Étiqueté : poétique

0

Peuples du numérique – vox populi – 📌

Well blow me down, this : folksonomy, since 2004, Thomas Vander Wol 📌. Ma curiosité des effets singuliers de la vox populi, celle de la wiki n’étant pas celle de DeepL et Big Data, etc. (Peuples populations, prédictifs, biopolitiques – the analytic trop still pertinent. Gérés, alors, par l’Etat statistique.) Elyse Graham sur “Joyce and the Graveyard of Digital Empires” (Debates in the DH 2019 je crois) m’apprend beaucoup, plusieurs clés dans l’état contemporain, post plusieurs épates historiques et dans...

0

Carrière histoire fil – récit et recul – j’attends du comique

Il faudra s’en occuper : commencer à tracer les successions et morphes des objets, mots d’ordre, buzz, injonctions, réactions, dans une vie de recherche. Une ligne d’histoire, traversant un bloc de paysage/s, en période de transformation houleuse, rapide. Laquelle ne l’est pas ? Sensible en repassant dans des textes qui ne sont pas de maintenant mais pas des classiques : d’un alors intermédiaire, qui est devenu historique alors même que j’étais à la tâche. C’est formé en : c’est comique...

0

Simone de Beauvoir sujet – “lire et exprimer”

Extraordinaire expérience de décalage, ou recalage : replongée après un si long et diversement lointain parcours dans Beauvoir, que je prends à Tout compte fait, paru en 1972. Il me faut un temps pour passer un choc de seuil, et me laisser prendre dans le rythme assuré et intelligent des périodes. Comment cette subjectivité est-elle, a-t-elle été, imaginable !? Quelle époque de la subjectivité a été vivable, imaginable, possible à générer, dans ces termes ? Humanismes successifs du premier XXe,...

0

Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt...

0

Décoloniser les humanités numériques

J’en arrive là. Je peux s’il faut l’appeler de manière moins grossière ou in your face. Et éviter alors de glisser dans l’ornière de l’audibilité actuelle – champ magnétique des “observatoires” de la réaction – cf 🔍 . Où on doit porter le pesant amalgame entre Decolonizing the Mind (situation discursive et conceptuelle de Ngugi 1986), postcolonial, et décolonial. – La lecture de l’étude sociologique de Laurent Afresne sur la réception de De Sousa Santos (Zilsel 2021/2) est à faire,...

0

Zotero expression – biblio graphie, lecture

Tiens : peut-on rendre public un document / base Zotero ? En faire un espace ou objet (càd un objet espace, wip et chronique) de publication ? La question est très certainement une évidence grossière pour les sachants des humanités numériques, et les outils et expériences multiples et même industriels. C’est à voir. Dans le processus dont je suis l’observatrice : détournée de l’écriture explicative, et toute versée dans l’écriture pour-savoir, artisanale et laborantine et infans (incommunicada), cette nouvelle disposition,...

0

Écriture – avec qui ? / pour savoir

Ah, une résolution possible, la détente d’une question qui s’apaise, petit à petit dernièrement. Cette figure paisible passe et repasse, semble s’installer. La laisser se poser donc. Le souci, le scrupule, a souvent accompagné l’écriture ici, depuis longtemps (2006, premier investissement de l’espace public sans public du weblog je crois) et avec une nouvelle charge un peu plus pressante, à peine plus pressante grâce à l’absence continuée de public : à qui je m’adresse ? Qui m’écoute ? Mystères (facilement décryptables...

0

McLuhan rapidement illisible

Au-delà de la première partie qui pose les thèmes – thèmes plutôt que propositions, ou propositions plutôt que processus de problématisation, restitution et épreuve critique – la seconde, répertoire, roule sur des riffs, répétitions lyriques. Emphases, « dramatique » (son terme, je l’entends picked from Burke ?). Rien à développer, exercer, éprouver, discuter même, si le mode est celui de la déclaration, emphatique. Affirmation, exjection, prise de parole – par mosaïque de brico-braconnage. McLuhan sauvage, certainement : c’est un atout,...

0

Les fous – logothètes et tabula rasa

McLuhan, bien sympathique bricoleur (réarticulateur de tropes théoriques et culturels d’époque, sans timidité, sans censure – comment peut-on être canadien ?), p. 13 into Understanding Media. Il me fait, par shifter chronologique, penser à l’innocence et jubilation des possibles en Mécano intellectuel d’YC. Il y a l’irritation des effets de domination, dans les discours solaires du numérique (et ses épigones en parasites), dûs à la tabula rasa. Que je m’apprête à regarder, par exemple dans Hayles. Et autres enthousiastes –...

0

Recherche-création (après et avec Culture numérique)

Bon, libido de touche à tout, peut-être à surveiller, souci du « je suis partout ». Mais. Au moment où je commence à mettre en forme l’écheveau « culture numérique » (ou plus précisément discours formés sur, soit Comparative media studies projet Hayles, media studies ((génération au sein des culturales studies avec la rupture Popular Arts)), Digital Humanities et translation française, lieux sociaux et culturels d’ancrage, configuration reconfigurations des rapports avec histoire des techniques – conception et histoire des sciences-...

0

Histoire littéraire des fantaisies scientifiques : Robert Merton

Tiens, la sensibilité éveillée, je rencontre. Pour les pratiques de bordure entre science et poème, deux récifs de savoir. Deux traditions. Non seulement Malinowski, dont je suis sur la trace pour son « journal d’ethnographe », soit en vo (va, la vo étant en polonais) A Diary in the Strict Sense of the Term, et publié largement après-coup (par des éditeurs peut-être même d’ailleurs) mais aussi Robert Merton, dont me parle Mary Douglas dans How I Think : en fin...

0

Une pastille ! ” Saussure aux conséquences innombrables “

“Saussure aux conséquences innombrables”. Pour Saussure et Parry, divisés sur Homère – divisés en génération dans le débat homérique. I love it. That’s the right tone. Enfin comment contourner, décentrer, l’esprit de sérieux et la moralité critique. Qui ne sont pas exactement ce que je sais. Je sais les ironies, qui réjouissent. Et libèrent. Les conséquences innombrables de Saussure sont qu’une poétique à souci de l’infime est à développer, et à publier. Dans la poétique, le poème en jeu, pleinement....

0

Fantaisie saussurienne – pastilles

Je tortille, j’attends, je laisse en suspens, j’espère, je soupire sous la vieillesse du désir en route depuis des années. J’essaie, je n’essaie pas, j’ai envie d’avoir envie, j’essaie. Nouvelle figuration ce matin, à l’écoute de la joie (exercice psy) : une fantaisie saussurienne ? J’ai envie de pastilles : pastille sur la contextualisation (et le geste de la contextualisation, ici replié sur lui-même en moult réflexivité, mais faut-il vraiment l’expliquer ? L’envie est de l’écrire, à la poème, en...

0

Complexité : le dilatoire et l’historique

Le travail apparaît aussi comme ce fudging, cet étalement des problèmes, étalement en problèmes : donner à voir ces carrefours, où la morale politique se retrouve mal et doit suspendre, un peu stupéfaite, un peu rassérénée par la nouvelle rencontre avec le point de vue bâillant de l’histoire, il y a ces courants multiples et superposés, ce sont les points de vue qui vont dessiner des perspectives, hypothèses, propositions. Dessins. L’inverse temporel de l’augure. Carrefour comme clearing house. Urgence d’attendre...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search