Étiqueté : langage

0

Caesar et la langue – loi et loi (Kant 1784)

Kant dans “Qu’est-ce que les Lumières ?”, rappelle (Concile de Constance, 1414-, fin du grand schisme – et à propos justement, reflexivement, du genre du mot “schisma”) de la part d’un cardinal voix du concile : Caesar non supra grammaticos. Ce matin dans Guillory, sur les genèses des formes universitaires américaines et les transformations (démarcations) de l’American college, citant un professeur de biologie du Colorado de la Progressive Era : “the beet root took precedence over the Greek root”. J’aime...

0

Bêtises en traduction – et piège de la langue

Apprentissages de la traduction – j’y observe, très modestement, car j’ânonne en praticienne, débutante, amateure. Je mesure avec attention le décalage des plans entre pratique et théorisation des enjeux, où je m’active depuis longtemps et ai accumulé un champ de dialogue, paysage des questions où je sais pick my way. J’aime beaucoup cette infans, dans les butées de mes langues, avec les raideurs et impasses et déserts de ressources, expérience d’impuissance ou d’océan devant les fluidités, les éthers continus, immenses...

0

Lecture, enseignement – nouveaux sujets

Indices du sujet : Christine Smallwood dans la NYRB Feb 9th, “Misreading the Cues”, sur Sold a Story. How Teaching Lids to Read Went Wrong, podcast by Emily Hanford : les hostilités progressistes contre “phonics“, et déroulement d’un programme adhésif (“power of cult thinking”, écrit-elle) aux “cues” : “balanced literacy” (ou ironisé : “literacy by vibes”), using context to guess. “Reading wars” au moment des politiques éducatives de George W Bush, 2000 platform, 2005 defeated. for F, P and C, reading...

0

Traduction : chemin de recherche

Traduction, long séjour en. Je découvre, toujours. Combien les coordonnées bougent, au gré de forces variées rencontrées (dont celles qui sont recherchées) dans le cours du temps de la traduction. Les événements : penser seulement à enquêter sur les traducteurs, puis (il y a eu un temps, unaccountable after the fact) à plonger dans leurs traductions, leurs faire. Sur les conditions d’édition. De réception ensuite, et au long cours, visible maintenant. Effets sociaux vus de loin et vus de près,...

0

Curtius donne : la pensée et le savoir

Savoir, et penser, “la bouche pleine” – J. Schlanger. (Autant, Talal Asad, qui fait faire à “tradition” – dans le sens de réalité culturelle articulée et active, sur la force du discours dans ses lignes historiques – un travail d’un type de pénétration politique tout différent, s’agissant d’une reculturalisation vigoureuse, nécessaire et nécessairement, de l’Islam.) Curtius dit : “humanistic tradition“, 593 (discussed when challenged by the Scholastic moderns, who are themselves later attacked by Roger Bacon for having shelved the...

0

Traducteurs – Zweig, Trask

J’écoute les traducteurs. Au travail. Dans le long fil, la qualité du soutien d’un ton, registre, plan de discours, tact. Serge Niémetz pour Le Monde d’hier de Zweig (s’inventer une telle voix d’époque !) ; Willard Trask pour Curtius, sur 600 p. de tel détail. Oreille double (et avec Curtius tant d’autres feuilletées justement, tout l’espace du passage, “transfer”, translatio au sens le plus vaste : monde antique méditerranéen à Moyen-Age européen) : “delight in discourse” certainly! Philologie même.

0

Traduire, tous les jours

Tous les jours, pratiquant la traduction, au ras, du bas, je parcours l’histoire de mon rapport avec l’autorité dans la langue, ma langue, (de roman familial),  mes sorties dans les langues étrangères. Tous les jours ces savoirs légers, insaisis, circulent – qu’il s’agit tellement peu de mots ; que des familles de notions sémantiques entières ont des histoires si hétérogènes dans les différentes langues ; que le rapport à la langue maternelle est chargé, d’obscurités et d’histoires sourdes, impensés rarement...

0

Enseignement, disciplines du sens

Par un drôle de circuit – Irène Théry lisant Castoriadis (par un angle qui l’associe à Vincent Descombes, p. 337-338 dans La nouvelle civilité sexuelle), je trouve ceci, qui saisit quelque chose d’instantanément descriptif du rapport d’enseignement : “il faut et il suffit” (IT retient et reprend de Castoriadis) “que l’enfant soit renvoyé à l’institution de la signification“. Point. Qui permet d’écarter l’espace de distinction entre pouvoir et autorité (développement d’IT, son propos même dans ces pages), et d’y ouvrir...

0

Conditions sociales du dire – #MeToo, post-truth,

Des régimes d’énonciation, qui caractérisent des situations historiques, on peut dire peut-être politiques. Sociales en tout cas. L’immense pan ouvert et révélé depuis 2017 par #MeToo, qu’Irène Théry présente par la mise en question première : regarder à deux fois ce que signifie la “libération de la parole“. En analogie aussi, mais à suivre évidemment sur son propre plan, propres logiques sociales, les cohérences entre les deux étant très lointaines dans l’avenir d’une réflexion possible : tout le noeud, après...

0

Devenirs du langage : national à numérique

Combien la centralité du langage, dans la reconstruction culturelle d’après-guerre, dépend des nécessités reconstructives en effet mais aussi des exigences matérielles de la guerre-froide. Il faudra voir aussi comment ces dynamiques s’expriment sans doute aussi dans les versants décolonisation de la même période. Générations du langage. Qui n’est plus – la démarque est justement lisible, donnée historiquement – la ligne d’enjeux du langage du temps philologique qui atteint point d’orgue avec Saussure (disons – ici évidemment mon point de vue...

0

Boucle des classiques – “humanités” numériques

Je continue à m’émerveiller, maintenant en suivant C Jacob pas à pas, conquise et attentive, prête au détail, moisson, par tous apports qu’il choisira. Beaucoup à apprendre, d’un regard frais sur l’hellénistique, française, et à cogiter, du rapport bousculé aux classiques dans le cours de ma propre vie de “travail savant”. J’ai appris à situer les Classics dans Arnold et puis dans l’ironie des modernistes, Woolf, Strachey, Hulme & Lewis, Eliot. A me situer dans les ornières en place, au...

0

La “masse culturelle de la pensée” – Schlanger

Par contre ceci absolument (je sais lire Schlanger, après séjours répétés, comme je ne sais pas encore lire Stengers) : Ceci est un livre sur la pensée, sur la masse culturelle de la pensée. Dans l’horizon intellectuel l’intéressant déborde de toutes parts le savoir ; c’est cet excès qui est la substance de la culture. Il y a trop à perdre à décider que l’histoire culturelle est dans son ensemble insignifiante. Trop à perdre en arrière, dans la dimension du...

0

Enrique Murillo : voix avec OTSOG

Immédiatement plongé dans le jeu : le traducteur espagnol Enrique Murillo, déjà avec un astucieux “adivinacionistas” pour adumbrationists, et l’entour de la phrase. Another friend. Et encore une fois – ici par une dimension entière ajoutée -, la traduction, non binaire, non “stylistique-comparée”. Le polylogue avec mes homologues engagent des systèmes entiers, linguistiques et littéraires, et philologiques. Pans européens. Caisse de résonance de la culture lettrée et de ses devenirs et réexplorations, réflexivité continuée (par une ironie propre au langage).

0

Agenda – des devenirs du langage, été 2022 📌

digital humanities, the “debates”, the nexus of discourse, the collective, dissensual and dominant saisies of contemporary cultural stakes. How shaped, problematised, thematised, mots d’ordre, institutionalisations, incarnations in actors and actions and representations. In different language games, some mutually décomplétant. > DH as expression (specialised, localised, but also cristallised, at the focal point of academia) of neoliberal : globalization. Ce qui poursuit le fil comparatiste, poétique de l’étranger dans ses décennies successives de contexte, actualisation, horizons matériels recherche-création : et les évolutions de...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search