Étiqueté : discours

0

De quoi cet énoncé est-il le nom ?

Autant je n’aime pas trop reprendre un trope de Badiou (à propos de Sarkozy en 2007 – wow, petit effet d’histoire), autant celui-ci me revient et me retourne dans la tête, plus intensément avec les nouvelles « annonces » récentes, diverses « réformes » cumulatives. Ceci noté donc après l’intervention d’Edouard Philippe présentant les termes déjà ajustés (quelle idée ces ajustements, quelle lecture de la rumeur ? Avec qui le pouvoir parle-t-il ?) de la réforme des retraites en cours....

0

Journal de mouvement – adresse

La question est aussi de savoir à qui s’adresser, adresser, une mise en parole. Voir l’effort pour identifier un adressé dans l’introduction au livre sur Saussure. Question du collectif et de la division sociale. Se défendre : les adresses possibles sont multiples. Sans doute il s’agit justement de trouver ça – sans doute les énoncés qui vont réussir (voilà ici : de quelle félicite s’agit-il ?) vont être ceux qui auront inventé, ou même trouvé tout fait, par expérience politique...

0

Situations du discours, critique généalogique

Dans le merdier ordinaire de la scène discursive ici-maintenant-nous, avec toute la spécificité des régimes discursives propres à cet ici (la tâche est bien présentée aux yeux d’une cartographie à faire, cursive, continue), quel type de trait y tracer, quelle coupe de la parole, comment couper la parole ? Par la généalogie – de quelque soit le mot d’ordre considéré, beaucoup de la pelote hégémonique venant nécessairement avec chacun. La bataille est harassante, et le désir critique pas toujours disponible....

0

Sociologique de Meillet – Saussure sans classes

Le mot concept de Meillet dans « Comment les mots changent de sens » est groupe : groupe particulier, qui pratique une « langue particulière », avec son « autonomie ». Très singulier par rapport à Saussure. Qui pense en termes de peuples quand même, encore ?. Même dans la théorisation de l’intercourse, où il isole bien l’action de clercs portant leur propre culture et en chargeant la légende qui leur passe entre les langues. Ici on est sur la...

0

Braj Kachru – World Englishes are fun

At last, broaching this. Major hill to climb up and see out on the landscape from. Pleasure of getting back to English, to language and a language. And to mettre mon nez dans les discours, les pratiques, les coulisses, les fabrications toujours. Les « cultures du langage » – je vais retenir ça de JL Chiss. Rigolo de voir se découvrir ce petit monde de discours (à grandes enjambées mondiales, en thème comme en pratiques associatives savantes et autres braindrain),...

0

Lévi-Strauss – peuple, société, système symbolique

Important de repasser par Lévi-Strauss, à ce stade par exemple. La Pensée sauvage, plus précisément dans les termes du livre la pensée indigène ou première. 1962. Non seulement pour l’anthropologie structurale à l’oeuvre, dans son homologie à la linguistique saussurienne ou phonématique, et sa critique cursive de l’ethnologie d’observation. Mais aussi, en épaisseur de Saussure (postérité, reconstruction, potentiels pour une pensée de l’anthropologique) : sur le rapport entre système linguistique et système social, sur le symbole et le système symbolique...

0

Lévis-Strauss : transition décoloniale

Extraordinaire Lévi-Strauss, cette construction, dont je ne vois pas encore bien les avantages. Bricolage s’il en est – Et alors comment place-t-il l’anthropologie dans l’ordre de la science, dans ce cas ?? La Pensée sauvage, 1962, lecture entreprise pour généalogie dans la question des savoirs du Sud et leur représentation dans la pensée européenne – Et présentant également des opportunités majeures pour la généalogie du saussurisme, de la French Theory, de la pensée de la pensée depuis les Sixties etc....

0

Walter Ong, pan sur le nez

Your high-literate values, those you make your pride of, professional and personal, are historical, that’s granted, but in denial of anthropological history and simply elitist, for want to a broader word for now. Tout ce qui se transforme et se dévalue, ou peut rester comme « résidu d’oralité », quand une société passe à la chirographie puis typographie (chastised I am, but hey, good shiny words I will still take). La dimension performative, avec toutes ses qualités et valeurs et...

0

Nietsche lu par Foucault, Deleuze, Guattari – philologie

Estomaquée par la Généalogie de la morale, et donc je reste perplexe devant la lecture qu’en tire Foucault pour ses propres intérêts critiques. Quelle théorie du pouvoir ? Que fait-il de ce reste massif : la célébration de la tyrannie comme noblesse et vie ? De même, que fait-il de la logique « paralogique » et « paradoxale », explicite chez Nietzsche, du trope, qui retourne à chaque instant la valeur de la valeur ? Sur la vie et l’affirmation,...

0

Nietzsche fait lire Foucault – et Saussure et la naissance de la sociologie

C’est sur qu’on se sensibilise à la méthodologie de Foucault en passant de près dans La Généalogie de Nietzsche. Distance critique mieux assurée sur sa pratique philosophique qui est une opération sur l’histoire. Manipulation, façonnage de l’histoire, dans un mode comparable, intertextuable, avec Nietzsche et sa philologie paléontologique, la préhistoire de l’homme. Terrain de science d’époque et terrain de fantasmagorie conceptuelle, anthropologique, et épistémologique. Valeur des plongées dans telles séquences, des projections de telles évolutions / ruptures. Valeur conceptuelle et...

0

Nietzsche, généalogie

Nietzsche délicieux ! Généalogie de la morale, p. 12 (Idées Gallimard, 1974, toute une époque, et la mienne) :  « un genre d’hypothèses généalogiques à rebours et d’essence perverse, genre vraiment anglais », sur Paul Rée, De l’Origine des sentiments moraux, 1877.  En suite des Equipements de pouvoir, et en amont de Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », 1971. Et en contemporain de Saussure, sur le chantier d’une modernité de l’histoire, réinvention discursive/historique, de l’histoire. Quel effort de double...

0

Agenda : sur l’énonciation

Le projet est assez mou, en raison de l’économie libidinale universitaire du moment. Pourtant il se dessine et revient. Il faudrait, on pourrait, faire un livre sur les pragmatiques, énonciation et peuple, énonciation et pouvoir : de Butler, Mouffe et Laclau, Benveniste sur l’institution, et alors aussi Castoriadis. Les néo-marxismes. Deleuze et Guattari. (Placer Laugier ici, pour le plaisir de tirer au clair une confusion de lecture actelle qui irrite). Les articulations du langage et du matériel, pouvoir, par exemple...

0

Énoncé, énonciation – discours sur/de l’Islam

Terribles langues de bois, charge idéologique qui caparassone le discours, murs de discours. Que faire avec ça. Comment. La tâche est d’apprendre à lire ces discours : qu’ils soient communiqués d’Al-Qaida (lecture à venir, anthologie Kepel et al), déclarations islamistes de toutes facettes, mais en miroir jeu de langage des faucons occidentaux, pouvoir israélien, sociologies d’Etat sur les radicalisations, etc. C’est : lire les énonciations dans les énoncés. Les moyens nécessaires pour ça sont chers – histoires discursives serrées, d’autant...

0

Discours et pratique sociale : islamismes

Les langues de bois idéologiques, ou même les discours simplement fermés (que faire des déclarations produites dans les entretiens, impressionnants pourtant, de F Khosrokhavar auprès des « islamistes » (interpellés tels) en prison ?) : et, en face, l’articulatin utile rappelée par NC dans Kepel et Richard, Intellectuels et militants, entre discours tenu et pratiques sociales – case in point, les femmes islamistes de Turquie dans les années 1980. Ce ne sont pas des contradictions. La lecture commence quand on...