Étiqueté : philologie

0

Pan sur le nez : 30 years into philology

Le travail, cumulé maintenant sur 30 ans, n’a cessé de me faire élargir l’horizon des objets, élargissement encore multiplié par la différence des langues – je ne prends qu’elle, pour dynamique emblématique (car incontournable, butée toujours salutaire, surprenante et vive, ah -) de l’infinité des discours. Simplement : du discours. Il y a une euphorie de cette déprise régulière, et encore surprenante. Càd instructive, précisément. Produit de la recherche et de la critique quotidienne, pédestre. Et puis la face plus...

0

Le corps du savoir : C. Jacob, l’incorporation

Je comprends mieux (dans le chapitre “Mais où est passé Socrate ?”, soit : qu’a-t-il fait de son corps dans ce temps de solitude et contemplation, arrêt, tandis que l’assemblée partait s’installer pour le banquet après concours de poésie, 116) ce qu’il en du corps dans la construction historique de C. Jacob : il dit plus précisément “incorporation” ; la question est celle de la transmission des savoirs, et d’une conception matérialiste de cette transmission, anthropologique (nécessaire, par la distance...

0

Boucle des classiques – “humanités” numériques

Je continue à m’émerveiller, maintenant en suivant C Jacob pas à pas, conquise et attentive, prête au détail, moisson, par tous apports qu’il choisira. Beaucoup à apprendre, d’un regard frais sur l’hellénistique, française, et à cogiter, du rapport bousculé aux classiques dans le cours de ma propre vie de “travail savant”. J’ai appris à situer les Classics dans Arnold et puis dans l’ironie des modernistes, Woolf, Strachey, Hulme & Lewis, Eliot. A me situer dans les ornières en place, au...

0

“Pratiques lettrées ” – jubilation, et actualisation

Aïe quel bonheur, toute l’articulation dont dispose et que met à disposition Christian Jacob, sur les minutiae matérielles et intellectuelles du travail bibliothécaire et bibliographique, “stratégies de visibilité et de contrôle, … préserver cette mémoire totalisante [collection du Musée à Alexandrie] du risque de saturation en l’organisant et en l’activant selon multiples procédures” (31, Des Mondes lettrés). Une jubilation : ces prises, explicitées, sorties, mises en relief, et en effet en corps (malgré le rictus automatique quand l’ombre d’une mystique du...

0

Translatio de la philosophie

Très certainement : il faut se caler dans cet après du transfert – non pas la (seule) philosophie, et Athènes, comme point d’origine de “lacultureuropéenne”, ensuite déclinée dans la chrétienté médiévale et son modèle métaphysique, mais bien la translation de la tradition aristotélicienne, dès si tôt, au Sud et à l’Est, et dans un creuset d’alliages de langues-cultures, à Alexandrie et son épistémologie philologique. Après l’invention de la discipline (technique on peut dire) du concept, l’institution de la bibliothèque. Procédures...

0

Philosophie à Athènes, philologie à Alexandrie

Très chouette entrée en matière, qui trace une belle ligne pleine d’imaginations et possibles : le “transfert” (23) de la culture du Peripatos athénien créé autour d’Aristote vers le Musée d’Alexandrie, 300s av JC, et les variations imposées par les nouvelles coordonnées : culte religieux (Muses, et prêtre à sa tête) et contrôle royal, dont mécénat, éventuellement programmation scientifique, et exigences et modelage communautaires (obligation de commensalité) – et surtout : différenciation des visées : philosophie à philologie. 23-24 : “La...

0

Bob, look : now Robert Burton

Vif plaisir à entrer dans la langue de Gisèle Venet, qui me rappelle Line, Charlotte, toute la culture des lettres classiques de l’anglais disons (c’est à la louche), travail historien, et dans la couche de l’episteme (c’est précis, ici, le terme choisi en indigène). Édition collective de l’Anatomie de Burton, 2005 ; la préface me fournit une toile de fond dense en information et substance, en repères exacts de noms, titres, figures culturelles – et en unités de traduction, chaînes,...

0

Parties du savoir : ses acteurs, philosophes, historiens

Ce trépied est juste, intéressant : scientifiques, épistémologues, historiens. Stengers autour des 20s dans Les Concepts scientifiques. Acteurs de facettes encore additionnelles, jouxtant, visibles par d’autres angles : sociologie de la connaissance, philologues, archéologie, poétique. Car le parti pris, le point de vue, est ici naturellement philosophique. Le philosophique, croit souvent, spontanément, être le penser. Intéressant que Stengers s’associe Schlanger ici. Quelle rencontre ?

0

La “masse culturelle de la pensée” – Schlanger

Par contre ceci absolument (je sais lire Schlanger, après séjours répétés, comme je ne sais pas encore lire Stengers) : Ceci est un livre sur la pensée, sur la masse culturelle de la pensée. Dans l’horizon intellectuel l’intéressant déborde de toutes parts le savoir ; c’est cet excès qui est la substance de la culture. Il y a trop à perdre à décider que l’histoire culturelle est dans son ensemble insignifiante. Trop à perdre en arrière, dans la dimension du...

0

Concept, humour, loisir – Stengers Schlanger avec OTSOG

Deux tentations – alors que j’essaie de saisir le projet de Stengers dans l’introduction des Concepts scientifiques – oui il s’agit de dégager le fonctionnement de la “mobilisation de” pouvoir dans les sciences selon modèle “anti-empiriste” actuel, mais le dessin de cette ligne est encore difficile à situer – : quelque chose sur l’humour, où je connais déjà Schlanger en effet : contrairement à l’ironie, que Stengers verse au côté des humeurs scientifiques que Michel Serres attribue aux sciences, envie...

0

Généalogies des DH : points d’orientalisme parmi questions ling & cult mat

Je n’oublie pas, dans le flot de suggestions ouvert par le projet “Les Humanités du numérique” (où je cherche suivant mon fil, en mes termes intimes : les peuples du numérique), deux touches orientalistes parlantes, à suivre : Amazon’s mechanical Turk (2005) – reprise de géopolitiques du XVIIIe, fort des splendeurs des XVI et XVIIe depuis François Ier et le Grand Turc (lettre ornementée en alphabet arabe il me semble exposée actuellement à la BNF dans le cadre de l’expo...

0

Double takes – Escobar, Castells, mondialisation, cyberculture

Je mets maintenant “cyberculture”, ou “information”, en position d’accent, et “mondialisation” sert de fulcrum. Je remarque. Alors même que les premières approches de La Société en réseaux (préface de Touraine, structure du sommaire) m’indiquent qu’est en cause le rapport renouvelé entre sphères culturelle et matérielle, structuration économique mondiale. L’autonomie des deux plans, à évaluer nouvellement. Nouveauté même, peut-être, que cette indépendance, écartement dans le rapport de structure. Culturalisation, dont l’une des figures vite reconnues comme classiques : l’immatériel et les...

0

Isabelle Kalinoswki, Leçons wébériennes

Gestes éditoriaux, énonciatifs, d’I Kalinowski, dans ses Leçons wébériennes : . laisser l’échafaudage du contexte de production : rédaction de la réflexion construite au cours d’un séminaire . choix explicite, souligné comme principe, d’impliquer des “citations longues”, soit pans de textes, traduits pour la premier fois – le séminaire et sa mise en texte des contributions scientifiques donc en eux-mêmes. Philologiques. Lectures. Mise en lecture . et, j’y repense sur un commentaire noté hier : une voix féminine : dans...

0

Critique, “travail scientifique” – rappel wébérien

La réponse scientifique (je finis de lire La science de Weber, me sens upbeat and full of positive faith, in the secular “disenchanted” view on the diversity, i.e. struggle of, gods and visions) : toujours, pour mon point de philologie, par la lecture d’un texte. Et par un travail de bibliographie. Cartographie, Zotero outil opératoire. Avec ses limites, qui sont à la responsabilité des autres zones de discours. Nous frottons ces limites entre nous, et c’est le lieu ouvert alors, co-responsabilité....

0

Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search