Étiqueté : histoire

0

Littérature – ses homothéties contemporaines

Lecture d’AM Thiesse, La Fabrique de l’écrivain nationale. Entre littérature et politique, 2019. Les puissances sociales historiques qui se sont cristallisées, sur le temps long du long XIXe siècle européen-colonial, dans la littérature (en cristal avec « idée de la nation », démocratisation, sécularisation donc, et ses bases économiques, libéralisme économique et politique puis fissure du socialisme) : ce sont elles qu’il s’agit de voir se transformer et se désinvestir, pour devenir quoi, s’incarner s’incorporer dans quelles formes et médiations en cours...

0

Vivre le pouvoir, soit l’histoire

Vivre le pouvoir. Et une difficulté au n’est pas supplémentaire à l’efficacité du pouvoir : vivre ses surprises, ses englobements – ses mutations désaisissantes. (Lisant Lordon discutant philosophie politique et anti politique, je philosophe je complais en rhétorique.) Admiration de Gramsci, riding the mutations. À quel prix. Dans l’immense machine de l’histoire(-du-pouvoir), dans le boucan précis du pouvoir qui se présente actuellement ici maintenant je alors, donc dans l’incompréhension et la pré-signification nauséeuse, tenir, peut-on tenir, le fil d’un travail...

0

Humanités (numériques) et sciences humaines (histoire des) – voir ensemble

Tiens curieusement, sur les terrains maintenant de l’histoire des sciences humaines. Dont on découvre alors que d’autres, en groupes, on déjà fait cette translation. Dans quels termes alors ? Zone habitable donc, actuellement (depuis quand, depuis quels terrains, quittés pour quelles raisons ? Détournement ou simples orientations non réactives – comme l’inscription de sujets de thèse, ou autres motivations apparemment ab ovo). A regarder en parallèle, contemporaines, la problématique de la culture numérique (ou faut-il focaliser seulement, indépendamment, sur les Humanités...

0

F. Lordon et la « hauteur de l’époque »

Vivre sans ? Institutions, police, travail, argent…, 2019. À La Fabrique, organisation énonciative : entretiens, « conversation avec » Félix Éwanjé-Épée. Un contexte énonciatif qui justifie, invite peut-être, légitime en tout cas, un mode moral (question de « dégoût éthique », 20, en italiques dans le texte), mode dénonciateur et ses affects et lancés d’affirmations, balayantes. Lecture de week-end, l’actualité et la critique. C’est pour ma propre disposition, légitimité, mode énonciatif, et affirmatoire. La question pratique est, émerge rapidement être...

0

L’ironie nationale – Anne-Marie Thiesse affect historiographique

Il y a une joie de l’ironie dans La Construction des identités nationales, contagieuse et roborative donc. Le ton entier du volume, si fresque, dans la largeur comparative de vues – inter-nationale, et d’un art à l’autre, tendu par le paradoxe de la modernité antiquisante. L’Etat nationalisant. Cette humeur a bonne persévérance. Elle permet aussi des pirouettes – affirmations, trop délicieuses pour être mises en question, et pourquoi les hésitations puisque l’érudition est toujours si sûre et complète et assurée,...

0

Humanités – surprisingly, somehow

La question c’est : qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se désarticule et se délégitimise, exactement, dans les recompositions innovations tables rases modernisations réformes qui sont notre histoire contemporaine ? « Ma » génération. (Je me dis. Pour essayer de faire sens de quelque chose dans un parcours que je ne veux pas assumer à titre individuel.) Surprise, de me retrouver, un peu en grisaille, après la glorieuse succession des figures de l’étranger – ma légende professionnelle depuis le comparatisme,...

0

Intelligence roborative d’Anne-Marie Thiesse

Enfin réparant une vieille lacune, je lis : La Création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle. En me disposant pour la lecture de L’écrivain national, paru en 2019. Livre pétillant. Éclairant avec puissance. La largeur du traitement, toutes les dimensions de l’Europe, traitement « cosmopolitique du national » et comparatisme des constructions nationales et des indépendances plus ou moins précoces ou longuement contrariées. Le matelas théorique, et la sûreté idéologique, qu’on sent derrière chacun des apports, cas d’étude après cas d’étude....

0

Barthes sur Michelet

Oui ce rappel, Michelet premier terrain de Barthes, dès le sanatorium comme cursus. Opération Barthes sur Michelet ! Corps, fantasme, opération de lecture, dénégation de l’histoire pour construire la figure de l’Histoire, etc. Et finalement aboutir à un sens très sculpté très recrypté de Michelet historien-écriture-corps comme « une immense anthropologie » (Leçon p. 44 – où « immense » dévalue et réévalue et minorise-individualise-subjectivise « anthropologie », détourne la « science » au profit d’un enjeu du « désir...

0

Quoi – de la culturalité du pouvoir ?

J’aimerais bien savoir, tiens. Cette intuition, ou forme qui se présente à ma faim d’imagination : que la « culturalité du pouvoir » (tiens, je remarque que vient également sous la plume un assemblage de mots dont il faut comprendre en fait la différence : culturalité du politique), que je retiens de la pensée postcolonial en particulier mais aussi de tout le mouvement réactif de l’academic pride des « humanités » (mot de la mondialisation, tiens ; anglicisme de combat, déjà...

0

Antoine Meillet – linguistique science sociale

Bon correctif, bonne mesure, de découvrir Meillet dans ses termes, ou dans  sa situation dans la formation de la linguistique. On y rabat un peu sur l’originalité de Saussure, il y a donc des consensus et bons sens théoriques d’époque, et des buzz words (car les générations se succèdent très vite et les modernistes sont déjà rangés pour passer les Victoriens et Edouardiens au passé). Meillet a déjà passé dans Durkheim, (extériorité et coercition des faits sociaux sur l’individu) quand...

0

Parry et Saussure, suite : ethnologues – et poéticiens des peuples

Décidément on voir une histoire du parcours de Parry : Lord (Albert B.) le souligne, dans son « Homer, Parry, and Huso ». Dès la fin de la thèse, passage du traditionnel à l’oral ; puis en 1935, appel du terrain, pratique et transmission de la poésie orale, apprentissage du serbo-croate, et voyage dans les Balkans. Ethnologie, réflexivité soigneuse sur la dictée, le matériel d’enregistrement, les rapports ethnologiques (« a liar », true mark), les extensions d’Homère à Huso (Cór...

0

Parry et peuple : modernisme, tournant du romantisme/19e

Ajout 4 juin à Parry & peuple : 450 : The old romantic notion of the poetry as a thing made by the people is by no means a completely false one. The poetry does stand beyond the single singer. He possesses it only at the instant of his song, when it is his to make or mar. Make it or mar it he will as he is able to tell story well, but well told or poorly told a...

0

Agenda : Milman Parry, « peuple », poétique de l’histoire

Ça vaudrait le coup de passer un moment à tirer le fil synonymique et cognate de « peuple » et « populaire » dans Parry, dans les études homériques, le texte méthodologique sur l’histoire de la critique littéraire (ici au sens, 1934, de philologie, science du texte), et maintenant les notes de terrrain sur Cór Huso, poésie sud-slavique. On y verra les équivalences théoriques, poèmes de théorie, entre populaire et tradition, poète = poètes=tradition (avec un statut, une qualité particuliers...

0

Saveur des classiques

Une découverte, ou une évidence du moment, qui se présente et se retrouve, présente et présente : que les classiques fournissent une saveur interne, profondeur et vibration d’histoire dans, mais aussi un rayonnement du sens sur tout l’environnement historique et intertextuel, où se concentre la puissance de la culture. Il faut avoir 50 ans, ou quarante ans de lecture, pour en prendre tout le plaisir ou la passion. Horizon de la retraite après la profession (la question m’a préoccupée, pendant...