Étiqueté : numérique

0

Altérité dans le numérique

Un composé qu’il faut déterminer, cerner : comment les mythologies numériques – le cyborg, les limites ou extensions augmentations de l’homme par la face machine et la face animale – sont des variations de la question de l’altérité. Quel mythes de l’altérité elles re-fabriquent, rélarticulent : une métaphysique directement branchée en transcendance, une chimère horizontale des-Sixties (elle sera sans doute la plus fine des trois à saisir, même si proche de la version Haraway, dont elle est une source généalogique)...

0

Eva Illouz – subjectivités numériques, sociologie de l’Internet

Tout le laborieux d’Eva Illouz, y compris des directions difficiles à saisir ou à faire entièrement conférer (les chapitres semblent juxtaposés, études, plutôt que construction narrativo-conceptuelle, désorientant) – pour ces pénétrations infiniment précieuses, au final. On les a vues au fil, mais le point d’aboutissement est éclatant. Épilogue : If there is a non-academic ambition to this book, it is to “ease (quoting Emily Dickinson) the aching” of love through an understanding of its social underpinnings. The cruel therapy of...

0

Décoloniser les humanités numériques

J’en arrive là. Je peux s’il faut l’appeler de manière moins grossière ou in your face. Et éviter alors de glisser dans l’ornière de l’audibilité actuelle – champ magnétique des “observatoires” de la réaction – cf 🔍 . Où on doit porter le pesant amalgame entre Decolonizing the Mind (situation discursive et conceptuelle de Ngugi 1986), postcolonial, et décolonial. – La lecture de l’étude sociologique de Laurent Afresne sur la réception de De Sousa Santos (Zilsel 2021/2) est à faire,...

0

DH : effets théoriques – remédiation !

DH et la théorie : un front de conflit dans l’ordre institutionnel de English (et voir les équivalents en contextes francophones). McGann en est un commentateur clé du point de vue sinon inusité au moins très minorisé (philologie, sciences des textes – Doueihi une figure placée un peu depuis les mêmes zones en francophonie). Il ne mâche pas ses mots sur son hostilité recuite contre “theory” et tout son sillage, Lyotard, linguistic turn, interprétation, philosophie (en archéologisant jusqu’à Nietzsche contra...

0

Théorie de la culture, re – pour le numérique

Il y a une théorie du code, théorie du sens, et donc théorie de la culture ultimately, dans l’un des fonds logothétique des media studies puis digital studies (pris au sens très lax – vaste brouillard de discours sur le numérique, vase commun pris ici comme flottant) : “extensions of man“, comme l’indique Jerome McGann si philologue, sceptique et humaniste-européen, s’appuyant pourtant sur la puissante suggestion de McLuhan (lui si peu méthodique). Qu’il y a bien une proposition sur la...

0

Disinformation : a Mother Jones clarification

Il faut ces travaux. Et pourquoi me paraissent-ils si difficile à trouver dans le brouhaha du commentariat courant ? Parce que c’est dans l’immédiat actuel et que personne n’a encore pris le champ de temps pour en dégager un récit critique ? Global Debates on DH, par exemple, – ouf fait souffler. 🔍 Ah, looking into this : this initiation, 2017 (CUNY based? Of only CUNY relayed? A voir) : 🔍 De même donc ici, travail de veille et d’analyse...

0

Ingénierie numérique littéraire : Frédéric Glorieux

Contribution remarquée dans Critique 819-820 (août-sept 2015), Des Chiffres et des lettres. Les humanités numériques (dir. Alexandre Gefen). Son carnet de recherche sur Hypothèses, Résultats : lien. Plus exactement : « J’attends des résultats. Fouilles de documents, expériences réussies et ratées. »

0

Objet pour les humanités numériques : “humanités”

Commencer par ça ! Faire levier comparatiste ordinaire de la position francophone dans les études numériques, et leurs régions littéraires ou sciences-humaines. Généalogie du phénomène du calque de l’américain. C’est ma propre génération qui a vécu (a fait) cette réintroduction dans les termes courants opératoires, français. Enjeux ? Retraductions évidemment ; effacements ? Bien d’autres processus exacts et conséquences. Bon objet d’analyse du discours par traitement de corpus. Pourrais en faire un projet de pratique, apprentissage et approche des techniques...

0

Le numérique comparé – of course

Pourquoi cet éclat n’était pas encore apparu ? Son effet d’évidence fait partie du sentiment, joie hier pm, d’éclat. Évidemment, la prise est simplement celle d’un comparatisme des discours – anglophones et francophones suffiront, comme souvent, pour tout mobiliser – sur le numérique. Poser les discours comme objet – trouver comment faire ça ; l’opération n’est elle pas évidente, ça se diagnostique, se work out, se prolonge par homothétie ou transforme dans les devenirs discursifs, reconfigurations conceptuelles et institutionnelles. Et...

0

Wiener – puissance de la v.o.

Énorme quantité d’apprentissage, à lecture de Cybernetics, de N Wiener, 1947 / 1961 (pour 13 ans de recul, considérés en préface). Non seulement le fourré de contextualisation (WW2, les émigrations scientifiques aux US, les savants et scientifiques juifs en personnages caractéristiques, ou simplement d’Europe centrale – Schrödinger ici aussi, Wittgenstein plus loin, les fondations, les situations universitaires changeantes, et alors la spécialisation disciplinaire que Wiener déplore (et alors encore, les projets interdisciplinaires, « boundaries », « between », ici forge...

0

Situer McLuhan

Encore sur ce bon casse-tête, qui me fait « comique des idées » : situer Understanding Media, 1964 (sur bourse de recherche 1959-1960 – bourse US d’ailleurs.) La Condition postmoderne, Lyotard : 1979. « Comiquement », rapport « sur le savoir au XXème siècle » commandé par le gouvernement du Québec ! (A story here. What the … ?) Je pense à, je teste, le postmoderne, avec le modernisme, comme premiers discours entrepris pour détricoter la modernité. L’un des premiers...

0

Les fous – logothètes et tabula rasa

McLuhan, bien sympathique bricoleur (réarticulateur de tropes théoriques et culturels d’époque, sans timidité, sans censure – comment peut-on être canadien ?), p. 13 into Understanding Media. Il me fait, par shifter chronologique, penser à l’innocence et jubilation des possibles en Mécano intellectuel d’YC. Il y a l’irritation des effets de domination, dans les discours solaires du numérique (et ses épigones en parasites), dûs à la tabula rasa. Que je m’apprête à regarder, par exemple dans Hayles. Et autres enthousiastes –...

0

Culture numérique et culturologies de la culture numérique

Comment “une culture” change : bascules, transitions d’époques, blocs historiques, épistémès, ère à ère, âge à âge, âge de. “Ere numérique” – alors qu’on a peut-être laissé filé un mot d’ordre mot d’époque, “société de la connaissance”, “société de l’information”. Mais aussi : comment la culture, le culturel, est pensée. Anthropologie des cultures successives, diverses, chevauchantes, quelles que soient leurs mobilités. Cultures, culturologies, idéologies anthropologiques – et épistémologiques – des cultures. Ici les effacements, et les marquages discursifs et conceptuels...

0

Situation de McLuhan

Tiens, je mets McLuhan à l’horizon, lectures nécessaires pour me faire un soubassement pour “la culture numérique”, et j’approche enfin ce livre souvent objet de vague question. Première approche par fiche wiki simple : éléments intrigants de situation. Passage par Cambridge, Leavis et IA Richards (New Criticism explicitement) ; base dans English. Canada, et catholicisme (par conversion), singularités. Création du Centre for Culture and Technology, 1963 (année précédant la parution de Understanding Media), parallèle avec le CCCS de Birmingham 1964,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search