Étiqueté : Histoire littéraire

0

Curtius : histoire de la translatio

Mise en équivalence, proposée par Curtius – pour une histoire littéraire réarticulée, “science de la littérature” et “européenne” – entre littérature et étude de la littérature. La littérature comme tradition, relecture, réénonciation, écriture “la bouche pleine”. (Une littérature, dans une culture littéraire, that is.) Non seulement, donc, la littérature dans sa socialité matérielle, qui l’a associée depuis le haut moyen-âge européen à l’école : aussi, la pratique littéraire comme réécriture. 597, – ce texte canon, “The Medieval Bases of Western...

0

Curtius : littérature, lettres, école – culture

Curtius parle d’ humanisme avec un naturel difficile à percer, dans les coordonnées de langage où je suis (moderne et sémiotique, ma sociologie et ma génération historique). Il faut le déroulé de ses 600 pages pour imbiber, laisser infuser, ces notions effacées et surtout floutées. Humanisme – terme utilisable pour les Romains, peut-être même Alexandrie?, comme pour les renaissants du XIIe siècle comme pour la Renaissance et, sliding smoothly ahead, le temps contemporain de rédaction – comme pour les donne...

0

Curtius – connexions, insu

Thrilling with the excitement of discovering the reconnections Curtius works out, as I start the long haul of a way through every astonishing detail of a 600p. volume – European Literature and the Latin Middle Ages (1948, English transl. Willard R. Trask 1953). Lacunae simultaneously denounced and rémunérées. Félicité. Lui-même parle de ce travail comme répondant à un étonnement ou scandale d’insu, oublié, ignoré, d’une part, et comme un frayage méthodologique de l’Historismus. La question est celle de l’Europe. On est...

0

Allemagnes après-guerre – Zweig, Curtius

Intéressant de me trouver par hasard relatif à lire en parallèle Le Monde d’hier de Zweig (1943, rédaction 1939 je crois ?) et de commencer – avec exclamations et quelques étranglements, good God – European Literature and the Latin Middle Ages (1948) de Curtius. L’appel à l’ européanisation, “scientificisée” chez Curtius. Et déclarée prise chez Toynbe (avec un tour tout de même explicité : des “sociétés” chez Toynbee, Curtius repart avec “les cultures”). Je note bien Allemagne de Zweig, c’est une...

0

Parler le Merton – une poétique de la sociologie

D’autant que j’écoutais Arnaud Saint-Martin présenter le classique “STSS“, dans le cadre de la Petite bibliothèque des sciences sociales à la BNF, 2017, Sylvain Bourmeau à la barre. Univers de discours habité, familier, incorporé. Combien j’aime ces introductions, entrées. Quoi aimer dans Merton, qui est un précis du langage. Et de l’anglais, en l’occurence, “choice finds” (OTSOG p. 184). Oui : STSS (à distinguer en effet de sa version française en Éléments, qu’il ne faut pas prendre comme une traduction) comme...

0

Bob, look : now Robert Burton

Vif plaisir à entrer dans la langue de Gisèle Venet, qui me rappelle Line, Charlotte, toute la culture des lettres classiques de l’anglais disons (c’est à la louche), travail historien, et dans la couche de l’episteme (c’est précis, ici, le terme choisi en indigène). Édition collective de l’Anatomie de Burton, 2005 ; la préface me fournit une toile de fond dense en information et substance, en repères exacts de noms, titres, figures culturelles – et en unités de traduction, chaînes,...

0

Archéologie de la littérature – remédiation en âge numérique

Une archéologie de la littérature est à (re)faire, dans le contexte de la tâche culturelle globale d’élucider les enjeux de la mutation numérique. Oui l’archéologie des médias, nouvel intérêt sur, retard mais pertinence français/e, très éclairante, méthodologique très saine et recompositrice – hygiène devant présentisme et technicisme. Histoire des sciences, histoire des techniques, histoire culturelle matérielle. Mais un travail de reprise archéologique profonde des repères pour penser et placer historiquement la formation culturelle “littérature” (“Devenir des lettres“, toujours : se...

0

Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi...

0

Généalogies des DH : points d’orientalisme parmi questions ling & cult mat

Je n’oublie pas, dans le flot de suggestions ouvert par le projet “Les Humanités du numérique” (où je cherche suivant mon fil, en mes termes intimes : les peuples du numérique), deux touches orientalistes parlantes, à suivre : Amazon’s mechanical Turk (2005) – reprise de géopolitiques du XVIIIe, fort des splendeurs des XVI et XVIIe depuis François Ier et le Grand Turc (lettre ornementée en alphabet arabe il me semble exposée actuellement à la BNF dans le cadre de l’expo...

0

*La Storia*, Elsa Morante

1974. Un grand-roman européen. Mais aussi, je le comprends lentement (par ignorance du touffu requis en la littérature italienne), à relier au réalisme magique : comique, merveilleux, populaire, sur des drames historiques violents, et depuis leur intérieur ambigu, positions de résistances. Et rythme et qualité de la lecture produite bien caractéristiques. Qu’il vienne en 1974, je ne sais pas encore bien lire ça. Nino « l’avant-gardiste », figure grotesque, mode bouffon (et glaçant) pratiqué en allemand, le Tambour, Brecht, expressionnismes,...

0

Histoire littéraire des fantaisies scientifiques : Robert Merton

Tiens, la sensibilité éveillée, je rencontre. Pour les pratiques de bordure entre science et poème, deux récifs de savoir. Deux traditions. Non seulement Malinowski, dont je suis sur la trace pour son « journal d’ethnographe », soit en vo (va, la vo étant en polonais) A Diary in the Strict Sense of the Term, et publié largement après-coup (par des éditeurs peut-être même d’ailleurs) mais aussi Robert Merton, dont me parle Mary Douglas dans How I Think : en fin...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search