Étiqueté : Histoire littéraire

0

Devenir des lettres – avec Renée Balibar

Je ne comprends que si tardivement, par un chemin si tâtonnant et solitaire, qu’il a fallu faire parce qu’il n’était pas donné, que je comprends, par touches, instants, entrevoyures, la situation des Lettres, et sa traduction dans les pratiques universitaires, les cursus, les dynamiques et orientations scientifiques, les formes institutionnelles et leur modelage politique de ces décennies. Awed and appalled. C’est seulement une question de mesure, car l’état est en place et donné largement à la vue – sinon au...

0

Littérature, savoir ; recherche, création

Me saute à l’attention, au moment de rédiger un descriptif de cours pour l’an prochain où je veux travailler et faire travailler la question de la “création littéraire” à l’université : qu’il s’y joue un déport du rapport entre littérature & savoir, sous le paradigme de la “critique” depuis l’après-guerre (cette généalogie est à reprendre à partir de la suggestion de Guillory et McGann, qui la situent justement au regard d’une phase ante : transition du scholarship des lettres au...

0

Traduction : enjeu, ordinaire et déterminant

Prendre des décisions culturelles. L’objet cortex de la traduction au sens le plus, imagining the whole system of introduction into a new context. Ce privilège, de lettré. Responsabilité, plus cuisante aussi. Les humanistes, et je n’avais pas compris combien Pétrarque avait été le formateur de ces nouveaux contours : l’activité, le travail, dans ce milieu de matériau et de plan d’épistémologie. Non qu’ils aient eu possiblement la perspective réflexive sur ce qu’ils étaient en train d’inventer : c’est tout l’affect...

0

L’invention des lettres – exposition BNF

“L’Invention de la Renaissance“, visite hier à la BNF. Une récolte jubilatoire, d’étincelles d’une culture bibliophilique et philologique plutôt qu’une adhésion d’étude, n’ayant pas les moyens d’un plongeon entier. Thrill. Me remet sur les traces d’OTSOG – j’y recroise Vivès et Capella, Alde Manuce et Festina Lente, les coureurs de manuscrits et la vie passionnée des lettres, Saint Jérôme à sa cellule, ou studiolo. Commence avec Pétrarque, inventeur de bibliothèque. Passe à Amboise et Blois. L’éros du livre, de la...

0

Littératures françaises – culture de tuffeau

Envie des littératures de tuffeau, soit renaissantes ou en constellation autour de la Renaissance, prolongées à l’âge classique : d’un lointain Rabelais à Montaigne, Ronsard Du Bellay, La Rochefoucauld ensuite. On basculera dans Balzac ensuite. Les Lumières sont déjà parisiennes, et urbaines. Les provinces d’histoire littéraire, royales encore. La Loire. Et le françois. Des lectures d’âge mûri (comique de se retrouver à cette place sérieuse, et pourtant de l’habiter) de lecture, retours, boucles. Une tendresse, aussi. Qui est folklorique, fétiche,...

0

“Littérature” et corpus : *Le Savant et le populaire*, suite

J’aborde la section “Textes et repères” du Savant et le populaire : entre les rédactions des séminaires sur le savant et le populaire en première partie du livre, et ce qui est sans doute la consignation d’une nouvelle série de travaux en séminaire, focalisés sur “Sociologie et littérature”. (Plus j’avance dans l’enseignement sur les littératures des Amériques noires ces mois-ci, et sur Ambedkar après Merton, plus “littérature” se présente sur la sellette, non seulement pour être interrogée, en bonne science...

0

Quelle “littérature” ? Qu’est-ce qu’enseigner, DELA now

Encore un coup de l’évidence : frappée de rencontrer cette année de nouveau la différence de rapport aux discours artistiques (esthétistes) du modernisme anglophone qui s’installe au sein d’un groupe d’étudiants anglicistes de fin de licence – le contexte étant celui, très déterminé mais lequel l’est moins, de Paris 8 – et au sein d’un “salon de lecture” de littéraires capables de lire en anglais, langue acquise dans-et-hors de leurs études – capital culturel formé par d’autres ressources. Combien un...

0

Devant le canon – observation participante à la logomachie, par Ambedkar

Comme je me retrouve au grand carrefour du canon, étant passée par des routes qui me paraissaient détournées de – quoi exactement ?, l’affaire littéraire. D’abord par Otsog et l’intempestif qui a trouvé, au pied du prémoderne, des voies latérales connectant à l’histoire longue nécessitée par le décryptage des Digital humanities et Humanités numériques. Puis les découvertes pratiques de la traduction, comme pratique, pour laquelle je ne suis pas située dans l’institutionnel. Interlope. Mais aussi au socle exact de ma...

0

Interventions éditoriales – l’anthologie, la revue, l’université

Cette voie des gestes éditoriaux m’amène aussi directement à cet autre pan où j’ai des questions au feu : l’anthologie, outil de passage, de mise en lecture & en public ; intervention de publication. L’anthologie et ses rôles dans les inventions et promotions des littératures dominées, et émergentes dans le rapport de lutte culturelle : coloniale, postcoloniale, particulièrement. La Négritude et ses travaux ; de même les projets de Butalia sur les récits féminins (historiographie par le bas) de la...

0

Ambedkar – rêve éditorial

Pour Ambedkar, à ce stade très préliminaire et donc blue-sky : possible de penser en termes éditoriaux (en tout pouvoir, the thrill!). Choix des textes. Voir les choix faits par d’autres. La réédition d’un centenaire non identifié (?) en 2014, gouvernement du Maharashtra, celle de Navayana la même année je crois, celle d’A. Roy, etc. (Noter que C Jaffrelot évite la référence au vol. 4, Riddles, celui que précisément un collègue de Shimla m’avait pointé, lecture populaire.) Penser, pour commencer,...

0

Éros de la polémique – O. Roy dans

Malgré le mauvais goût, malgré l’aigreur aussi, plaisir de la polémique – surtout une bonne vieille, qui revient repasse se rééclaire, qu’on s’y retrouve, en vieux partenaires, et  praticiens de durée. Comme sa méthode amalgamante, trope technique caractéristique (les adjectivo-qualificatifs, dont Taguieff m’a fait modèle, en sont un emblème), ne gêne pas. Règle de jeu, dépense nécessaire et prix d’entrée. On doit pouvoir brouiller les lignes, pratiquer des raccourcis éventuellement faciles et des analogies décoiffantes. Ça peut chiffonner – c’est...

0

Études littéraires – champs d’extension 2020s

Champs répertoriés par Guillory, comme pousses actuelles dans les études littéraires, alors qu’il essaie aussi d’observer l’histoire longue de la discipline, qui seule permet de comprendre les “incohérences” de programmes et autoreprésentation, et les insécurités perplexes sur l’identité du domaine disciplinaire, produites par la “déformation” sociale dans le jeu de l’institutionnalisation, séquenciellement : the diverse tendencies or movements in literary study today, such as postcolonial studies, race and technicité studies, digital analysis, disability studies, animal studies, indigenous studies, ecocriticism, cognitive...

0

Guillory now on “Rhodes must fall” – strong

J’avance dans le volume très dense de Guillory, Professing Criticism, 2022 — cette énergie encore ! 30 ans après Cultural Capital, et la direction du département à NYU et toutes ces fonctions du rôle endossé. Critique, historicisante, pesant pour les options sociologiques, avec sûreté et inventivité, les termes du milieu et transformations des objets (propos même du projet sociologique, transformations historiques de “literature”, en interne à la disciplinarisation et excentricité institutionnelle dans la “culture littéraire“, à son apogée au XIXe)...

0

Devenir long des lettres – John Guillory, “déformation”

Oui ces histoires allongées, temps long, rendues possibles, vraisemblables et “donc “pratiquement inévitables” (Otsog !) dans les nouveaux contextes universitaires et culturels pour la littérature et les études littéraires. Jerome McGann (new republic of letters, renewed philology) reste l’expression la plus riche et informée, la plus énergique en élargissement de la vue, dans mes découvertes du champ Humanités numériques et des débats générés dans son émergence. Mais l’expression que met en place John Guillory dans Professing Criticism. Essays on the...

0

Woolf, *Jacob’s Room* – le temps du passage

Woolf. Relue à l’occasion d’un cours à l’occasion du centenaire de Jacob’s Room et al. Émue, mobilisée, émerveillée, de retrouver l’effet de source de ce modernisme : dans le bref chapitre final, “the flowers in the pot shift”. Something like that. De même, instant iconique, que “And then there was cherry tart”. Quelque chose de très subtil, entre les interstices, dans l’épaisseur ou profondeur de la représentation : il se passe quelque chose, rien ; quelque se passe, passe. “Time...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search