Étiqueté : écriture

0

Zotero expression – biblio graphie, lecture

Tiens : peut-on rendre public un document / base Zotero ? En faire un espace ou objet (càd un objet espace, wip et chronique) de publication ? La question est très certainement une évidence grossière pour les sachants des humanités numériques, et les outils et expériences multiples et même industriels. C’est à voir. Dans le processus dont je suis l’observatrice : détournée de l’écriture explicative, et toute versée dans l’écriture pour-savoir, artisanale et laborantine et infans (incommunicada), cette nouvelle disposition,...

0

Écriture – avec qui ? / pour savoir

Ah, une résolution possible, la détente d’une question qui s’apaise, petit à petit dernièrement. Cette figure paisible passe et repasse, semble s’installer. La laisser se poser donc. Le souci, le scrupule, a souvent accompagné l’écriture ici, depuis longtemps (2006, premier investissement de l’espace public sans public du weblog je crois) et avec une nouvelle charge un peu plus pressante, à peine plus pressante grâce à l’absence continuée de public : à qui je m’adresse ? Qui m’écoute ? Mystères (facilement décryptables...

0

McLuhan rapidement illisible

Au-delà de la première partie qui pose les thèmes – thèmes plutôt que propositions, ou propositions plutôt que processus de problématisation, restitution et épreuve critique – la seconde, répertoire, roule sur des riffs, répétitions lyriques. Emphases, « dramatique » (son terme, je l’entends picked from Burke ?). Rien à développer, exercer, éprouver, discuter même, si le mode est celui de la déclaration, emphatique. Affirmation, exjection, prise de parole – par mosaïque de brico-braconnage. McLuhan sauvage, certainement : c’est un atout,...

0

Les fous – logothètes et tabula rasa

McLuhan, bien sympathique bricoleur (réarticulateur de tropes théoriques et culturels d’époque, sans timidité, sans censure – comment peut-on être canadien ?), p. 13 into Understanding Media. Il me fait, par shifter chronologique, penser à l’innocence et jubilation des possibles en Mécano intellectuel d’YC. Il y a l’irritation des effets de domination, dans les discours solaires du numérique (et ses épigones en parasites), dûs à la tabula rasa. Que je m’apprête à regarder, par exemple dans Hayles. Et autres enthousiastes –...

0

Universalisable – sujets du savoir

La suggestion de CS, alors que nous parlons biographie de scholar, propos désirant sortir, avancer, poser : de prendre ça par la question de savoir si l’objet de l’écriture est universalisable. Soit propre à la publication. Intéressant de considérer ça. L’image du seuil se présente, avec ses limites habituelles : le seuil est mobile et plus on l’observe plus il fuit. Ici entre les contours incernés du sujet et les bords fondus du public. Le je du savoir (ou de...

0

Énoncé et énonciation des sujets savants – Malinowski

Qu’est-ce qu’il en serait, de l’idée de faire agir énoncé / énonciation, ou « de quoi X est-il le nom ? », sur les « vies et œuvres » ? Sujets et sujets. Le cas Heidegger est la, une, montagne classique à envisager. Mais j’y pense au sujet de Malinowski, Diary in the Strict Sense et Argonauts. La relation de ces deux textes – dans le segment lu hier soir, apparition de la question de la kula. Le décalage marqué,...

0

OTSOG ! Merton intemfestif

Merton, Robert K. – nom fantaisiste, américain au sens immigré du terme, texturé en Europe dense d’histoire – tout à faire happily (la félicité est de performativité : associée dans les premières pages des Autobiographical Reflections à la fin de Serendipity, autour du Père OTSOG Bernard de Chartres, p. 231) intempestif pour cette saison de tangente scientifique et politique. La jubilation est irradiante, elle se projette partout, éclaire tous azimuts. Peut-être avant tout, zone focale, centre nerveux : le décrochage de la...

0

Libido sciendi, toujours et bons océans – philosophie des sciences

Tiens, recherchant les passages du désir, je me retrouve dans des flots de savoir, milieu propre, et centre géométrique. C’est bon de le sentir si clair. Malinowski en journal d’ethnographie, Merton en OTSOG, les sorties et traverses scientifiques des fantaisies, ce matin entamé le très bon Que sais-je de Dominique Lecourt, La Philosophie des sciences. Qui me refait passer, via Comte, par Newton et un autre aphorisme que celui qui fait le dada de Merton : « Hypotheses non fingo »...

0

Histoire littéraire des fantaisies scientifiques : Robert Merton

Tiens, la sensibilité éveillée, je rencontre. Pour les pratiques de bordure entre science et poème, deux récifs de savoir. Deux traditions. Non seulement Malinowski, dont je suis sur la trace pour son « journal d’ethnographe », soit en vo (va, la vo étant en polonais) A Diary in the Strict Sense of the Term, et publié largement après-coup (par des éditeurs peut-être même d’ailleurs) mais aussi Robert Merton, dont me parle Mary Douglas dans How I Think : en fin...

0

Les livres impossibles

Est-ce que les livres sont impossibles jusqu’à ce qu’ils soient écrits ? Et alors l’emmurement est une figure de l’écriture elle-même, que certains et sans doute beaucoup ne dépassent jamais. Ou bien les livres – universitaires – deviennent-ils impossibles ? Autour de chacun, tous ces terrains de travaux forcés et grinding down. Donnant lieu à des initiatives (utopies) comme telle du groupe de livre suggéré par CT. Et notre writers’ club. Poussif. Céline, Isabelle, … D’autres vivent le confinement actuel...

0

Livre et carnet

Lire, c’est transformer un livre en carnet. Son livre en mon livre. Un peu fantasmatiquement mien.

0

Fantaisie Saussure suite : hier j’écrivais :

Prendre Saussure par où il en est. Depuis où il en est. Pourquoi traduire en effet ? Une façon, qui m’apparaît : le prendre dans son état de long suspens, long chantier déterminé dans les conditions de travail. Auerbach à Istamboul pendant Mimesis. C’est ça mon faire, sans doute. Combiner Saussure, former ces grandes articulations, de sujet à société du poème. Tiens : I know what I know.

0

Fantaisie saussurienne – pastilles

Je tortille, j’attends, je laisse en suspens, j’espère, je soupire sous la vieillesse du désir en route depuis des années. J’essaie, je n’essaie pas, j’ai envie d’avoir envie, j’essaie. Nouvelle figuration ce matin, à l’écoute de la joie (exercice psy) : une fantaisie saussurienne ? J’ai envie de pastilles : pastille sur la contextualisation (et le geste de la contextualisation, ici replié sur lui-même en moult réflexivité, mais faut-il vraiment l’expliquer ? L’envie est de l’écrire, à la poème, en...

0

Écrire – lubies

Peut-être ?, faut-il ?, projeter d’écrire les lubies. Finalement retrouvées, ou légitimitées. Et laisser écrire par tâtonnement de goût, aveugle au sens. Infra. Par le dedans de l’experience, par le bas de la raison. Ici une ethnographie du savoir. Savoirs dominés ? Savoirs … quels adjectifs, justement ? (Oui, NB : ethnographie : ses rapports, doubles aussi, avec les positions dominées.) Le dominé et ses attentions, ses savoirs. Ses positions positionnellement critiques, marges. Par exemple ce matin : l’intimidation, la...

0

Edward Said, prose

Struck by Edward Said’s cool mastery of prose, in essays on the Arab novel in Reflections on Exile here, or writing biographical reminiscences of 1940-1950s Cairo. The confidence, the grace, the ease. Elegance. Conversation de salon effect, pieces conceived for literary magazines, free ranging outside of academic discipline. But that confidence. I allow myself to fantasize : from a substantial practice and professional sanction of literary scholarship, academic proof of oneself, experience built up, a solid bolster of progressive achievement....

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search