Étiqueté : OTSOG

0

Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt...

0

Traduction, traductions

Note minimale au fil : bon de me trouver, en période 2021 de l’avancée à travers OTSOG, à lire aussi en long séjour une traduction, comme je fais rarement. La Storia, grand-roman expansif, traduit par Michel Arnaud (1977) avec précision, netteté, and spirit. On lit bien une traduction (et choix de notations explicatives insérées dans le texte sans distinction éditoriale d’ailleurs), on en ressent les régimes différenciés : le translationese, qui peut être discret et élégant (il donne ici un...

0

Vivre dans la traduction

Page 100 aujourd’hui, tiens. One third into OTSOG. Ce long séjour. Je savais qu’il préparait des temps de circulation, convolution, excursus, tissages inattendus, et parfois faux, mais n’importe. Volutes boucles de l’imagination des langues et des textes. Des phases, des tons et jusqu’à des identités différents du projet même. Ainsi que de longs aplats un peu abrutis, uninspired, en séjour de translationese. La longueur assure ces passages de dysphorie, ils ont un sens et une fonction. Curious that. Flux et...

0

Professeur en décroissance

Amused, interested, touched, by the shift in perspective afforded by the double play of temporality: advancing career situation (my singular), and advancing capitalism of the politics of knowledge (context – whose exact contours matters and depends). This also touched upon with VG, in the simplest conversation of the situation – meeting again after the long axe-gash of the Covid stupefaction : careers have been made, most colleagues of our generation & profile will have amassed responsibilities that require executive engagement...

0

Pans de lecture – agenda printemps

Les beaux pans de lecture qui s’ouvrent, avec ce manifeste printemps de l’humeur sciendi : . Ong plus détaillé (rhétorique, romance, Ramus, dialogue), Zumthor s’il faut, en suite de Goody sur la da . plus d’U. Eco en suite de travail éditorial, culturel finalement, sur OTSOG, (philologie et sémiotique ?) . tout le pan Merton, reprise de Serendipity, Social Theory, et la collectif de Calhoun sur, et prise de contact avec A. Saint-Martin . tout le pan Hayles, bien réouvert...

0

Schlanger : l’affect philologique

Beaucoup à écrire, elle a, sur l’amour de la culture. Quelle position, ou pratique, philosophique cela lui fait-elle ? À brosser le tableau des résistances successives à la libido sciendi, et maintenant des polémiques successives à l’affect bibliophile, elle doit placer en face, à chaque temps de comparaison, la caractérisation de. « Pléthore philologique », par exemple, et structurellement « mémoire culturelle » (231) ; Caillois et sa conversion à la méditation de pierres, « en quittant les livres qui...

0

Sanguine Judith Schlanger : )

Dans son chapitre X, « Contre l’érudition », Schlanger – que j’appelle depuis quelques semaines par distraction Schangler… what’s that about? – et toute l’humeur que je savoure dans sa manière intellectuelle : Ce dédain est intéressant [celui d’un Rutherford typiquement – mais « Cette critique, on l’entend depuis Descartes à la fois chez le philosophe spéculatif et chez le savant expérimental », 222], et on peut suivre, riche en formules et en anecdotes, toute la polémique du dédain. 223.

0

Réticences au savoir, miroirs des trois libido

Dans le chapitre bien anglé des modes successifs, dans l’histoire européenne (schématique – il y a de la fabulation philosophique dans cette historicisation, on peut aimer), des réticences au désir de savoir, on suit les antiques, chrétiennes, classiques, et modernes. Les chrétiennes ont donné, patristiquement et latinophone : « jusqu’à la mise en place de saint Thomas qui donne sa forme classique à la triple libido , libido sciendi, sentiendi, dominandi : le désir de savoir, d’éprouver, de dominer. »...

0

Judith Schlanger – La Vocation, sagesse, liberté

Je désirais le goût que communique le ton d’une Diana Athill, goût protestant de l’individualité, hivernal en rasa de saison, et pendant que la commande arrive (bonheur de trouver l’existence d’une édition rassemblée de ses textes autobiographiques), je trouve cela de Judith Schlanger, en philosophie modeste. Rayonnante, profondément originale dans sa forme inversée de l’emphase, un peu moraliste dans sa manière (essayistique, elle circule, elle associe, fabrique, réfère, parcourt, avance, tisse large et profond, librement mais avec une précision historique...

0

Traduire en français : la langue ici

Aimer aussi l’entanglement, la brasse, dans la langue française, que constitue l’entreprise de traduction (OTSOG, depuis profond dans l’automne dernier). Être ici : l’expérience est à front renversé de décennies de pratique, elle a son exotisme, et certainement sa curiosité et sa saveur. Fraîcheur aussi, de retrouvailles peut-être – c’est plus compliqué que ça. « Plus d’une langue », toujours. Et les feuilletages de « ici ». Mais aussi son aimant, centripète. Amour. Délice, surprise, de retrouvaille et de verfremdung....

0

Universalisable – sujets du savoir

La suggestion de CS, alors que nous parlons biographie de scholar, propos désirant sortir, avancer, poser : de prendre ça par la question de savoir si l’objet de l’écriture est universalisable. Soit propre à la publication. Intéressant de considérer ça. L’image du seuil se présente, avec ses limites habituelles : le seuil est mobile et plus on l’observe plus il fuit. Ici entre les contours incernés du sujet et les bords fondus du public. Le je du savoir (ou de...

0

Traduction – journal

Journal, ou développements, retournements, étapes, transformations : remarques : Ici now on page 30 : . l’incertitude du début de l’entreprise pensait sans doute reprendre la pratique où elle avait été laissée en toute saison d’intensité : aux moments d’apprentissage, furieux et appliqués aux lois trouvées. Puis la modification du rapport, et de l’humeur, avec un peu d’assurance et quelques dizaines de pages into it : non seulement la capacité, et la curiosité de voir se montrer un rapport maintenant...

0

Traduction : savoir en passant

Plaisir de ce savoir latent et circulant, de la traduction, qui parcourt large, du micro syntaxique, inflexions de ton, couleurs et façons de prendre les détours de la langue, un texte, aux larges intuitions toujours en un instant nourries d’ici, de par-là, dans les profilages des histoires entières des langues et des cultures de siècles, tout les sillages littéraires et culturels. Aperçus. Nouvelles considérations, passages d’habitation dans. Qui font aussi passer dans l’enfance des premiers et anciens parcours dans :...

0

Another Merton wisdom

603, Social Theory and SS, concluding « Science and the Social Order » (1937) : The prestige which science has acquired within the last three centuries is so great that actions curtailing its scope or repudiating it in part are usually coupled with affirmation of the undisturbed integrity of science or ‘the rebirth of true science’. (This is Nazi science, soon to be Soviet too. But valid beyond the totalitarian decades.)

0

Toast – à l’autonomie de la science

Trust Merton for the sunny aspect of an account of science, its modes of stability and autonomy, its functional comfort. Here in 1937, writing about the autonomy of science and the resistance of the « ethos of science » in view of the Nazi encroachment on « Jewish science » etc. (« Science and the Social Order », in Social Theory and Social Structure) : A tacit recognition of this function may be the source of that possibly apocryphal toast at...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search