Étiqueté : culture et politique

0

Olivier Roy sur communauté et société – l’intenable Etat religieux

Ici aussi, lumineux. Sur la qualité intenable des communautés religieuses, observable en particulier dans les Réformes ou les genèses (Pilgrims américains, islamismes, Genève de Calvin, post-débuts du christianisme…). L’intenable parle simple effet de l’histoire qui est une culturalisation de la religion, qui est aussi une socialisation de la communauté. Dès une seconde génération. Living in. Roy revient donc sur Gesellschaft et Gemeinschaft via Weber, mais lui donne un angle que je n’attendais pas. Ce qui manque à une communauté, alors...

0

Olivier Roy – religieux et culture

Olivier Roy fait quelque chose de très simple – évidence démontrée, les choses tombant en place éclairées et naturelles -, et simplement tire toutes les conséquences, en les examinant dans leur jeu dans l’histoire. Très puissant. Et simple à, disponible immédiatement à, translater dans tout projet analytique proposé, en tant que perspective. Par exemple il se dispense tout librement, les manches larges, des agonizings ontologiques ou éthiques (sous couvert, éventuellement, de politique), de la theory – débats Asad sur Geertz, etc. Prendre...

0

La sainte ignorance : culture et religieux, éclairage

Excellent point de vue, et donc pespective, d’Olivier Roy sur le rapport, historiquement varié, de religieux au culturel. Toutes les conséquences de ça, une fois qu’on commence à l’examiner dans l’histoire : nécessairement géopolitique puisque il s’agit du rapport entre religion et État, puis entre mission universelle et colonialisme. Je prends par exemple cette pastille, 112 dans La Sainte Ignorance, donc : Dans la vision protestante du XIXe siècle, qui n’est plus calviniste et pas encore évangélique, la civilisation signifie...

0

Religion et culture – Olivier Roy

Olivier Roy y va aux discussions des masses : religion et culture, ici. La Sainte Ignorance, de 2008. Voir comment il fait pour engager ces plans entiers, à partir de problématiques situées, et choisies par l’actualité. Lire Roy avec Asad (et donc avec Geertz).

0

Nation à l’Etat – Norbert Elias sur la sociogénèse du nationalisme

Elias, toujours impressionnant, sa “Digression sur le nationalisme” dans The  Germans. La double discipline, d’historiciser et de socialiser (passer par l’étude des classes dans leur processus de sociogénèse), toujours au travail, et passant de question à question (un peu dans un désordre essayistique tout de même), corrigeant les vues, discutant les prises de l’histoire des idées, de la philosophie, de l’historiographie, de “l’histoire politique”, de l’économisme marxiste… Autour de nationalisme, par touches, par rappel de séquences dans le “changement des...

0

Excellent Elias sur culture et politique

And how is it done? Only ever through social historicisation. The values, the “we-image” (125) of the rising middle class of the 18th century, with its German specificity : “culture” as non-political but even anti-political, if political in the context means the classes of absolutistic courts or authoritarian princes. In Germany the special situation, of “culture” opposing both “politics” and “civilization” (as le grand monde). History therefore class, class therefore history. (With the proviso noted earlier : that class (economics)...

0

Sur L’Education sentimentale

. désœuvrement (et rêve, bien sûr, voir derniers mots, Frédéric et Deslaurier) . “fausse politique”, fausse vie, faux faux fausse, parlant de l’époque “sentimentale” des 1840s, je ne retrouve pas la note, bah . la bêtise (555 édition Folio avec préface de Thibaudet et note sur le style de Flaubert par Proust) : comme analyse de la démocratie ? . documentation forcenée. En particulier sur les socialismes.

0

Elias – sociologie du national

Norbert Elias clé pour sociologiser les questions de “caractère national” et les problématiques de la culture en Allemagne. Parfaite intervention parfaite source au moment où je dois parcourir ces massifs discursifs en détail, Saussure et ses contextes scientifiques et idéologiques, ses héritages longs, tout entre le français et l’allemand – et la Suisse genevoise, protestante et républicaine-patricienne. Habitus comme critique du caractère national. Une première ligne identifiée, organisant “a veritable class conflict” (13), et sociologisant et politisant la question :...

0

The Germans, Norbert Elias. Sociologie du national

Power Struggles and The Development of Habitus in the 19th and 20th Centuries, 1989, 1996 transl. Une sociologie allemande, clé pour l’histoire nationale-culturelle des savoirs. Clé comme avenir, comme suite, de la séquence Humboldt/Fichte, sa tension perdue au profit du seul nationalisme et culturalisme pendant l’âge philologique. La suite peut repartir par le social, contre les nations. Voir Boas, et la généalogie décalée qu’il illumine dans le pass de l’anthpologie allemande ; Wundt et tout Berlin « pensant les peuples...

0

Flaubert !

Repris L’Education sentimentale, par rafraîchissement des parcours dans l’étranger, et par curiosité sur l’histoire de ma question, mon frayage de taupe, sur poétique et politique. Extraordinaire Flaubert. 1869. La prose, l’épaisseur du réalisme, la symphonie narrative. Remarque : texte à explication de texte ! Petit aperçu soudain dans la formation du littérarisme scolaire, avec une littérature pareille. Roman et révolution, aussi.

0

« Permanence du théologico-politique ? », Claude Lefort

Dans Essais sur le politique, XIXe – XXe siècles (1986), mais extrait initialement de Le Temps de la réflexion, 1981. Inattendu Lefort : le théologico-politique est exploré dans Michelet, et la « voie royale ». Peuple de la Révolution conceptualisé, historiographié, par la « voie royale ». L’ingrédient supplémentaire, et que je continue à avoir du mal à situer, est la question de la philosophie. Semble être une enjeu du texte, et de la réflexion : différenciation entre science politique et philosophie...

0

Young Muslim Change-Makers, William Barylo

Grassroots Charities Rethinking Modern Societies, Routledge 2018. Commence par une : « What sociology for Islam ? ». A placer en résonance avec l’anthropologie de l’islam / de securalism développée par Asad.

0

Culturalité du pouvoir

Visée. Le rapport entre culture et politique, dans ses variations historiques. Question anthropologique. Par une anthropologie du langage. Et sur ce thème, cette hypothèse d’un état anthropologique : la proposition, la thèse, de la culturalité du pouvoir. Critique des politismes de la différence culturelle. Le fractionnement du temps de l’étude fait que cette visée, et cet argument, ne cessent d’échapper à la saisie.

0

Cas islamiques : religion et politique

Séance du séminaire Mondialités islamiques hier soir, excellente. Hamza Esmili et Montassir Sakhli, sur les cités d’Ile de France et sur le projet étatique de l’EI. Beaucoup à relire, faire fructifier, de ces présentations pour une compréhension des logiques sociales et politiques pour lesquelles la religion est un mode, et non un contenu. There is no religion, there is only au nom de quoi, de quoi la religion est-elle, socialemment, politiquement le nom. Comment elle nomme, identifie, donne sens à...

0

Interventions théoriques – analyses de la critique

J’aurais envie de prendre le temps d’une étude du texte de Catherine Coquio, intervention dans le cadre du colloque sur la Syrie cet hiver dont elle a été l’initiatrice. Et avec lui, d’autres interventions d’intellectuels et scholars et théoriciens – me vient en été Who Sings the Nation-State -, pris avec ces textes dans les situations d’enonciation qui m’intéressent : le point où « l’intellectuel » « se mêle de ce qui ne le regarde pas », selon la formule...