Étiqueté : histoire

0

Eva Illouz : les articulations conceptuelles – du langage au marché

Très forte et très lucide Eva Illouz – la ferme formation conceptuelle qui soutient le cours de son exploration, et l’inventivité critiqué déjà notée. (Formation conceptuelle travaillée avec soin : voir la batterie de références en note, qui cartographie et dialogue très richement, contextualise finement largement, historicise son geste bien délibérément. Girl’s work this, good, appreciate.) Densité des premières pages – jubilatoire. Alors elle peut arriver à : Sexual encounters organized as a market are experienced both as choice and...

0

OTSOG ! Merton intemfestif

Merton, Robert K. – nom fantaisiste, américain au sens immigré du terme, texturé en Europe dense d’histoire – tout à faire happily (la félicité est de performativité : associée dans les premières pages des Autobiographical Reflections à la fin de Serendipity, autour du Père OTSOG Bernard de Chartres, p. 231) intempestif pour cette saison de tangente scientifique et politique. La jubilation est irradiante, elle se projette partout, éclaire tous azimuts. Peut-être avant tout, zone focale, centre nerveux : le décrochage de la...

0

Sciences humaines PUIS sciences sociales

M’apparaît – alors que je souffle et je crayonne à la présentation des étonnants aveuglements soigneux, pisse-froid, de la « philosophy of science » de Vienne puis des US en passant par Russell – une configuration du rapport entre sciences humaines et sciences sociales. Car il s’agit de la disparition, sleight of hand, whisshh, de l’histoire et du social, dans ces logicismes et « empirisme radical ». Et alors disparition dans leur présentation historique même, par Dominique Lecourt, de la...

0

Complexité : le dilatoire et l’historique

Le travail apparaît aussi comme ce fudging, cet étalement des problèmes, étalement en problèmes : donner à voir ces carrefours, où la morale politique se retrouve mal et doit suspendre, un peu stupéfaite, un peu rassérénée par la nouvelle rencontre avec le point de vue bâillant de l’histoire, il y a ces courants multiples et superposés, ce sont les points de vue qui vont dessiner des perspectives, hypothèses, propositions. Dessins. L’inverse temporel de l’augure. Carrefour comme clearing house. Urgence d’attendre...

0

Chronique covid : les énonciations en acte

Je reporte ici, versant notebook en notebook (pace Doris Lessing), les notions de chronique flottante depuis début mars 2020, ayant débouché sur un léger déplacement d’écoute à l’instant. L’histoire, si précipitamment quotidienne ces semaines, en formation – logistique, économique et discursive – si sous nos yeux, live, « en continu ». Parce que transformation. suivre aussi chronique des énonciations – apparaît comme une évidence. Quelles voix, et quels actes de discours, et quelles adresses, et quelles implications pragmatiques – engageant quel...

0

Fourmis de l’analogie : Covid life

Information, analyse, réactions, nouveaux culturèmes, internationaux. Nouveaux rapports internationaux, d’ailleurs. Leadership de la Chine et modèle de la Corée. Tous par fourmillement du travail sémantique-culturel d’analogie. Avec les séquences passées (des étapes de paupérisation de l’hôpital dans la dernière décennie aux temps de Décameron). Avec les enjeux du temps : mondialisation devant climat et biodiversité, avec l’état des inégalités sanitaires et des migrations hors parapluie (si tant est) d’État, et des conflits (Syrie ! Yémen !…), disaster capitalism (N Klein)…...

0

Frontières : fabrique, et sollicitation actuelle

On reparle des frontières, de l’Europe en particulier, ces jours de pandémie (ou activation, instanciation, du mondial, sous un nouveau mode exploratoire). Une remarque glanée au hasard des flots de la radio, citation d’un penseur actuel : que les frontières actuelles de l’Europe sont des lignes de front qui ont été pacifiées. Très éclairant, très belle remise en perspective du résultat historique ; ce temps écrasé visible aujourd’hui, et radiographiable dans ses couches constitutives. Tout à fait évidemment : les clivages...

0

Littérature – ses homothéties contemporaines

Lecture d’AM Thiesse, La Fabrique de l’écrivain nationale. Entre littérature et politique, 2019. Les puissances sociales historiques qui se sont cristallisées, sur le temps long du long XIXe siècle européen-colonial, dans la littérature (en cristal avec « idée de la nation », démocratisation, sécularisation donc, et ses bases économiques, libéralisme économique et politique puis fissure du socialisme) : ce sont elles qu’il s’agit de voir se transformer et se désinvestir, pour devenir quoi, s’incarner s’incorporer dans quelles formes et médiations en cours...

0

Vivre le pouvoir, soit l’histoire

Vivre le pouvoir. Et une difficulté au n’est pas supplémentaire à l’efficacité du pouvoir : vivre ses surprises, ses englobements – ses mutations désaisissantes. (Lisant Lordon discutant philosophie politique et anti politique, je philosophe je complais en rhétorique.) Admiration de Gramsci, riding the mutations. À quel prix. Dans l’immense machine de l’histoire(-du-pouvoir), dans le boucan précis du pouvoir qui se présente actuellement ici maintenant je alors, donc dans l’incompréhension et la pré-signification nauséeuse, tenir, peut-on tenir, le fil d’un travail...

0

Humanités (numériques) et sciences humaines (histoire des) – voir ensemble

Tiens curieusement, sur les terrains maintenant de l’histoire des sciences humaines. Dont on découvre alors que d’autres, en groupes, on déjà fait cette translation. Dans quels termes alors ? Zone habitable donc, actuellement (depuis quand, depuis quels terrains, quittés pour quelles raisons ? Détournement ou simples orientations non réactives – comme l’inscription de sujets de thèse, ou autres motivations apparemment ab ovo). A regarder en parallèle, contemporaines, la problématique de la culture numérique (ou faut-il focaliser seulement, indépendamment, sur les Humanités...

0

F. Lordon et la « hauteur de l’époque »

Vivre sans ? Institutions, police, travail, argent…, 2019. À La Fabrique, organisation énonciative : entretiens, « conversation avec » Félix Éwanjé-Épée. Un contexte énonciatif qui justifie, invite peut-être, légitime en tout cas, un mode moral (question de « dégoût éthique », 20, en italiques dans le texte), mode dénonciateur et ses affects et lancés d’affirmations, balayantes. Lecture de week-end, l’actualité et la critique. C’est pour ma propre disposition, légitimité, mode énonciatif, et affirmatoire. La question pratique est, émerge rapidement être...

0

L’ironie nationale – Anne-Marie Thiesse affect historiographique

Il y a une joie de l’ironie dans La Construction des identités nationales, contagieuse et roborative donc. Le ton entier du volume, si fresque, dans la largeur comparative de vues – inter-nationale, et d’un art à l’autre, tendu par le paradoxe de la modernité antiquisante. L’Etat nationalisant. Cette humeur a bonne persévérance. Elle permet aussi des pirouettes – affirmations, trop délicieuses pour être mises en question, et pourquoi les hésitations puisque l’érudition est toujours si sûre et complète et assurée,...

0

Humanités – surprisingly, somehow

La question c’est : qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se désarticule et se délégitimise, exactement, dans les recompositions innovations tables rases modernisations réformes qui sont notre histoire contemporaine ? « Ma » génération. (Je me dis. Pour essayer de faire sens de quelque chose dans un parcours que je ne veux pas assumer à titre individuel.) Surprise, de me retrouver, un peu en grisaille, après la glorieuse succession des figures de l’étranger – ma légende professionnelle depuis le comparatisme,...

0

Intelligence roborative d’Anne-Marie Thiesse

Enfin réparant une vieille lacune, je lis : La Création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle. En me disposant pour la lecture de L’écrivain national, paru en 2019. Livre pétillant. Éclairant avec puissance. La largeur du traitement, toutes les dimensions de l’Europe, traitement « cosmopolitique du national » et comparatisme des constructions nationales et des indépendances plus ou moins précoces ou longuement contrariées. Le matelas théorique, et la sûreté idéologique, qu’on sent derrière chacun des apports, cas d’étude après cas d’étude....

0

Barthes sur Michelet

Oui ce rappel, Michelet premier terrain de Barthes, dès le sanatorium comme cursus. Opération Barthes sur Michelet ! Corps, fantasme, opération de lecture, dénégation de l’histoire pour construire la figure de l’Histoire, etc. Et finalement aboutir à un sens très sculpté très recrypté de Michelet historien-écriture-corps comme « une immense anthropologie » (Leçon p. 44 – où « immense » dévalue et réévalue et minorise-individualise-subjectivise « anthropologie », détourne la « science » au profit d’un enjeu du « désir...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search