Étiqueté : OTSOG

0

C.P. Snow : fait revoir l’enjeu de la science dans la sociologie – Merton et contexte

Je continue à louvoyer, interroger, perplexifier, quant à la position et la pratique critiques de Merton dans OTSOG. Les humeurs “Sterne” et “Tristram” de la comédie narrative anti-autoritaire ; le pathos d’un moment universitaire et scientifique (j’aime tirer sur ce thème naturellement, point d’invite et d’appropriation pour moi). Une part de l’ambiguïté (la mienne d’abord) est dans l’ethos sociologique affiché et campaigned for, un travail appliqué, considered, auto-réalisateur et auto-réflexif, sur l’institutionnalisation de la science sociale et son assise, son...

0

Champs des “literary intellectuals” : Collini sur Snow

Collini ranges so wide, fluid (elegantly both essayistic and ultimately scholarly). On the Snow-Leavis controversy, moving on to the perception (and the beautiful touch of exposition, how does he find this tone, since tone is such a matter of discussion in Leavis on Snow : a matter of authority and contests in authority) of shifts not only in science and the philosophy, history and sociology of science but also in the nature and social location of the literary science and...

0

Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi...

0

Traduction, OTSOG, compagnie

J’aime la responsabilité d’être mon propre dictionnaire – décisionnaire des qualités, couleurs et tons, modelages, sémantiques. Ce renversement doux, long d’une carrière et d’une vie amoureuse de l’étranger dans l’anglais et l’anglophonie (ah my darling Onion, coup de cœur lexicographique un jour d’été à la Bodleian – et les fous depuis Dr Johnson), du rapport à l’autorité de la langue. Sans – of course – sortir d’une immersion consciente, délibérée également, dans les multiples autorités qui flottent dans la langue...

0

OTSOG with Reinhardt Kaiser

Enfin donné acte à la brillante – et basique, duh – idée de connaître les traductions allemande et italienne d’OTSOG, mes compagnons exacts. Je reçois hier la version de Reinhardt Kaiser, pour Suhrkamp, datée de 1983 (ou est-ce 1980 pour l’édition pré-proche ?), et 2021 Auflage même. Sous-titre inscrit – et résultant très certainement de proposition du traducteur négociée avec l’éditeur, façade : Ein Leitfaden durch das Labyrinth des Gelehrsamkeit. On a effacé Tristram. L’un des pôles de ma curiosité...

0

Traduction, contd.

Le plaisir de la “reprise” : autant la traduction en déchiffrage est délicieuse pour l’intelligence de l’anglais original si épousé, et aimé autant le deuxième passage, que je laisse souvent attendre par hésitation, crainte, porte vers un autre délice (et peines) : le passage à la voix, la sienne, la mienne. Mienne dans. Épousailles et étonnant espace, occasion, de ma voix. Mon paysage de langage bien sûr. Que je parcours ; où je me repossède des parcours, élargissements, infusions, ventriloquie...

0

Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt...

0

Traduction, traductions

Note minimale au fil : bon de me trouver, en période 2021 de l’avancée à travers OTSOG, à lire aussi en long séjour une traduction, comme je fais rarement. La Storia, grand-roman expansif, traduit par Michel Arnaud (1977) avec précision, netteté, and spirit. On lit bien une traduction (et choix de notations explicatives insérées dans le texte sans distinction éditoriale d’ailleurs), on en ressent les régimes différenciés : le translationese, qui peut être discret et élégant (il donne ici un...

0

Vivre dans la traduction

Page 100 aujourd’hui, tiens. One third into OTSOG. Ce long séjour. Je savais qu’il préparait des temps de circulation, convolution, excursus, tissages inattendus, et parfois faux, mais n’importe. Volutes boucles de l’imagination des langues et des textes. Des phases, des tons et jusqu’à des identités différents du projet même. Ainsi que de longs aplats un peu abrutis, uninspired, en séjour de translationese. La longueur assure ces passages de dysphorie, ils ont un sens et une fonction. Curious that. Flux et...

0

Professeur en décroissance

Amused, interested, touched, by the shift in perspective afforded by the double play of temporality: advancing career situation (my singular), and advancing capitalism of the politics of knowledge (context – whose exact contours matters and depends). This also touched upon with VG, in the simplest conversation of the situation – meeting again after the long axe-gash of the Covid stupefaction : careers have been made, most colleagues of our generation & profile will have amassed responsibilities that require executive engagement...

0

Pans de lecture – agenda printemps

Les beaux pans de lecture qui s’ouvrent, avec ce manifeste printemps de l’humeur sciendi : . Ong plus détaillé (rhétorique, romance, Ramus, dialogue), Zumthor s’il faut, en suite de Goody sur la da . plus d’U. Eco en suite de travail éditorial, culturel finalement, sur OTSOG, (philologie et sémiotique ?) . tout le pan Merton, reprise de Serendipity, Social Theory, et la collectif de Calhoun sur, et prise de contact avec A. Saint-Martin . tout le pan Hayles, bien réouvert...

0

Schlanger : l’affect philologique

Beaucoup à écrire, elle a, sur l’amour de la culture. Quelle position, ou pratique, philosophique cela lui fait-elle ? À brosser le tableau des résistances successives à la libido sciendi, et maintenant des polémiques successives à l’affect bibliophile, elle doit placer en face, à chaque temps de comparaison, la caractérisation de. « Pléthore philologique », par exemple, et structurellement « mémoire culturelle » (231) ; Caillois et sa conversion à la méditation de pierres, « en quittant les livres qui...

0

Sanguine Judith Schlanger : )

Dans son chapitre X, « Contre l’érudition », Schlanger – que j’appelle depuis quelques semaines par distraction Schangler… what’s that about? – et toute l’humeur que je savoure dans sa manière intellectuelle : Ce dédain est intéressant [celui d’un Rutherford typiquement – mais « Cette critique, on l’entend depuis Descartes à la fois chez le philosophe spéculatif et chez le savant expérimental », 222], et on peut suivre, riche en formules et en anecdotes, toute la polémique du dédain. 223.

0

Réticences au savoir, miroirs des trois libido

Dans le chapitre bien anglé des modes successifs, dans l’histoire européenne (schématique – il y a de la fabulation philosophique dans cette historicisation, on peut aimer), des réticences au désir de savoir, on suit les antiques, chrétiennes, classiques, et modernes. Les chrétiennes ont donné, patristiquement et latinophone : « jusqu’à la mise en place de saint Thomas qui donne sa forme classique à la triple libido , libido sciendi, sentiendi, dominandi : le désir de savoir, d’éprouver, de dominer. »...

0

Judith Schlanger – La Vocation, sagesse, liberté

Je désirais le goût que communique le ton d’une Diana Athill, goût protestant de l’individualité, hivernal en rasa de saison, et pendant que la commande arrive (bonheur de trouver l’existence d’une édition rassemblée de ses textes autobiographiques), je trouve cela de Judith Schlanger, en philosophie modeste. Rayonnante, profondément originale dans sa forme inversée de l’emphase, un peu moraliste dans sa manière (essayistique, elle circule, elle associe, fabrique, réfère, parcourt, avance, tisse large et profond, librement mais avec une précision historique...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search