Étiqueté : langage

0

TS in contexts of DH

Note après table ronde au colloque EAST4 : East Asia Translation Studies de la semaine dernière, Université Paris Cité (ex 7), Florence Zhang aux manettes, et Cécile Sakai pour la table ronde en particulier : en effet, air du temps, faveur institutionnelle, et inscriptions matérielles des plateaux “postcolonial” et “mondialisation” dans les traductologies, mais où voir les traces éventuelles d’intersections possibles entre Translation studies et Digital Humanities ? On pose le pied sur une ligne de fracture peut-être, simplement :...

0

Stiegler invoque Sylvain Auroux : problématisations numériques de l’écriture

Sylvain Auroux, machine scientifique impressionnante, et heureusement autour du langage – objet précaire dans l’horizon critique : fait le trajet, fabrique le chemin la passerelle ; tire le signe jusqu’à la “grammatisation” : la “vie du langage” saussurienne jusqu’aux socialisations avancées des outillages réflexifs, grammaires et dictionnaires. Stiegler tire au-delà, amène l’écriture (qu’il prend dans Derrida relisant Platon) jusqu’au pied de la technique généralement. Extension (plus) maximale de l’appréhension de l’inscription comme externalisation du sens, “hypomnemata”, formation culturelle du social et...

0

Valeur – histoire du savoir et prolétarisation

Valeur d’usage, valeur d’échange. Toujours un repère, dans cette distinction qui est aussi une intelligence (invention du contemporain, pouvoir de Marx) de système, interdépendance, réciprocités, articulation. D’où certaines propositions sur les “économies” que je n’ai jamais trop aimées ou comprises, irritée de la métaphore : “aussi bien comme économie des substituances que comme économie libidinale”, Stiegler lisant Lyotard (157 dans États de choc). Goux, et sans doute toute l’époque où l’enjeu était de culturaliser, et linguistiser, le marxisme (époque de...

0

Traduction, contd.

Le plaisir de la “reprise” : autant la traduction en déchiffrage est délicieuse pour l’intelligence de l’anglais original si épousé, et aimé autant le deuxième passage, que je laisse souvent attendre par hésitation, crainte, porte vers un autre délice (et peines) : le passage à la voix, la sienne, la mienne. Mienne dans. Épousailles et étonnant espace, occasion, de ma voix. Mon paysage de langage bien sûr. Que je parcours ; où je me repossède des parcours, élargissements, infusions, ventriloquie...

0

Traduction contd.

Nouvelles (pauvres, il y a beaucoup de désert dans cette longue traversée) configurations de l’expérience de la traduction : slow work, slow research, slow literature. A ras du langage. Combien la ressource est tourbillonnante, kaléidoscopique, à toutes ses échelles. Cette vitesse est affolante, et elle est douce aussi. Son contraste avec la cadence quotidienne imposée est son caractère le plus marquant peut-être.

0

DH : effets théoriques – remédiation !

DH et la théorie : un front de conflit dans l’ordre institutionnel de English (et voir les équivalents en contextes francophones). McGann en est un commentateur clé du point de vue sinon inusité au moins très minorisé (philologie, sciences des textes – Doueihi une figure placée un peu depuis les mêmes zones en francophonie). Il ne mâche pas ses mots sur son hostilité recuite contre “theory” et tout son sillage, Lyotard, linguistic turn, interprétation, philosophie (en archéologisant jusqu’à Nietzsche contra...

0

Théorie de la culture, re – pour le numérique

Il y a une théorie du code, théorie du sens, et donc théorie de la culture ultimately, dans l’un des fonds logothétique des media studies puis digital studies (pris au sens très lax – vaste brouillard de discours sur le numérique, vase commun pris ici comme flottant) : “extensions of man“, comme l’indique Jerome McGann si philologue, sceptique et humaniste-européen, s’appuyant pourtant sur la puissante suggestion de McLuhan (lui si peu méthodique). Qu’il y a bien une proposition sur la...

0

McLuhan, son milieu de références pour le sens

I was just thinking about this : in the new NYRB, Fintan O’Toole labours to follow and render the wit and erudition of Louis Menand on the Cold War art world (The Free World: Art and Thought in the CW, 2021), with heavy flights over connections and allusive possibilities of drawing cultural sense out of the broad material. But here, responding to my own rather lazy wonderings, so far, on the milieu of references for theories of culture and of...

0

Les effacements du numérique : média et idéologie de la culture

Interesting one : tapant ici même numérique, je me vois proposer la correction homérique. On pourrait en faire une fable pour le point que j’allais poser ici : il me semble qu’on peut prendre – qui ? Le « sentiment linguistique », poétique, du malaise, du renfrogné, du pas-d’accord, prévention, hostilité, « vigilance » dirait une perspective de lutte pour la critique (si elle était à affect post-CNR, militante moralisante), ou encore réaction idéologique – qu’on peut prendre par : une...

0

Seuil de lettres – positions de la traduction

Tiens, une nouvelle situation éditoriale, au moins considérée le temps de sa projection utopique (projet de traduction d’OTSOG envoyé) : je serais donc posée dans un champ magnétique tiraillé, partagé, entre censure et liberté de la langue et de ses régisseurs. Position de Moderne, enfant de la culture moderne, méritocrate à apparition récente, sans héritage, dans les lettres. Héritière scolaire, qui n’est pas héritière des lettres. (Déclinaison très locale, et pourtant pertinente, de « moderne » : modern languages, concours...

0

Schlanger : l’affect philologique

Beaucoup à écrire, elle a, sur l’amour de la culture. Quelle position, ou pratique, philosophique cela lui fait-elle ? À brosser le tableau des résistances successives à la libido sciendi, et maintenant des polémiques successives à l’affect bibliophile, elle doit placer en face, à chaque temps de comparaison, la caractérisation de. « Pléthore philologique », par exemple, et structurellement « mémoire culturelle » (231) ; Caillois et sa conversion à la méditation de pierres, « en quittant les livres qui...

0

Mettre des mots sur

Emilienne me fait résonner l’expression, à l’occasion d’un coup de fil, et au sujet des rapports de politique au sein d’une administration (d’enseignement supérieur as it happens). Harcèlement moral. De même ce sera harcèlement sexuel, exploitation de tout type, racisme, colonialisme, pouvoir et abus de, infringement sur les droits (dont du travail), etc. Oui un enjeu pour les dominés de ce coup de langage majeur : mettre des mots sur. Non seulement « dire stop » (proposé par IW en...

0

Institution – passion. Et pouvoir

Excitation intellectuelle, théorique, toujours : institution, publication, socialisation, culturalisation. Sur le mode : souffrance des constats du pouvoir, toujours plus affermis depuis les 1980s – et pourtant il y a de l’institution. Ses histoires, au moins, et même ses détricotages (qui en sont des analyses et des analyseurs), ses remplacements par ingénierie sociale, ses marketings, etc. Un très vieux conatus, socio-logique : famille d’instituteurs. Et le véhicule, le moteur ( ses cambouis partout) : le langage, les langues des cambouis...

0

Lordon – condition anarchique et fondation institutionnelle

Lordon suite, 280, alors, radicalement sur toutes les conséquences, en dérivations pratiques comme en racines de principes, sur « la condition anarchique » et la mise en forme institutionnelle de la multitude : « nul ne s’en tirera en pensant s’exonérer du mensonge collectif, car le mensonge collectif est la condition fondamentale de la vie de tout collectif. » Juste plus haut, discutant de l’option maximaliste de l’orphisme chez Giani Carchia : Car fonder, c’est proférer un mensonge inaugural :...

0

Humanités (numériques) et sciences humaines (histoire des) – voir ensemble

Tiens curieusement, sur les terrains maintenant de l’histoire des sciences humaines. Dont on découvre alors que d’autres, en groupes, on déjà fait cette translation. Dans quels termes alors ? Zone habitable donc, actuellement (depuis quand, depuis quels terrains, quittés pour quelles raisons ? Détournement ou simples orientations non réactives – comme l’inscription de sujets de thèse, ou autres motivations apparemment ab ovo). A regarder en parallèle, contemporaines, la problématique de la culture numérique (ou faut-il focaliser seulement, indépendamment, sur les Humanités...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search