Étiqueté : numérique

0

Déplacements sur le numérique

Je croyais que ça avait à voir avec les forces concentrées dans les champs InfoCom – à P8 aussi, Art/s. Lieux de certains pouvoirs culturels, non-coincidés avec leurs objets. Intérêts de savoir, lisibles dans ces décalages. (Sensations du type “sentiment sociologique“, sentiments des relégations, et de l’état des flux du pouvoir dans le champ universitaire et culturel.) Et ensuite sciences sociales : entreprenant la critique des marques du numérique dans l’économie politique, et dans les transformations, locales et enchaînées, des...

0

États du savoir, entre générations – avec B. Stiegler

Bon, Stiegler conduit son propos en manière wild, et animus de pamphlet (se prendre pour…), mais : . oui, générations, sensible dans la pratique de l’enseignement, spécialement cette année de retour à l’université après la fracture Covid. Les étudiants de licence à leur niveau ; les doctorants au leur. Sur cette ligne toujours : les subjectivités contemporaines, jeunes, et les identités néolibérales – précarités dans le travail intellectuel. . dévaluations du savoir, dues à bien des poussées toutes reconnaissables à...

0

Généalogies des DH : points d’orientalisme parmi questions ling & cult mat

Je n’oublie pas, dans le flot de suggestions ouvert par le projet “Les Humanités du numérique” (où je cherche suivant mon fil, en mes termes intimes : les peuples du numérique), deux touches orientalistes parlantes, à suivre : Amazon’s mechanical Turk (2005) – reprise de géopolitiques du XVIIIe, fort des splendeurs des XVI et XVIIe depuis François Ier et le Grand Turc (lettre ornementée en alphabet arabe il me semble exposée actuellement à la BNF dans le cadre de l’expo...

0

Science fiction, and inspiration for cybertech : culture in tech

Good On the Media reminders, on the occasion of this weekend’s podcast commenting on Elon Musk’s purchase of Twitter. The Ghost in the machine, episode. Linking the tech (giant-tech, a product of tech-giants) imagination to SF of the 1950s, and a structural misreading to boot, hooking on to “the gadgets” and ignoring the social analysis and stock-taking, a generic feature : SF not a poetics of the future but a treatment of the present and past. Paratopias. Snow Crash, Neal...

0

Anthropologie du cyborg & cyberculture

Beaucoup à noter, fixer pour repères historiques (philologiques, généalogiques), dans Escobar sur “Cyberia” — tout un programme, avec cette mise en crête de titre. 1994. Je lis en même temps, ce qui n’est pas forcément futé car l’époque commune encourage les confusions, Manuel Castells vol. 1, 1996 en v.o., La Société en réseaux. humeur, état de Zeitgeist, environnement de références théoriques culturelles et idéologiques, vocabulaire, des 90s (dont retour des “identités premières”) temps, en particulier, des discussions chaudes sur le postmoderne,...

0

Double takes – Escobar, Castells, mondialisation, cyberculture

Je mets maintenant “cyberculture”, ou “information”, en position d’accent, et “mondialisation” sert de fulcrum. Je remarque. Alors même que les premières approches de La Société en réseaux (préface de Touraine, structure du sommaire) m’indiquent qu’est en cause le rapport renouvelé entre sphères culturelle et matérielle, structuration économique mondiale. L’autonomie des deux plans, à évaluer nouvellement. Nouveauté même, peut-être, que cette indépendance, écartement dans le rapport de structure. Culturalisation, dont l’une des figures vite reconnues comme classiques : l’immatériel et les...

0

Seniority – histoire des savoirs, ici

Ce serait, ce sera (quel futur conditionnel ?) intéressant de retracer, rassembler pour en compter la succession chronologique et en lire les sémantiques historiques, les objets et références, ensembles bibliographiques, que j’aurai travaillés en d’ores et déjà 36 ans de lecture écriture enseignement. — L’enseignement, décisif dans ces évolutions et formations, thankfully. Perception de l’histoire du contexte, université française et changements sociaux et culturels dans l’histoire ; mais aussi situation d’une individue dans, placée dans une position d’acteur culturel et...

0

Numérique et discours – prise critique

Car pas un ensemble de discours, ni une constellation ou feuilletage de formations discursives, mais le discours lui-même, condition de. Média. Situation méthodologique singulière. Elle demande, il semble, un effort de synthèse inédit, et de cartographie idem. Demande de sérier, rassembler, toutes les traditions méthodologiques pertinentes, qui s’étaient localisées dans des disciplines, champs, cernés. Et de les rebattre. Histoire des sciences et techniques, et philosophie desdites, histoire du livre et anthropologie de l’écrit, histoire des médias, études visuelles et médiatiques,...

0

Mutations numériques – présents culturels

Tiens un instant de pivot de vue p, ces derniers jours : oui, venant en cours de feuilletage dans Télérama et le catalogue replay d’Arte, ça semble avoir eu besoin de l’espace de légitimité traditionnel & de telle sociologie générationnelle et néanmoins, je vois enfin : multiplication inventive en effet, créative, vivante pétillante intelligente, de nouvelles formes, hybridations, accommodations, habitations, appropriations, dans les formats numériques et entre eux et les formats audio, texto, plastiques de plus longue histoire. Croisement des...

0

Altérité dans le numérique

Un composé qu’il faut déterminer, cerner : comment les mythologies numériques – le cyborg, les limites ou extensions augmentations de l’homme par la face machine et la face animale – sont des variations de la question de l’altérité. Quel mythes de l’altérité elles re-fabriquent, rélarticulent : une métaphysique directement branchée en transcendance, une chimère horizontale des-Sixties (elle sera sans doute la plus fine des trois à saisir, même si proche de la version Haraway, dont elle est une source généalogique)...

0

Eva Illouz – subjectivités numériques, sociologie de l’Internet

Tout le laborieux d’Eva Illouz, y compris des directions difficiles à saisir ou à faire entièrement conférer (les chapitres semblent juxtaposés, études, plutôt que construction narrativo-conceptuelle, désorientant) – pour ces pénétrations infiniment précieuses, au final. On les a vues au fil, mais le point d’aboutissement est éclatant. Épilogue : If there is a non-academic ambition to this book, it is to “ease (quoting Emily Dickinson) the aching” of love through an understanding of its social underpinnings. The cruel therapy of...

0

Décoloniser les humanités numériques

J’en arrive là. Je peux s’il faut l’appeler de manière moins grossière ou in your face. Et éviter alors de glisser dans l’ornière de l’audibilité actuelle – champ magnétique des “observatoires” de la réaction – cf 🔍 . Où on doit porter le pesant amalgame entre Decolonizing the Mind (situation discursive et conceptuelle de Ngugi 1986), postcolonial, et décolonial. – La lecture de l’étude sociologique de Laurent Afresne sur la réception de De Sousa Santos (Zilsel 2021/2) est à faire,...

0

DH : effets théoriques – remédiation !

DH et la théorie : un front de conflit dans l’ordre institutionnel de English (et voir les équivalents en contextes francophones). McGann en est un commentateur clé du point de vue sinon inusité au moins très minorisé (philologie, sciences des textes – Doueihi une figure placée un peu depuis les mêmes zones en francophonie). Il ne mâche pas ses mots sur son hostilité recuite contre “theory” et tout son sillage, Lyotard, linguistic turn, interprétation, philosophie (en archéologisant jusqu’à Nietzsche contra...

0

Théorie de la culture, re – pour le numérique

Il y a une théorie du code, théorie du sens, et donc théorie de la culture ultimately, dans l’un des fonds logothétique des media studies puis digital studies (pris au sens très lax – vaste brouillard de discours sur le numérique, vase commun pris ici comme flottant) : “extensions of man“, comme l’indique Jerome McGann si philologue, sceptique et humaniste-européen, s’appuyant pourtant sur la puissante suggestion de McLuhan (lui si peu méthodique). Qu’il y a bien une proposition sur la...

0

Disinformation : a Mother Jones clarification

Il faut ces travaux. Et pourquoi me paraissent-ils si difficile à trouver dans le brouhaha du commentariat courant ? Parce que c’est dans l’immédiat actuel et que personne n’a encore pris le champ de temps pour en dégager un récit critique ? Global Debates on DH, par exemple, – ouf fait souffler. 🔍 Ah, looking into this : this initiation, 2017 (CUNY based? Of only CUNY relayed? A voir) : 🔍 De même donc ici, travail de veille et d’analyse...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search