Étiqueté : politique

0

Manipulé, acteur

De même, question politique : que les « subalternes », à la Guha relus par le groupe Latin Am Sub Studies group, soient absents et passifs dans l’histoire soit seulement « mobilized only from above ». P dit « comment on peut être manipulé comme ça ».

0

Mouvement de foule, mouvement social

Question commentée sur les gilets jaunes. Injonction à l’exercice démocratique, de la part du commentariat : que ça se forme en parole politique, avec leaders et identification politique.

0

Nietsche lu par Foucault, Deleuze, Guattari – philologie

Estomaquée par la Généalogie de la morale, et donc je reste perplexe devant la lecture qu’en tire Foucault pour ses propres intérêts critiques. Quelle théorie du pouvoir ? Que fait-il de ce reste massif : la célébration de la tyrannie comme noblesse et vie ? De même, que fait-il de la logique « paralogique » et « paradoxale », explicite chez Nietzsche, du trope, qui retourne à chaque instant la valeur de la valeur ? Sur la vie et l’affirmation,...

0

Islamisme : morale et politique, cas

Propositions toujours pénétrantes de Roy. Et d’ailleurs alors quelle dimension exactement pour le religieux ? La question peut se poser pour le culturel aussi mais les réponses sont déjà intégrées dans l’analyse du Roy. Umma contre segmentations (ethniques…) mais aussi contre nations et effets du Pharaon ; rejet des traditions populaires et localismes, particularismes. (Est-ce que ça rapporte le religieux au moral, plutôt alors qu’au culturel ?) Ethique et politique donc : cette immense formation idéologique (champ d’oppositions, échiquier des...

0

Les problèmes louches – start here

. apolitisme – désengagement, indifférence, inertie, mauvaise volonté, cynisme, irresponsabilité, ignorance . les mauvais peuples – organisation des égoïsmes, des pouvoirs, des exclusions, des inégalitarismes, des « fanatismes », des violences. . les pratiques de la corruption, de la criminalité organisée. Leurs socialités, leurs pratiques, leur socialité. Éventuellement leur légitimité en résistance, étant interpellés comme tels, cf criminal castes and tribes in the Raj. . les mauvais discours – contre une poétique toute en émancipationnisme et révolution, l’attention (avec Foucault et...

0

Inertie politique – Castoriadis sur 1968

Un de ces points de pénétration les plus rentrés, sous le nez, sous les pieds, sur le politisme (ou la « mystification », drôle de revoir passer cette notion, datée avec précision, dans l’analyse de Castoriadis dans La Brèche). Qu’est-ce que peut bien signifier « inertie politique », avec son sous-entendu dénonciateur ? Ici, une analyse de l’état du système en « capitalisme moderne » – qu’en est-il ici de la catégorie systémique attendue de l’activité citoyenne ? Et, du...

0

Intellectuels islamistes – sociologie, et politique des savoirs

Très important : Intellectuels et militants (Kepel et al. dir.) des islamismes, à partir des 50s aux 80s. Puis tournant, dont libéralisation et désétatisation, FMI, arabisation, et surpopulation universitaire – à partir des 70s les profils islamistes changent, moins occidentalisés et moins formés. Savoir et islamismes. Cadres, urbain. Savoir comme structure de classe (ici, rapport à l’Etat et au fonctionnariat, à la politique d’étatisation post-indépendances, soit avant les libéralisations des 70-80s en effet. Savoir comme profil politique (projet révolutionnaire islamique,...

0

Olivier Roy encore : politique islamiste, éthique islamique

Encore un aperçu satisfaisant chez Roy, en sociologie. L’Echec de l’islam politique (1992 !) : insistance sur la nature politique du projet islamiste, en rupture avec la tradition islamique et en toute modernité, dont inspirée de l’Occident et du marxisme (et promue par de jeunes éduqués, scientifiques surtout – soit ici aussi la modernité) ; et caractérisation du reflux de l’islamisme (mouvance et jamais internationale) comme glissement dans la moralisation : éthique et non plus politique, vertu devant donner la justice,...

0

Populisme et société

Les deux fils sur le peuple, dans les termes du moment : populisme, et société. Populisme côté communauté, rêve d’unité, et société savoir qu’il n’y a de société que divisible, fonctionnant avec un tiers, ça, inconscient, dynamique des conflits diversités oppositions et oui, division càd pouvoir. Romance héritée (représentation d’enfance, fantasmée longuement) et acquis de travail critique.

0

Populisme – peuple sans division

Au passage dans Morin 2, La Brèche, où il s’agit bien de révolution : le mouvement étudiants fait fonction polymorphe de parti de la jeunesse… où tous les ordres sont réunis …de vrai parti populiste dans son élan fraternisateur vers les classes populaires. 98 (Morin parle aussi des « blousons noirs », acteurs tôt ralliés.) Le populisme vu comme qualité, en temps révolutionnaire, où il s’agit de la « résonance » (94, extension à tous secteurs, trans-cloisonnements) soit liens d’équivalence...

0

Options aujourd’hui : Adorno, Zizek, …

Devant la muraille, et la perplexité vaincue des mouvements de ce printemps (depuis à P8 par exemple) : prendre la mesure des défaites et des fatigues ; analyser fouiller la faiblesse et la défaite (un projet classique) ; ou encore Minima moralia, ou Zizek 2017, repéré seulement aujourd’hui : The Courage of Hopelessness. Not sure I have the courage of indulging his tone of authorship to get his prize though.y For the lazy, Will Self’s take in the Guardian. Although...

0

Institution, commun, c’est-à-dire

C’est-à-dire : que le commun soit une proposition de construction théorique du peuple au même titre que le débat autour de l’institution(exploration des peuples critiques, en contexte de guerre froide, Décolonisation et prospérité occidentale keynésienne), et avec la même puissance analytique du bloc hégémonique actif. Pour commencer à répondre, il faut aussi un rappel des autres pôles conceptuels de réflexion sur le politique et la réimagination’ du peuple dans les 50s et 60s et 70s. Décolonisation, one major one et avec...

0

L’institution now – le commun

Valentin S hier soir présente son livre à la librairie l’Humeur vagabonde. Il revient sur un lien transhistorique où je crois localiser une proposition, que je recherche dans son travail ou en prolongement de celui-ci : ce débat sur l’institution, si effervescent et si intense dans son époque politique et sociale, comment se transforme-t-il dans des formes reconnaissables aujourd’hui ? Dilué dans la mondialisation, et le tournant / la falaise de 1980 ? Ou bien prolongé en transforme, sous quels...

0

Dynamiques de l’institution/instituant

Excellentes articulations. Si bien tombées à lire au moment de telle perplexité à l’université, de telles contradictions vécues. L’Institution renversée, rapportant la réflexion de René Lourau sur L’Etat-inconscient (1978) : Les 4 modes d’action : institutionnel, anti-institutionnel, non-institutionnelles, contre-institutionnel. Et leurs glissements et chevauchements : ou quand des formes de délinquance ou de banditisme s’amalgament à des formes de contestation politique … (ou) lorsque le refus  de toute institutionnalisation et « la surpolitisation du gouvernement direct » fait « place à...

0

Guattari sur le groupe-sujet – transversalité

Résumé des attentes, dans L’Institution renversée (et avec Guattari spécifiquement) concernant la clinique de soin, pour moi concernant l’université : Autrement dit, le groupe peut-il à la fois assumer ses finalités économiques et sociales tout en permettant aux individus un certain accès au désir et une certaine lucidité quant à leur destin ? 46. Le « groupe sujet » contra le « groupe assujetti », comme groupe révolutionnaire ou institutionnalisant. En connaissance de sa précarité, « instinct de mort », et...