Étiqueté : philologie

0

Généalogies des DH : points d’orientalisme parmi questions ling & cult mat

Je n’oublie pas, dans le flot de suggestions ouvert par le projet “Les Humanités du numérique” (où je cherche suivant mon fil, en mes termes intimes : les peuples du numérique), deux touches orientalistes parlantes, à suivre : Amazon’s mechanical Turk (2005) – reprise de géopolitiques du XVIIIe, fort des splendeurs des XVI et XVIIe depuis François Ier et le Grand Turc (lettre ornementée en alphabet arabe il me semble exposée actuellement à la BNF dans le cadre de l’expo...

0

Double takes – Escobar, Castells, mondialisation, cyberculture

Je mets maintenant “cyberculture”, ou “information”, en position d’accent, et “mondialisation” sert de fulcrum. Je remarque. Alors même que les premières approches de La Société en réseaux (préface de Touraine, structure du sommaire) m’indiquent qu’est en cause le rapport renouvelé entre sphères culturelle et matérielle, structuration économique mondiale. L’autonomie des deux plans, à évaluer nouvellement. Nouveauté même, peut-être, que cette indépendance, écartement dans le rapport de structure. Culturalisation, dont l’une des figures vite reconnues comme classiques : l’immatériel et les...

0

Isabelle Kalinoswki, Leçons wébériennes

Gestes éditoriaux, énonciatifs, d’I Kalinowski, dans ses Leçons wébériennes : . laisser l’échafaudage du contexte de production : rédaction de la réflexion construite au cours d’un séminaire . choix explicite, souligné comme principe, d’impliquer des “citations longues”, soit pans de textes, traduits pour la premier fois – le séminaire et sa mise en texte des contributions scientifiques donc en eux-mêmes. Philologiques. Lectures. Mise en lecture . et, j’y repense sur un commentaire noté hier : une voix féminine : dans...

0

Critique, “travail scientifique” – rappel wébérien

La réponse scientifique (je finis de lire La science de Weber, me sens upbeat and full of positive faith, in the secular “disenchanted” view on the diversity, i.e. struggle of, gods and visions) : toujours, pour mon point de philologie, par la lecture d’un texte. Et par un travail de bibliographie. Cartographie, Zotero outil opératoire. Avec ses limites, qui sont à la responsabilité des autres zones de discours. Nous frottons ces limites entre nous, et c’est le lieu ouvert alors, co-responsabilité....

0

Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt...

0

Intimités – lectures de Chakrabarty

Je suis fixée sur le plaisir de la bibliographie depuis un moment. OTSOG m’y a invitée, avec Judith Schlanger et maintenant les nouvelles aventures des la philologie si bien re-racontées par Jérôme McGann. (J’avais aimé envisager un “essai bibliographique” dès Le Postcolonial comparé. “Dès” est faux d’ailleurs. Depuis longtemps actif.) Je savoure donc les notes abondantes, très autobiographiques, de Chakrabarty. Comme elles disent autre chose, un autre sujet de savoir, que celles d’Eva Illouz, dont je sors. Récit médié, indirect...

0

Décoloniser les humanités numériques

J’en arrive là. Je peux s’il faut l’appeler de manière moins grossière ou in your face. Et éviter alors de glisser dans l’ornière de l’audibilité actuelle – champ magnétique des “observatoires” de la réaction – cf 🔍 . Où on doit porter le pesant amalgame entre Decolonizing the Mind (situation discursive et conceptuelle de Ngugi 1986), postcolonial, et décolonial. – La lecture de l’étude sociologique de Laurent Afresne sur la réception de De Sousa Santos (Zilsel 2021/2) est à faire,...

0

DH : effets théoriques – remédiation !

DH et la théorie : un front de conflit dans l’ordre institutionnel de English (et voir les équivalents en contextes francophones). McGann en est un commentateur clé du point de vue sinon inusité au moins très minorisé (philologie, sciences des textes – Doueihi une figure placée un peu depuis les mêmes zones en francophonie). Il ne mâche pas ses mots sur son hostilité recuite contre “theory” et tout son sillage, Lyotard, linguistic turn, interprétation, philosophie (en archéologisant jusqu’à Nietzsche contra...

0

Théorie de la culture, re – pour le numérique

Il y a une théorie du code, théorie du sens, et donc théorie de la culture ultimately, dans l’un des fonds logothétique des media studies puis digital studies (pris au sens très lax – vaste brouillard de discours sur le numérique, vase commun pris ici comme flottant) : “extensions of man“, comme l’indique Jerome McGann si philologue, sceptique et humaniste-européen, s’appuyant pourtant sur la puissante suggestion de McLuhan (lui si peu méthodique). Qu’il y a bien une proposition sur la...

0

Le numérique comparé – of course

Pourquoi cet éclat n’était pas encore apparu ? Son effet d’évidence fait partie du sentiment, joie hier pm, d’éclat. Évidemment, la prise est simplement celle d’un comparatisme des discours – anglophones et francophones suffiront, comme souvent, pour tout mobiliser – sur le numérique. Poser les discours comme objet – trouver comment faire ça ; l’opération n’est elle pas évidente, ça se diagnostique, se work out, se prolonge par homothétie ou transforme dans les devenirs discursifs, reconfigurations conceptuelles et institutionnelles. Et...

0

Zotero expression – biblio graphie, lecture

Tiens : peut-on rendre public un document / base Zotero ? En faire un espace ou objet (càd un objet espace, wip et chronique) de publication ? La question est très certainement une évidence grossière pour les sachants des humanités numériques, et les outils et expériences multiples et même industriels. C’est à voir. Dans le processus dont je suis l’observatrice : détournée de l’écriture explicative, et toute versée dans l’écriture pour-savoir, artisanale et laborantine et infans (incommunicada), cette nouvelle disposition,...

0

Judith Schlanger – le comique affectueux

The utter sweetness of Judith Schlanger. Elle a 41 ans quand paraît Le Comique des idées. Et il me semble comprendre, 21 pages into the slim volume, que ce comique n’aura rien de sardonique ou méchant, rien de Bouvard et Pécuchet ou des grotesqueries sur les savants malappris – mais tout dans la tendre libido sciendi, et tendresse « anthropologique » (elle pose le mot comme regard à « épistémologie » du savoir : formes fortes et formes faibles, en...

0

Judith Schlanger, George Eliot – et l’affection

La densité de bonheur de pensée de La Vocation me fait penser à celle de Middlemarch. Et on est bien dans des zones proches – de la situation de l’intellectuel, doublé d’une position femme dans un jeu de discours (roman dans sa grande période culturelle, invention des positions d’activisme intellectuel dans les échanges publics , journalisme, – philosophie dans ses repositionnements à affres et suspens post-80). L’intellectuel, l’acteur du pan intellectuel et culturel ; la question de l’histoire et de l’histoire...

0

Judith Schlanger

Ouh la bonne satisfaction, La Vocation, Judith Schlanger, 1997. J’attendais – suggestion de lecture trouvée dans Vincent Debaene, sur les négociations subjectives des nouveaux ethnographes professionnels des 1920-30s (L’Adieu au voyage) – de nouveaux apports, après Eva Illouz, sur l’individu et sur l’histoire du sujet. Trajectoire d’exploration en contre-courant (càd approfondissement, bifurcations internes) de mes politismes épuisés, découragés, désengagés, arasement de la lutte. Et je trouve : une manière philosophique douce, patte, caractère, une personnalité de discours et de prise,...

0

Humanités (numériques) et sciences humaines (histoire des) – voir ensemble

Tiens curieusement, sur les terrains maintenant de l’histoire des sciences humaines. Dont on découvre alors que d’autres, en groupes, on déjà fait cette translation. Dans quels termes alors ? Zone habitable donc, actuellement (depuis quand, depuis quels terrains, quittés pour quelles raisons ? Détournement ou simples orientations non réactives – comme l’inscription de sujets de thèse, ou autres motivations apparemment ab ovo). A regarder en parallèle, contemporaines, la problématique de la culture numérique (ou faut-il focaliser seulement, indépendamment, sur les Humanités...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search