Étiqueté : littérature

0

Agenda – état janvier 2023

Chantiers à ouvrir, développer, états des fronts critiques en formation (travail diagnostique) : now AI, avec les dernières sorties commerciales de ChatGPT et autres outils neuronaux imminents, en rédaction, traduction, composition, toutes technologies du langage (évolution des techniques de mise en calcul du langage “naturel”) et des langues ; technologies de corpus et d’ apprenance (par quoi je pose juste un lieu-tenant pour les nouvelles capacités techniques qu’on métaphorise par le biologisme du neuronal et le culturalisme de l’apprentissage). Phénomènes culturels, techno-commercio-culturels. Et...

0

Curtius : histoire de la translatio

Mise en équivalence, proposée par Curtius – pour une histoire littéraire réarticulée, “science de la littérature” et “européenne” – entre littérature et étude de la littérature. La littérature comme tradition, relecture, réénonciation, écriture “la bouche pleine”. (Une littérature, dans une culture littéraire, that is.) Non seulement, donc, la littérature dans sa socialité matérielle, qui l’a associée depuis le haut moyen-âge européen à l’école : aussi, la pratique littéraire comme réécriture. 597, – ce texte canon, “The Medieval Bases of Western...

0

Curtius : littérature, lettres, école – culture

Curtius parle d’ humanisme avec un naturel difficile à percer, dans les coordonnées de langage où je suis (moderne et sémiotique, ma sociologie et ma génération historique). Il faut le déroulé de ses 600 pages pour imbiber, laisser infuser, ces notions effacées et surtout floutées. Humanisme – terme utilisable pour les Romains, peut-être même Alexandrie?, comme pour les renaissants du XIIe siècle comme pour la Renaissance et, sliding smoothly ahead, le temps contemporain de rédaction – comme pour les donne...

0

Allemagnes après-guerre – Zweig, Curtius

Intéressant de me trouver par hasard relatif à lire en parallèle Le Monde d’hier de Zweig (1943, rédaction 1939 je crois ?) et de commencer – avec exclamations et quelques étranglements, good God – European Literature and the Latin Middle Ages (1948) de Curtius. L’appel à l’ européanisation, “scientificisée” chez Curtius. Et déclarée prise chez Toynbe (avec un tour tout de même explicité : des “sociétés” chez Toynbee, Curtius repart avec “les cultures”). Je note bien Allemagne de Zweig, c’est une...

0

Essai journal écriture – entre textes

L’Atelier noir m’autorise. (Annie Ernaux, 2011 et repris en 2022). De même, originellement, le “Journal de travail” de Hannah Arendt. Et autrement, éclairage de côté récemment, champ rapide donné au chantier par passage et accompagnement, Mona Chollet, dans ses gestes d’essai – ici D’images et d’eau fraîche, 2022. Par moments, les rapports se remontrent entre Cqfa et Chaque. Quand Chaque renoue avec quelques mots, la photographie débordant en eux.

0

I. Théry située : Mauss, Castoriadis

Tiens, je ne l’attendais pas jusque là, mais I Théry plante son discours ici, en fin d’introduction : après la sévérité méthodologique de Mauss proposée comme limite du point de vue “naturel” (il prend le caractère de “naturel” – terme assez peu naturel à lui seul dans cet espace de débat d’ailleurs – en relation avec “social”, “relationnel”, et “institution” au fil des paragraphes), l’appui après de Castoriadis (Œdipe relu “autour de la notion clé de ‘maître des significations‘”, 39)...

0

Parler le Merton – une poétique de la sociologie

D’autant que j’écoutais Arnaud Saint-Martin présenter le classique “STSS“, dans le cadre de la Petite bibliothèque des sciences sociales à la BNF, 2017, Sylvain Bourmeau à la barre. Univers de discours habité, familier, incorporé. Combien j’aime ces introductions, entrées. Quoi aimer dans Merton, qui est un précis du langage. Et de l’anglais, en l’occurence, “choice finds” (OTSOG p. 184). Oui : STSS (à distinguer en effet de sa version française en Éléments, qu’il ne faut pas prendre comme une traduction) comme...

0

Champs des “literary intellectuals” : Collini sur Snow

Collini ranges so wide, fluid (elegantly both essayistic and ultimately scholarly). On the Snow-Leavis controversy, moving on to the perception (and the beautiful touch of exposition, how does he find this tone, since tone is such a matter of discussion in Leavis on Snow : a matter of authority and contests in authority) of shifts not only in science and the philosophy, history and sociology of science but also in the nature and social location of the literary science and...

0

Archéologie de la littérature – remédiation en âge numérique

Une archéologie de la littérature est à (re)faire, dans le contexte de la tâche culturelle globale d’élucider les enjeux de la mutation numérique. Oui l’archéologie des médias, nouvel intérêt sur, retard mais pertinence français/e, très éclairante, méthodologique très saine et recompositrice – hygiène devant présentisme et technicisme. Histoire des sciences, histoire des techniques, histoire culturelle matérielle. Mais un travail de reprise archéologique profonde des repères pour penser et placer historiquement la formation culturelle “littérature” (“Devenir des lettres“, toujours : se...

0

Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi...

0

Déplacements sur le numérique

Je croyais que ça avait à voir avec les forces concentrées dans les champs InfoCom – à P8 aussi, Art/s. Lieux de certains pouvoirs culturels, non-coincidés avec leurs objets. Intérêts de savoir, lisibles dans ces décalages. (Sensations du type “sentiment sociologique“, sentiments des relégations, et de l’état des flux du pouvoir dans le champ universitaire et culturel.) Et ensuite sciences sociales : entreprenant la critique des marques du numérique dans l’économie politique, et dans les transformations, locales et enchaînées, des...

0

Science fiction, and inspiration for cybertech : culture in tech

Good On the Media reminders, on the occasion of this weekend’s podcast commenting on Elon Musk’s purchase of Twitter. The Ghost in the machine, episode. Linking the tech (giant-tech, a product of tech-giants) imagination to SF of the 1950s, and a structural misreading to boot, hooking on to “the gadgets” and ignoring the social analysis and stock-taking, a generic feature : SF not a poetics of the future but a treatment of the present and past. Paratopias. Snow Crash, Neal...

0

Traduction contd.

Nouvelles (pauvres, il y a beaucoup de désert dans cette longue traversée) configurations de l’expérience de la traduction : slow work, slow research, slow literature. A ras du langage. Combien la ressource est tourbillonnante, kaléidoscopique, à toutes ses échelles. Cette vitesse est affolante, et elle est douce aussi. Son contraste avec la cadence quotidienne imposée est son caractère le plus marquant peut-être.

0

Beauvoir – contd.

Deuxième soirée de lecture, now “connaître et écrire“. Et toujours l’étonnement : la “liberté”, le “hasard”, la “société” et les déterminations (my word this). L’interrogation de “compte fait” semble se poser, dans ces premières dizaines de pages, sous la forme songeuse d’une discussion philosophique, “praxis” et “pratico-inerte”, relations d’objet et rapports miroir de sujets pleins – un mur tranquille insonorisant à l’histoire et au social dans aucune complexité de plus. J’y tire un état contradictoire – sputéfaction, mais aussi plaisir...

0

Simone de Beauvoir sujet – “lire et exprimer”

Extraordinaire expérience de décalage, ou recalage : replongée après un si long et diversement lointain parcours dans Beauvoir, que je prends à Tout compte fait, paru en 1972. Il me faut un temps pour passer un choc de seuil, et me laisser prendre dans le rythme assuré et intelligent des périodes. Comment cette subjectivité est-elle, a-t-elle été, imaginable !? Quelle époque de la subjectivité a été vivable, imaginable, possible à générer, dans ces termes ? Humanismes successifs du premier XXe,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search