Étiqueté : diversité des langues

0

Parler le Merton – une poétique de la sociologie

D’autant que j’écoutais Arnaud Saint-Martin présenter le classique “STSS“, dans le cadre de la Petite bibliothèque des sciences sociales à la BNF, 2017, Sylvain Bourmeau à la barre. Univers de discours habité, familier, incorporé. Combien j’aime ces introductions, entrées. Quoi aimer dans Merton, qui est un précis du langage. Et de l’anglais, en l’occurence, “choice finds” (OTSOG p. 184). Oui : STSS (à distinguer en effet de sa version française en Éléments, qu’il ne faut pas prendre comme une traduction) comme...

0

Devenirs du langage : national à numérique

Combien la centralité du langage, dans la reconstruction culturelle d’après-guerre, dépend des nécessités reconstructives en effet mais aussi des exigences matérielles de la guerre-froide. Il faudra voir aussi comment ces dynamiques s’expriment sans doute aussi dans les versants décolonisation de la même période. Générations du langage. Qui n’est plus – la démarque est justement lisible, donnée historiquement – la ligne d’enjeux du langage du temps philologique qui atteint point d’orgue avec Saussure (disons – ici évidemment mon point de vue...

0

My family and the family of nations : monarchy

Premier discours du roi Charles III à la télévision. Un repère rapidement, limite et touch-paper de la monarchie : mettre dans la même phrase, dans la foulée rhétorique et idéologique (le ton étant compassé, et pensant passer pour le consensus de la charité, pitié), le sorrow de “my family and of the family of nations“. Ah ben non. The strikingly odd, que fait la famille ici. Le ton est donc familialiste, patrimonial et patriarcal malgré Elizabeth si longtemps. Je trouve...

0

Boucle des classiques – “humanités” numériques

Je continue à m’émerveiller, maintenant en suivant C Jacob pas à pas, conquise et attentive, prête au détail, moisson, par tous apports qu’il choisira. Beaucoup à apprendre, d’un regard frais sur l’hellénistique, française, et à cogiter, du rapport bousculé aux classiques dans le cours de ma propre vie de “travail savant”. J’ai appris à situer les Classics dans Arnold et puis dans l’ironie des modernistes, Woolf, Strachey, Hulme & Lewis, Eliot. A me situer dans les ornières en place, au...

0

Grèce polychrome – contre classique

De même : la représentation ancrée de la statuaire grecque si éblouissante blanche, classiquement muséifiée telle, qui fait paraître si scandaleuse l’assurance archéologique de la polychromie. Combien la “Grèce” est orientalisée, multiculturalisée, au sud de la Méditerranée et dans les terres de l’est qui vont faire l’empire jusqu’à Byzance et aux Ottomans. Évidences qui sont pour autant bonnes à repasser, resituer resémantiser, en les corrélant aux nouvelles coordonnées comprises.

0

Translatio de la philosophie

Très certainement : il faut se caler dans cet après du transfert – non pas la (seule) philosophie, et Athènes, comme point d’origine de “lacultureuropéenne”, ensuite déclinée dans la chrétienté médiévale et son modèle métaphysique, mais bien la translation de la tradition aristotélicienne, dès si tôt, au Sud et à l’Est, et dans un creuset d’alliages de langues-cultures, à Alexandrie et son épistémologie philologique. Après l’invention de la discipline (technique on peut dire) du concept, l’institution de la bibliothèque. Procédures...

0

Table ronde OTSOG : projet ? 📌

Set up pour une table ronde des traducteurs : conditions éditoriales, qualification/situation des maisons d’édition, types de contrat et entente, politique globale, et spécifique, de traduction, négociation et sens local des droits [degré d’autonomie et choix autonomes] points saillants dans l’expérience de la trad et de sa négociation culturelle & éditoriale : appel à expression, singulière personnelle & locale rapports entre traductions ? cf intro du traducteur alld, cité ds It et Esp ; Merton reprend “Italianate edition”. réceptions (invitations?,...

0

Enrique Murillo : voix avec OTSOG

Immédiatement plongé dans le jeu : le traducteur espagnol Enrique Murillo, déjà avec un astucieux “adivinacionistas” pour adumbrationists, et l’entour de la phrase. Another friend. Et encore une fois – ici par une dimension entière ajoutée -, la traduction, non binaire, non “stylistique-comparée”. Le polylogue avec mes homologues engagent des systèmes entiers, linguistiques et littéraires, et philologiques. Pans européens. Caisse de résonance de la culture lettrée et de ses devenirs et réexplorations, réflexivité continuée (par une ironie propre au langage).

0

Coup de théâtre : *Hombros de gigantes*

En cherchant minimifidianisme pour l’attestation française, Internet me renvoie à –o, et à la révélation de l’existence d’une traduction espagnole : par Enrique Murillo, pour ediciones península, de Barcelone, enero de 1990, sur base de la version de 1965 reprise en vincenniale, 1985, de Harcourt Brace Jovanich, avec intro de Catherine Drinker Bowen et postface de D Donoghue. Elle paraît donc avant “the italianate edition”, de 1991. Qui sait si japonais ? Chinois ? Coréen ? Une deuxième langue romane...

0

TS in contexts of DH

Note après table ronde au colloque EAST4 : East Asia Translation Studies de la semaine dernière, Université Paris Cité (ex 7), Florence Zhang aux manettes, et Cécile Sakai pour la table ronde en particulier : en effet, air du temps, faveur institutionnelle, et inscriptions matérielles des plateaux “postcolonial” et “mondialisation” dans les traductologies, mais où voir les traces éventuelles d’intersections possibles entre Translation studies et Digital Humanities ? On pose le pied sur une ligne de fracture peut-être, simplement :...

0

Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi...

0

Traduction, OTSOG, compagnie

J’aime la responsabilité d’être mon propre dictionnaire – décisionnaire des qualités, couleurs et tons, modelages, sémantiques. Ce renversement doux, long d’une carrière et d’une vie amoureuse de l’étranger dans l’anglais et l’anglophonie (ah my darling Onion, coup de cœur lexicographique un jour d’été à la Bodleian – et les fous depuis Dr Johnson), du rapport à l’autorité de la langue. Sans – of course – sortir d’une immersion consciente, délibérée également, dans les multiples autorités qui flottent dans la langue...

0

Traduction contd.

Nouvelles (pauvres, il y a beaucoup de désert dans cette longue traversée) configurations de l’expérience de la traduction : slow work, slow research, slow literature. A ras du langage. Combien la ressource est tourbillonnante, kaléidoscopique, à toutes ses échelles. Cette vitesse est affolante, et elle est douce aussi. Son contraste avec la cadence quotidienne imposée est son caractère le plus marquant peut-être.

0

Olivier Beaud – *Le Savoir en danger*

A quels signes on reconnaît une position de parole. Quelques pages d’entrée dans Le Savoir en danger et les réseaux sont posés. Processus comique de mon déplacement devant, en 30 minutes de lecture, n’ayant plus que vaguement en tête le positionnement d’O. Beaud dans les débats jusqu’ici, sachant seulement sa présence investie et informée. Penny dropping. D’abord, la sensation soulageante que certaines suggestions, représentations, arguments, soient tenables : Einstein, Jaspers, le libéralisme universitaire allemand, que j’ai à moitié pardonné à...

0

Traduction – expérience d’habitation

Immersion, longueur du temps vécu dans un texte et ses prolongements résonances échos étendus distendus – souplesses étonnantes de ces rapports, vertige d’élasticité, les possibles de l’histoire dans ses parcours pourtant fermes, déterminés, doubles par les clôtures des deux langues – par l’espace de la traduction. Vivre avec un texte, l’habiter longtemps : c’est ce désir-là qui m’a amenée à l’idée de traduire. OTSOG. Délicatesse des apprentissages, compréhensions, pénétrations, qui se forment et émergent, évoluent et circulent, dans ce long...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search