Étiqueté : Fantaisie

0

Savoirs du sujet savant – le bas, la libido

Le par-le-bas que j’essaie d’explorer et même habiter ces temps-ci (ostogistes) est de l’ordre de, peut-être : « mettre des mots sur ». La Frontière de ça… tout le mouvant, transindividuel transsocial, inconscient, de l’entre les signes sociaux. Autre chose que de l’intime contre l’institutionnel – et moi aussi j’aurai nécessairement à m’irriter de retrouver sous mes pas les cases préfabriquées et usées, dont Bourdieu essaie de se défendre dans son Esquisse pour une auto-analyse. Non que je me compare...

0

55 in academia – et surprise de la fantaisie

Cette humeur de quinquagénaire de l’université, continuant à comprendre ce que c’est que d’être portée dans le mouvement de génération, flailing about somewhat with the institutional ground so shifted all the while. L’humeur m’indique des choses à savoir, soudaine sues par position : en séniorité on peut se trouver dans des positions de pouvoir, direction, que j’ai écartées. Unnatural. Mais aussi en position de consultant – direction de recherche, reviewing, comités de valeurs scientifiques, jurys. Et en position, c’est autre...

0

La critique et la joie – Merton intempestif, mesure de « shift »

La question est de trouver la joie qui est possible dans le « paradigme » scientifique actuel. Qu’on puisse assez bien repérer la source, toute la zone même, de la joie chez Merton, devrait pouvoir faire déboucher par l’homothétie sur les coordonnés des affects des situations présentes. Si on parie sur l’histoire et  le savoir un peu accumulé quand même de ses tours. « Paradigme » : une proposition de Merton d’abord, (he is careful to remind us, Afterword à...

0

Énoncé et énonciation des sujets savants – Malinowski

Qu’est-ce qu’il en serait, de l’idée de faire agir énoncé / énonciation, ou « de quoi X est-il le nom ? », sur les « vies et œuvres » ? Sujets et sujets. Le cas Heidegger est la, une, montagne classique à envisager. Mais j’y pense au sujet de Malinowski, Diary in the Strict Sense et Argonauts. La relation de ces deux textes – dans le segment lu hier soir, apparition de la question de la kula. Le décalage marqué,...

0

Libido sciendi, toujours et bons océans – philosophie des sciences

Tiens, recherchant les passages du désir, je me retrouve dans des flots de savoir, milieu propre, et centre géométrique. C’est bon de le sentir si clair. Malinowski en journal d’ethnographie, Merton en OTSOG, les sorties et traverses scientifiques des fantaisies, ce matin entamé le très bon Que sais-je de Dominique Lecourt, La Philosophie des sciences. Qui me refait passer, via Comte, par Newton et un autre aphorisme que celui qui fait le dada de Merton : « Hypotheses non fingo »...

0

Mary Douglas – excellent read

Sated, exhilarated, fully funned, twinkled and nicely ironized, after Mary Douglas’ How Institutions Think, 1986. An unlikely date for such British anthropology (then writing from US choice, cosmopolitan academia, Syracuse UP) – the effect is to recast the view of the said date. A minx, using the marginal informality of the lecture genre, which is also a genre for authorization of academic maturity and election, to give herself elbow room. But then also the remarkable – probably fairly provocative –...

0

Histoire littéraire des fantaisies scientifiques : Robert Merton

Tiens, la sensibilité éveillée, je rencontre. Pour les pratiques de bordure entre science et poème, deux récifs de savoir. Deux traditions. Non seulement Malinowski, dont je suis sur la trace pour son « journal d’ethnographe », soit en vo (va, la vo étant en polonais) A Diary in the Strict Sense of the Term, et publié largement après-coup (par des éditeurs peut-être même d’ailleurs) mais aussi Robert Merton, dont me parle Mary Douglas dans How I Think : en fin...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search