Étiqueté : philologie

0

C.T. Onions on English etymology : langues et œuvres

(photo ©️, online) Je lis les Front matter du Oxford Dictionary of English Etymology, conçu par CT Onions après son travail pour l’OED (date ? La parution est annoncée à 1966, mais celle de qui ?). Avec en mémoire le texte fondamental d’Onions qui m’avait fait découvrir la ressource de la lexicographie, Bodliean library, some Oxford summer – quel texte mère ? Sans doute une préface au grand OED classique. Ici donc, on présente quelques conventions de présentation des items,...

0

L’enseignement dans l’histoire des savoirs – scolastique du droit, Tamar Herzog

Note journale seulement, vraisemblablement, car comment sera-t-elle reprise et liée par d’autres assez pour prendre une forme – n’importe, moment de lecture : Tamar Herzog sur l’histoire du droit en Europe (et l’emmêlement constitutif de ces deux notions même, génétiquement), A Short History of European Law – passionnant et impressionnant dans son attention et son succès pédagogique : montre comment se prend en unité de projet le ius commune, issu des droits romain, canon, germanique et féodal, et remanié, manié,...

0

Savoir et profession – Guillory sur les genèses contradictoires de English

Jusqu’où on peut pousser, ou voir déplacer, la perspective sociologique qui cherche à distinguer dans les jeux combinés le savoir et la profession (Guillory me ramène à la matrice de Weber), le cognitif et le social (ici les termes de Guillory). Guillory conclut le chapitre sur les deux disciplines finalement défaites dans le cours de la disciplinarisation de English : Belles Lettres et philologie : Looking back on this history we are compelled to acknowledge that literature has been made...

0

Devenir long des lettres – John Guillory, “déformation”

Oui ces histoires allongées, temps long, rendues possibles, vraisemblables et “donc “pratiquement inévitables” (Otsog !) dans les nouveaux contextes universitaires et culturels pour la littérature et les études littéraires. Jerome McGann (new republic of letters, renewed philology) reste l’expression la plus riche et informée, la plus énergique en élargissement de la vue, dans mes découvertes du champ Humanités numériques et des débats générés dans son émergence. Mais l’expression que met en place John Guillory dans Professing Criticism. Essays on the...

0

Greek and Natural philosophy, 1663

Ancients, Moderns, and again new cycles of it. Isaac Barrow, Prof of Greek at Cambridge, before 1663 : I sit alone as an Attic owl, who has been thrust out of the companionship of all other birds; while other classes in Natural Philosophy are full. (Merton Science in 17th Century England, 95.) … for, as is well known, in 1663, he left this chair to accept the newly-established Lucasian Professorship of Mathematics, in which he was Newton’s predecessor. (96)

0

Curtius donne : la pensée et le savoir

Savoir, et penser, “la bouche pleine” – J. Schlanger. (Autant, Talal Asad, qui fait faire à “tradition” – dans le sens de réalité culturelle articulée et active, sur la force du discours dans ses lignes historiques – un travail d’un type de pénétration politique tout différent, s’agissant d’une reculturalisation vigoureuse, nécessaire et nécessairement, de l’Islam.) Curtius dit : “humanistic tradition“, 593 (discussed when challenged by the Scholastic moderns, who are themselves later attacked by Roger Bacon for having shelved the...

0

Traducteurs – Zweig, Trask

J’écoute les traducteurs. Au travail. Dans le long fil, la qualité du soutien d’un ton, registre, plan de discours, tact. Serge Niémetz pour Le Monde d’hier de Zweig (s’inventer une telle voix d’époque !) ; Willard Trask pour Curtius, sur 600 p. de tel détail. Oreille double (et avec Curtius tant d’autres feuilletées justement, tout l’espace du passage, “transfer”, translatio au sens le plus vaste : monde antique méditerranéen à Moyen-Age européen) : “delight in discourse” certainly! Philologie même.

0

Curtius – connexions, insu

Thrilling with the excitement of discovering the reconnections Curtius works out, as I start the long haul of a way through every astonishing detail of a 600p. volume – European Literature and the Latin Middle Ages (1948, English transl. Willard R. Trask 1953). Lacunae simultaneously denounced and rémunérées. Félicité. Lui-même parle de ce travail comme répondant à un étonnement ou scandale d’insu, oublié, ignoré, d’une part, et comme un frayage méthodologique de l’Historismus. La question est celle de l’Europe. On est...

0

Allemagnes après-guerre – Zweig, Curtius

Intéressant de me trouver par hasard relatif à lire en parallèle Le Monde d’hier de Zweig (1943, rédaction 1939 je crois ?) et de commencer – avec exclamations et quelques étranglements, good God – European Literature and the Latin Middle Ages (1948) de Curtius. L’appel à l’ européanisation, “scientificisée” chez Curtius. Et déclarée prise chez Toynbe (avec un tour tout de même explicité : des “sociétés” chez Toynbee, Curtius repart avec “les cultures”). Je note bien Allemagne de Zweig, c’est une...

0

Pan sur le nez : 30 years into philology

Le travail, cumulé maintenant sur 30 ans, n’a cessé de me faire élargir l’horizon des objets, élargissement encore multiplié par la différence des langues – je ne prends qu’elle, pour dynamique emblématique (car incontournable, butée toujours salutaire, surprenante et vive, ah -) de l’infinité des discours. Simplement : du discours. Il y a une euphorie de cette déprise régulière, et encore surprenante. Càd instructive, précisément. Produit de la recherche et de la critique quotidienne, pédestre. Et puis la face plus...

0

Le corps du savoir : C. Jacob, l’incorporation

Je comprends mieux (dans le chapitre “Mais où est passé Socrate ?”, soit : qu’a-t-il fait de son corps dans ce temps de solitude et contemplation, arrêt, tandis que l’assemblée partait s’installer pour le banquet après concours de poésie, 116) ce qu’il en du corps dans la construction historique de C. Jacob : il dit plus précisément “incorporation” ; la question est celle de la transmission des savoirs, et d’une conception matérialiste de cette transmission, anthropologique (nécessaire, par la distance...

0

Boucle des classiques – “humanités” numériques

Je continue à m’émerveiller, maintenant en suivant C Jacob pas à pas, conquise et attentive, prête au détail, moisson, par tous apports qu’il choisira. Beaucoup à apprendre, d’un regard frais sur l’hellénistique, française, et à cogiter, du rapport bousculé aux classiques dans le cours de ma propre vie de “travail savant”. J’ai appris à situer les Classics dans Arnold et puis dans l’ironie des modernistes, Woolf, Strachey, Hulme & Lewis, Eliot. A me situer dans les ornières en place, au...

0

“Pratiques lettrées ” – jubilation, et actualisation

Aïe quel bonheur, toute l’articulation dont dispose et que met à disposition Christian Jacob, sur les minutiae matérielles et intellectuelles du travail bibliothécaire et bibliographique, “stratégies de visibilité et de contrôle, … préserver cette mémoire totalisante [collection du Musée à Alexandrie] du risque de saturation en l’organisant et en l’activant selon multiples procédures” (31, Des Mondes lettrés). Une jubilation : ces prises, explicitées, sorties, mises en relief, et en effet en corps (malgré le rictus automatique quand l’ombre d’une mystique du...

0

Translatio de la philosophie

Très certainement : il faut se caler dans cet après du transfert – non pas la (seule) philosophie, et Athènes, comme point d’origine de “lacultureuropéenne”, ensuite déclinée dans la chrétienté médiévale et son modèle métaphysique, mais bien la translation de la tradition aristotélicienne, dès si tôt, au Sud et à l’Est, et dans un creuset d’alliages de langues-cultures, à Alexandrie et son épistémologie philologique. Après l’invention de la discipline (technique on peut dire) du concept, l’institution de la bibliothèque. Procédures...

0

Philosophie à Athènes, philologie à Alexandrie

Très chouette entrée en matière, qui trace une belle ligne pleine d’imaginations et possibles : le “transfert” (23) de la culture du Peripatos athénien créé autour d’Aristote vers le Musée d’Alexandrie, 300s av JC, et les variations imposées par les nouvelles coordonnées : culte religieux (Muses, et prêtre à sa tête) et contrôle royal, dont mécénat, éventuellement programmation scientifique, et exigences et modelage communautaires (obligation de commensalité) – et surtout : différenciation des visées : philosophie à philologie. 23-24 : “La...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search