Étiqueté : politisme

0

Critique du vernaculaire

Here the note of caution, only in passing when it would require pause : p. 55 The disappearance of some vernaculars need hardly be mourned. If the standardized model of the French citizen bequeathed to us by the Revolution replaced vernacular forms of patriarchal servitude in provincial France, then surely this was an emancipatory gain. … One would not want to spring to the defense of all vernaculars against all universals.

0

Gay Pride in London : the politics of sexuality

Transit à travers Londres, entre St Pancras et Waterloo, samedi, suffit à croiser une foule en bribes, se dirigeant vers son rassemblement et son carnaval. Je continue à chercher comment les sexualités sont devenues un tel espace du politique, de même que le racial ou ethnique-culturel, aux dépens si ce n’est pas au croisement du social/de la classe. Transnationalement et mondialement aussi. Quel contemporain politique, l’enjeu du patriarcat hétérosexuel, de la famille nucléaire capitaliste, etc.  Quel point de réarticulation de...

0

« Cultural Marxism » : critique des radicalités

Dans la perspective critique des radicalités, critique et la critique, critique de la pensée critique (si on prend comme point de départ, toujours possible, la situation de Paris 8) : une catégorie en usage, circulant, et en électricité de polémique de plus actuellement, dont dans les luttes universitaires britanniques (cf documents de Sam C.) : cultural Marxism. What it carries as mot d’ordre et mot de lutte front de lutte, index localisant situant l’interface haineuse, chargée, précipité d’opposition. Polémème. Qui...

0

Mauss – inconscient / volonté collective – caractère

J’aurais au contraire pensé que « le sens du social » serait pensé par l’inconscient, comme le suicide de Durkheim. Étonnée de le voir prendre la forme de la « volonté générale » très rousseauiste. Des nationalisations conscientes et apparemment délibérées – même si l’ingrédient de la « nécessité matérielle » de l’unité en nation (92) est aussi explicitement posée : l’integration est, 2èmement, de nature économique (91). « Sens du social » est bien alors un homologue épistémologique au...

0

Mauss incertain – les implications du social

Il y a contradictions et ambiguïtés chez Mauss sur la nation – soulignées, just a little apologetically, par Terrien et Fournier. Comme si le modèle durkheimien et le modèle socialiste n’avaient pas encore finit de calculer leurs implications sur la critique de la science politique, de la philosophie (politique), et autres discours dominants auxquels couper la parole au tournant du 20e siècle.  Le social, comme concept-coupe dans les discours nationalistes, libéraux-capitalistes, colonialistes, historicistes, géopolitiques, du 19e. Un modernisme de la...

0

Zones cambouis, francophonies – décompléter « le pouvoir »

Suites impliquées de la réflexion sur les francophonies (comme proposition alternative et corrective à la notion, l’idéologème, de la Francophonie), colloque du 29 mars DILTEC – . que les zones « cambouis » – celles du ELT, FLE, didactiques ; celles d’une pédagogie de la situation des étudiants étrangers ; celles d’un Paris 8 de Guy Berger – sont non pas seulement des zones à éclairer et à intégrer dans l’étude du pouvoir. Mais des pôles impratiqués, depuis lesquels faire autre...

0

Mouvement de foule, mouvement social

Question commentée sur les gilets jaunes. Injonction à l’exercice démocratique, de la part du commentariat : que ça se forme en parole politique, avec leaders et identification politique.

0

Nietsche lu par Foucault, Deleuze, Guattari – philologie

Estomaquée par la Généalogie de la morale, et donc je reste perplexe devant la lecture qu’en tire Foucault pour ses propres intérêts critiques. Quelle théorie du pouvoir ? Que fait-il de ce reste massif : la célébration de la tyrannie comme noblesse et vie ? De même, que fait-il de la logique « paralogique » et « paradoxale », explicite chez Nietzsche, du trope, qui retourne à chaque instant la valeur de la valeur ? Sur la vie et l’affirmation,...

0

Agenda – pragmatiques : inclure Gellner

Pour une étude des pragmatiques, très vaguement programmée comme très loin hors de portée – la réalisation des projets étant si différente des déroulements imaginés : inclure peut-être Gellner, Thought and Change, 1964, publié à Chicago. Qui implique nationalisme (culture et cultures), utilitarisme, kantisme, et méthodologiquement,  islamisme – idéologies politiques, formes collectives de consciences nouvelles. Marqué de la « modernité » européenne. Devant industrialisation, urbanisation, inscription généralisée, les conditions pour une histoire sociale qui se configure en masses (et non plus...

0

Islamisme : morale et politique, cas

Propositions toujours pénétrantes de Roy. Et d’ailleurs alors quelle dimension exactement pour le religieux ? La question peut se poser pour le culturel aussi mais les réponses sont déjà intégrées dans l’analyse du Roy. Umma contre segmentations (ethniques…) mais aussi contre nations et effets du Pharaon ; rejet des traditions populaires et localismes, particularismes. (Est-ce que ça rapporte le religieux au moral, plutôt alors qu’au culturel ?) Ethique et politique donc : cette immense formation idéologique (champ d’oppositions, échiquier des...

0

Les problèmes louches – start here

. apolitisme – désengagement, indifférence, inertie, mauvaise volonté, cynisme, irresponsabilité, ignorance . les mauvais peuples – organisation des égoïsmes, des pouvoirs, des exclusions, des inégalitarismes, des « fanatismes », des violences. . les pratiques de la corruption, de la criminalité organisée. Leurs socialités, leurs pratiques, leur socialité. Éventuellement leur légitimité en résistance, étant interpellés comme tels, cf criminal castes and tribes in the Raj. . les mauvais discours – contre une poétique toute en émancipationnisme et révolution, l’attention (avec Foucault et...

0

Inertie politique – Castoriadis sur 1968

Un de ces points de pénétration les plus rentrés, sous le nez, sous les pieds, sur le politisme (ou la « mystification », drôle de revoir passer cette notion, datée avec précision, dans l’analyse de Castoriadis dans La Brèche). Qu’est-ce que peut bien signifier « inertie politique », avec son sous-entendu dénonciateur ? Ici, une analyse de l’état du système en « capitalisme moderne » – qu’en est-il ici de la catégorie systémique attendue de l’activité citoyenne ? Et, du...

0

Olivier Roy encore : politique islamiste, éthique islamique

Encore un aperçu satisfaisant chez Roy, en sociologie. L’Echec de l’islam politique (1992 !) : insistance sur la nature politique du projet islamiste, en rupture avec la tradition islamique et en toute modernité, dont inspirée de l’Occident et du marxisme (et promue par de jeunes éduqués, scientifiques surtout – soit ici aussi la modernité) ; et caractérisation du reflux de l’islamisme (mouvance et jamais internationale) comme glissement dans la moralisation : éthique et non plus politique, vertu devant donner la justice,...

0

Injonction démocratique

Il y a bien une injonction à la collectivité, et au sentiment collectif (Elias dit : par des “symboles verbaux” produisant l’attachement et l’émotion, “nation”, “patrie”). Propre à la démocratie (ie démocratisation). Le corps individuel prêt au “I-we-feeling”, et à la mobilisation dans l’habitus national. Prêt pour le biopolitique. Chair à canon, pour commencer. Injonction à la sécularité. La question religion, mystique de la collectivité de la nation, Durkheim, inconscient social, tout plus profondément mêlé que jamais ici. Plus noué...

0

États du politique, note

« Démocratures », on parle de. Situations « illibérales ». Le terme sort des Culture wars états-uniennes des 80s. Populismes, on est encore à ce seuil en France avec les remous sociaux actuels, SNCF facs et al., et les résistances au macronisme, what then.