Étiqueté : néolibéralisme

0

Mesure États du numérique – politique des savoirs, NPE en Inde

Texte clé, qui fait venir en sillage d’autres études contemporaines, alors que l’Inde examine un projet de loi NEP, New National Éducation Policy : Rohan D’Souza, qui travaille depuis l’université de Kyoto : “Coming Disruption in Higher Education in India” – 🔍 Travailler sur Global DH, et sur le Global South, c’est aller voir dans ces courroies du néolibéralisme de l’Inde émergée, et celle de Modi. Dans une histoire longue, et portée à une dimension moderne et brûlante par le...

0

Identités et gouvernance – le savoir (univ.) pris en pince

Parmi les expériences que documente Arnaud Bernadet : situation de Martin Drapeau, professeur (? check) de psychologie à McGill. Les effets, inscriptions sociales, du néolibéralisme (comme le notait Tim Brennan dans “The DH Bust”, Chronicle of Higher Education, 2017), sur le double front : les sujets identités, et les bénéfices cyniques, commodité structurelle, du pôle néolib, de voir les prolétarisés du savoir se faire démonter, dé-institués, par les ailes gauches réactionnelles, produites par. Brennan identifiait un tel fonctionnement en pince...

0

Prolétarisation du savoir – Simondon selon Stiegler

Avec Stiegler – et je peux prendre son affect (“une histoire, notre histoire, et comme l’histoire d’une calamité”, 154) pour raisonner le mien -, la notion de “génération déclassée“, par rapport à la “génération lyrique” de 1968 (155 – il a cité Boltanski et Chiapello plus haut et la “critique artiste”, passage fait, et noté). Sentiment sociologique. Qu’il élabore avec Simondon : une prolétarisation de la [raison – est-ce le terme de Simondon, je ne sais plus. Du savoir ?...

0

Morales néolibérales – états de la critique

Les morales, les polices, vérifications d’identité, exigences et aboiements (NB, cancel, geste énonciatif à regarder de près, il a une histoire déjà, précise et en tache d’huile très rapide, social-médiatique, avec une proposition critique singulière, à retracer avec attention), mots d’ordre – je dis “néolibérales” dans le sens d’un bloc historique, qui inclut dans ses déterminations les termes de ses pôles critiques. Identités pédagogiques. Cultural identity 1 chez S Hall ; Bhabha je crois dit précisément “pédagogique”. Identités produites par...

0

Enseignement et coaching – RH du sujet

Another point of puzzlement : Les dévaluations du rapport intergénérationnel de savoir et enseignement, et le succès commercial et managérial du coaching, sous ses formes les plus déclinées progressivement, (y compris la forme simple des cours privés et payants, petit ou grand commerce, où la valeur vient du rapport d’achat de service, acquisition d’un package de skill, certification éventuellement, norme ISO du sujet economicus). Coaching sportif, appeler “coaching” le conseil RH ou de promotion et orientation professionnelle dans les structures...

0

Subjectivités néolibérales : ghosting

Subjectivités néolibérales et “social-médiatiques” (est-ce ça ?), nouvel écho : le “ghosting au travail”, dit Guillaume Erner sur FCulture ce matin, en contexte américain du Big Quit post Covid. Il n’empêche : agir comme (réf à Eva Illouz, sociologie des réseaux sociaux et plateformes de rencontres) sur une interface de machine, argument de l’infini, argument de la déréalisation. Être traité comme un service client, comme un objet de consommation, comme un distributeur. Pics d’expériences dans le rapport enseignant.

0

Sujets néolibéraux – identités, précarité

Oui une nouvelle ligne, il me semble, se dessine, apparaît sous les pieds, au fil des lectures : la question de “l’individualisme” qui accompagne la “société de réseaux” (termes de Castells, maintenant en partie anciens), plan subjectif de ce qui s’articule avec, aux plans économique, politique, sociale médiatique, tout le bloc contemporain de la mondialisation la plus tardive. Je vois Bernard Stiegler s’énerver sur sa formation comme “minorité” des générations des médias technologiques et du consumérisme, États de choc (2012)....

0

Liberté substantive

L’une des faces (murs dressés) de l’état des choses qui s’organise, en mobilité très rapide et  multi-directions, avec la guerre, et tout ce qu’elle révèle : de quoi est faite la liberté – celle qui est détruite, de longue date avec longs politiques systématiques ; celle qui est construite depuis de récentes décennies, en plateaux successifs et synergie contradictoire avec diverses autres forces (nationalisme, le plus saisissable pour moi jusqu’ici, et “la corruption”, folklorisée par Serviteur du peuple, et…)  ...

0

Deux notes de recueil critique : figures du néolibéralisme – Solomon, Davies

Jon Solomon, écrit beaucoup sur Facebook ces jours-ci dans la guerre. Une note que je recueille : le couple qu’il évoque, dynamique systémique, hégémonie même, entre néolibéralisme et identitarisme. Que la situation ne laisse actif que ce couple. je copie ici le paragraphe, posté je crois hier dimanche 6 mars : From Yuliya Yurchenko, “Ukraine and the Empire of Capital: From Marketisation to Armed Conflict” (2018). Yurchenko’s analysis shows how the neoliberal transition pushed by the EU and taken up...

0

Culturalisation – *nouveaux* statuts & fonctions du culturel

Sociétal vs social – propos, argument, de diverses discussions de l’état de la gauche (F Culture, dossier Diplo janvier 2022. Vers la notion d’une culturalisation, culture wars le coup stratégique de la révolution droitière néolibérale, et depuis, suivre ? Il faut reprendre le cadre gramscien et voir comment, traduit au fil des décennies récentes, il donne à comprendre. Hégémonie, dans un espace politique “de la connaissance”, de l’information et la communication, de la tertiarisation médiatisation etc. Question sociale question raciale,...

0

Eva Illouz sur les subjectivités néolibérales : contd.

C’est moi – non pas elle – qui qualifie ces effets de sujet sous le label lieutenan “néolibéral”. Elle dit plutôt “moderne”, et alors avec un sens sourcé dans Giddens mais aussi Weber (économie et société) – tiens et d’ailleurs aussi Polanyi on dirait, bien qu’elle ne le cite pas je crois : sur l’opération analysée comme “dis-embedding” (Why Love Hurts, 174), de l’érotique et de l’émotion. Pourtant : elle en est bien aux formulations telles : Like no other...

0

Marxismes with teeth – Brennan on DH, and McGann

Il me fallait bien un coup de Tim Brennan sur les Digital Humanities, pour ré-imaginer la dimension dans laquelle prendre l’amorce critique. Celle de l’Humanité est acquise, bien que toute à faire à construire. Celle des « Digital divides » est localisée, dans le sillage par exemple de la DHARTI 🔍 Mais le « Digital-Humanities Bust » 🔍 publié en 2017 par Brennan dans le Chronicle of Higher Ed  est un bon shot in the arm, et une bouffe de rire....

0

Eva Illouz : autonomy & recognition – sociologies of modernity

Eva Illouz, luminous as she can be. The cruelty of sociology and its source of relief too, as disindividualization. Unstrangulating. Confusion is a psychological trait, but its etiology often has a sociological basis. (Why Love Hurts, 135) As simple as that. Pointed. The implication of Hegel, slave & master dynamics in the subject / object patterns of recognition, with the Kojève input : particularly clarifying. On the modern contradiction of the subject. And of course then Butler. 130-131. I remember the...

0

Subjectivités néolibérales ; université foyer d’enjeux

J’ai beaucoup en tête ces jours, circulant, proposant des envisagements de rapports à essayer, encore très effilochées, des suggestions de liens à déceler (et faire : cf G Stein, « Composition as Explanation »), entre les subjectivités néolibérales, pour lesquelles je tiens fermement la rampe méthodologique d’Eva Illouz, les peuples du numérique, et le point de cristallisation que concentre, encore une fois en cet âge pouvoir-connaissance, l’université. Dans les années 1870 il y avait eu ce nouage musclé, très moderne,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search