Étiqueté : culture et politique

0

Agenda : sur l’énonciation

Le projet est assez mou, en raison de l’économie libidinale universitaire du moment. Pourtant il se dessine et revient. Il faudrait, on pourrait, faire un livre sur les pragmatiques, énonciation et peuple, énonciation et pouvoir : de Butler, Mouffe et Laclau, Benveniste sur l’institution, et alors aussi Castoriadis. Les néo-marxismes. Deleuze et Guattari. (Placer Laugier ici, pour le plaisir de tirer au clair une confusion de lecture actelle qui irrite). Les articulations du langage et du matériel, pouvoir, par exemple...

0

Pakistan, politique et religion

The Struggle for Pakistan, Ayesha Jalal, exactement l’espace d’observation pour les variations du rapport politique/religieux, et la variation de l’Islam même sur le territoire indien puis indo-pakistanais. Communalism and politics, or political interests; the contradiction of community and territory (Jalal’s main thesis). J’essaie d’apprendre comme projeter l’attention à ça. Prendre les gestes, intégrer les mouvements historiques structurants. Bien noter que le nationalisme pakistanais est comparable historiquement au sionisme, 1947, 1948, pour ce qui est de la conjoncture internationale. Etonnant, et...

0

Agenda – pragmatiques : inclure Gellner

Pour une étude des pragmatiques, très vaguement programmée comme très loin hors de portée – la réalisation des projets étant si différente des déroulements imaginés : inclure peut-être Gellner, Thought and Change, 1964, publié à Chicago. Qui implique nationalisme (culture et cultures), utilitarisme, kantisme, et méthodologiquement,  islamisme – idéologies politiques, formes collectives de consciences nouvelles. Marqué de la « modernité » européenne. Devant industrialisation, urbanisation, inscription généralisée, les conditions pour une histoire sociale qui se configure en masses (et non plus...

0

Islamisme : morale et politique, cas

Propositions toujours pénétrantes de Roy. Et d’ailleurs alors quelle dimension exactement pour le religieux ? La question peut se poser pour le culturel aussi mais les réponses sont déjà intégrées dans l’analyse du Roy. Umma contre segmentations (ethniques…) mais aussi contre nations et effets du Pharaon ; rejet des traditions populaires et localismes, particularismes. (Est-ce que ça rapporte le religieux au moral, plutôt alors qu’au culturel ?) Ethique et politique donc : cette immense formation idéologique (champ d’oppositions, échiquier des...

0

Intellectuels islamistes – sociologie, et politique des savoirs

Très important : Intellectuels et militants (Kepel et al. dir.) des islamismes, à partir des 50s aux 80s. Puis tournant, dont libéralisation et désétatisation, FMI, arabisation, et surpopulation universitaire – à partir des 70s les profils islamistes changent, moins occidentalisés et moins formés. Savoir et islamismes. Cadres, urbain. Savoir comme structure de classe (ici, rapport à l’Etat et au fonctionnariat, à la politique d’étatisation post-indépendances, soit avant les libéralisations des 70-80s en effet. Savoir comme profil politique (projet révolutionnaire islamique,...

0

Islamismes des 1970s – tiers-mondismes

Il faut, en effet, redégager la continuité historique matérielle entre islamismes (du coup, étant rentré dans le détail maintenant, le pluriel s’impose, c’est déjà un bénéfice) et tiers-mondismes. Dont la question du terrorisme, « enfant des années 70 » dit Roy.  Autant Brigades rouges et Action directe que les « hezbollahs preneurs d’otage » (19). Excellente historicisation d’Olivier Roy, toujours. Voir comment la divergence commence ensuite, par la simple opération des propositions idéologiques : l’islam, la prétention à l’islam, l’islam...

0

Olivier Roy encore : politique islamiste, éthique islamique

Encore un aperçu satisfaisant chez Roy, en sociologie. L’Echec de l’islam politique (1992 !) : insistance sur la nature politique du projet islamiste, en rupture avec la tradition islamique et en toute modernité, dont inspirée de l’Occident et du marxisme (et promue par de jeunes éduqués, scientifiques surtout – soit ici aussi la modernité) ; et caractérisation du reflux de l’islamisme (mouvance et jamais internationale) comme glissement dans la moralisation : éthique et non plus politique, vertu devant donner la justice,...

0

Olivier Roy de nouveau – not « Islam et politique »

Attirée encore vers O Roy : L’Echec de l’islam politique, finalement y passer. Phase ancienne, des objets historiques et de l’analyse et de l’état des débats – et pourtant, une clarification nécessaire. Presque 30 ans. Dans La Sainte ignorance, une clé sur la distinction entre communauté et société. Clé pour la conceptualisation des nouveaux effets sociaux de religiosité, en mondialisation avancée. Ainsi qu’une discussion de l’anthropologie religieuse (Asad, Geertz), et du culturalisme. Débouchant dans la figure du Clash of Civilizations....

0

Futur de l’université, vu de 1968

Morin, 41, en péroraison – oh dear : (commune étudiante) En répercutant la révolte étudiante à tous les horizons de la société, elle a préfiguré le rôle central et vivant que l’Université va jouer dans la société. Bientôt plus de la moitié de la population passera dans les universités, et c’est la que se posera d’abord, et de façon décisive, le problème du dépassement de l’humanité bourgeoise. La distance.

0

Université et révolution, 1968, 1988, 2018

Verfremdungeffekt frappant, éclairant, à la lecture de La Brèche, Morin, Lefort, Castoriadis 1968 puis Vingt ans après. Université, révolution, jeunesse, gauchismes contre communisme, fond d’internationalité / internationalisme (tiers monde)… la mesure des transformations depuis ces descriptions possibles, ces cadres d’analyse. « La société bourgeoise », la nouvelle « jeunesse » comme force politique, « l’université », le paysage politique, l’état de la « classe ouvrière » : tout a pris un étonnant coup d’histoire, le suranné, le décalé, tout ce...

0

Olivier Roy sur communauté et société – l’intenable Etat religieux

Ici aussi, lumineux. Sur la qualité intenable des communautés religieuses, observable en particulier dans les Réformes ou les genèses (Pilgrims américains, islamismes, Genève de Calvin, post-débuts du christianisme…). L’intenable parle simple effet de l’histoire qui est une culturalisation de la religion, qui est aussi une socialisation de la communauté. Dès une seconde génération. Living in. Roy revient donc sur Gesellschaft et Gemeinschaft via Weber, mais lui donne un angle que je n’attendais pas. Ce qui manque à une communauté, alors...

0

Olivier Roy – religieux et culture

Olivier Roy fait quelque chose de très simple – évidence démontrée, les choses tombant en place éclairées et naturelles -, et simplement tire toutes les conséquences, en les examinant dans leur jeu dans l’histoire. Très puissant. Et simple à, disponible immédiatement à, translater dans tout projet analytique proposé, en tant que perspective. Par exemple il se dispense tout librement, les manches larges, des agonizings ontologiques ou éthiques (sous couvert, éventuellement, de politique), de la theory – débats Asad sur Geertz, etc. Prendre...

0

La sainte ignorance : culture et religieux, éclairage

Excellent point de vue, et donc pespective, d’Olivier Roy sur le rapport, historiquement varié, de religieux au culturel. Toutes les conséquences de ça, une fois qu’on commence à l’examiner dans l’histoire : nécessairement géopolitique puisque il s’agit du rapport entre religion et État, puis entre mission universelle et colonialisme. Je prends par exemple cette pastille, 112 dans La Sainte Ignorance, donc : Dans la vision protestante du XIXe siècle, qui n’est plus calviniste et pas encore évangélique, la civilisation signifie...

0

Religion et culture – Olivier Roy

Olivier Roy y va aux discussions des masses : religion et culture, ici. La Sainte Ignorance, de 2008. Voir comment il fait pour engager ces plans entiers, à partir de problématiques situées, et choisies par l’actualité. Lire Roy avec Asad (et donc avec Geertz).