitalism (N Klein)…...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search