Étiqueté : dêmos

0

L’ironie nationale – Anne-Marie Thiesse affect historiographique

Il y a une joie de l’ironie dans La Construction des identités nationales, contagieuse et roborative donc. Le ton entier du volume, si fresque, dans la largeur comparative de vues – inter-nationale, et d’un art à l’autre, tendu par le paradoxe de la modernité antiquisante. L’Etat nationalisant. Cette humeur a bonne persévérance. Elle permet aussi des pirouettes – affirmations, trop délicieuses pour être mises en question, et pourquoi les hésitations puisque l’érudition est toujours si sûre et complète et assurée,...

0

Ivan Illich situe 1971 – « interculturel »

Deschooling Society, 1971, écrit après travaux de séminaire « Alternatives in Education » au CIDOC de Cuernavaca, Mexique, Center for Intercultural Documentation. Montre : une dimension catholique de l’intérêt tiers-mondiste, ou au moins « interculturel » et sudiste disons, du tournant 1960s-1970s. Amérique latine des Sixties – jusqu’à Allende en 1973 en tout cas. Contribution des Amériques aux 60s, oui, aussi. Apports critiques décisifs de la théorie de la dépendance – de Freire aussi, voir le contexte. Et travaux post-européens,...

0

Linguistes et géopolitique – 1895, 1915

Assez étonnant de voir les linguistes passer au commentaire politique. Renan (1888), Bréal (1895) et Meillet (1915), ici, rassemblés par le volume Lambert-Lucas de circonstance (2009). Bréal évoqué l’antisémitisme au moins (69), et se plaint de la dominance du « principe des nationalités » dont il date l’emergence à 1848 – au nom de l’humanité, de la liberté et du progrès ; contre tous les naturalismes linguistiques. C’est 1895. Meillet écrit en 1915 et il s’agit de « l’hégémonie allemande...

0

Linguistique science des « masses » ?

Emergence parallèle (chronologies à vérifier) de la sociologie et de la linguistique dans son institution moderne (post-victorienne) ? Dans les deux cas peut-on y reconnaître des épistémès de l’âge des masses – page tournée depuis Arnold, et alors depuis Renan ?, et Taine ? Bréal, qui défend « la vie humaine » dans la linguistique contre la convergence méchante du naturalisme (« lois fatales ») et du mystique, débouche sur un autre argument que simplement le rappel de l’usage et...

0

Les mauvais peuples. Légitimité en jeu

Les événements de Paris 8, les retournements de la révolution (le mot arrive très tard, vers p. 500) dans L’Education sentimentale, le questionnement sur les droits fondamentaux du refuge (Betts & Collier) : chaque cas soulève la question du, et en effet réactive les arguments sur, le mauvais peuple. Les effets de peuple à la démocratie douteuse. Ou, autre cas, difficile à reconnaître dans le Vraisemblable politique en place. Soit ensemble les rapports de classe, qui permettent une visibilité et...

0

Agamben Peuple et peuple – et peuples

Oui bien vu bien remis en lucidité, la dualité politique moderne, dynamique de la démocratie justement, entre Peuple et peuple. Que Rome identifiait par ses catégories institutionnelles même : populus et plebs. Qu’Aristote tenait à distance de polis (ses différents regimes) à dêmos. Alors après les peuples, la différence des peuples, la racialisation, la naissance-nation à la fois inséparable historiquement de la colonialité et prise dans le concert des nations / la guerre des nationalismes. Les identités mortifères. Les guerres...

0

Ah – Agamben, peuple, et tiers monde

Demande formulée hier, réponse obtenue ce matin, a few pages on, pp. 190-193 de Homo sacer : . fouille, léger sondage, philologique et historique, dans le mot « peuple », mot politique européen , dans ses déclinaisons latines (Rq : Agamben ne s’arrête pas sur la spécificité de l’allemand dans cette série, alors que l’Allemagne lui fournit les cas du nazisme, de Schmitt, et de Benjamin – de Arendt aussi, même). L’ambivalence, dit-il, et l’amphibologie structurelle de « la politique...

0

Agamben, dêmos, colonisé

. Il reste, une fois Homo sacer poursuivi jusqu’au bout et la fidélité de lecture débouchant sur une estime assurée, la question de la démocratie, pourquoi non sollicitée, sur la ligne de réflexion concernant le biopolitique ? Et la vie nue du colonisé, qui fait remonter la chronologie sa doute a une autre échelle, et à d’autres sens historiques peut-être, question de la formation de la modernité, ou politique moderne. La question, qu’il faut aller reposer dans la lecture de...

0

Savoir et dêmos – expérience IAL

Les interfaces entre savoir et action. C’est théorie et praxis, mais aussi théorie (ou sens) et émancipation. Les savoirs du social, organiques ; la Politics of knowledge top-down ; le savoir et le dêmos. L’expérience, tout à fait garbled encore jusqu’ici, du cours de L1 (IAL, Introduction aux études littéraires anglophones) où je projetais de réfléchir en pratique au savoir de L1, malheureuse. Et alors, un peu amèrement (après l’euphorie du cours Litteartures du monde musulman cet automne), instructive. Y...

0

@Exilé.e.sOccupP8

Question des discernements, où est le (les) peuple(s) ici, où le dêmos qui se travaille, contre quel(s) enkystement(s) de pouvoir/privilège. Question de l’analyse politique portée par les différents acteurs, dont ceux qui préfèrent participer au jeu en se tenant délibérément, soigneusement, à distance. L’évolution des mots d’ordre, qui identifient leurs énonciateurs : migrants, réfugiés, exilés, et la série ouverte.

0

Islam, poursuite : conservatisme, religion

Il faut encore, sur ce chemin de lecture très prenant, très problématisant (ou simplement toujours la dynamique de l’étranger, ici complexifiée par l’effet « monde musulman » non, trans, et putativement post-national, soit la libération critique dégagée par toutes les formes alternatives) sur l’Islam et l’islam, apprendre à localiser . les réactions, les autoritarismes, les oppressions idéologiques, et les mouvements libératoires. Difficulté ordinaire de la pratique de la relativité culturelle. (Voir, par exemple, comment Asad l’exclut de son champ plutôt...

0

Dêmos – ethnos encore

Enfin après beaucoup de préambulation nécessaire, un apport au livre : qu’il s’agit du dêmos qui pousse dans l’ethnos. Oui de tous les côtés idéologiques des populismes actuels. Les conséquences de ce que je pose sont à calculer avec précision, des erreurs horreurs politiques sont possibles au bout de cette ligne. Mais poser le calcul. Et oui dans Saussure. Malgré toutes les délicatesses à discerner également ; des plans à distinguer dans l’épaisseur des données – théoriques, idéologiques, de coordonnées...