Étiqueté : religion

0

Aamir Mufti vs Gil Anidjar – lectures de Said

A Mufti, je reprends son « Orientalism and the Institution of World Literatures » (2010, Critical Inquiry). Qui reprend Said, et s’harasse à récupérer pour Orientalism un espace de lecture qui ne soit pas les biais « postsécularistes« . Poursuivre la lecture de Said dans le sens de l’humanisme et de « Secular Criticism » (titre d’un chapitre conceptuel majeur du livre qui suit Orientalism, soit The World, the Text, and the Critic (1983)) ; et de la référence à Auerbach comme personnage conceptuel de la dé-transcendentalisation...

0

Rodinson – Mahomet, charme

Je continue à savourer le Mahomet de Rodinson. 1968 : la date fait un peu rêver, aux possibles des Sixties françaises et à leur complexité. Experience de lecture en suspension of disbelief (facile à tenir par la force de conviction douce et solide de cette assurance d’écriture, the width of scholarship) : émerveillement. Qu’on puisse imaginer une telle attitude d’écriture, de récit, d’exposition. La liberté d’énonciation. Et les coudées franches vis à vis des disciplines, des genres scientifiques, et des...

0

Réseaux et polémiques de l’orientalisme

Tiens, effet de la coïncidence qui n’en est pas une : Abdel-Malek, son article de 1968 abordé par le hasard de l’accès, est une lecture de Rodinson, en tant qu’il critique les orientalistes français pour l’homo islamicus classique et textualiste, aveugles aux histoires et à réorienter par le couplage critique de l’histoire religieuse et de la dynamique idéologique. Et alors directement il s’agit de Weber, et de sa réception récente en France, chapitre d’Aron, 1967. Savant et Pol de 1959, autres...

0

Et les « intellectuels prolétaroïdes » – critiques

Deuxième classe d’intellectuels porteurs de religiosité : celle de « l’intellectualisme prolétaroïde » (Soc de la rel, 276) , différencié de « l’intellectualisme distingué« . Petits fonctionnaires, petits prébendiers, à formation subalterne, vivant « à la limite du minimum d’existence », instructeurs élémentaires, chanteurs ambulants, lecteurs publics, conteurs, récitants, métiers indépendants, artisans, compagnons (errants, pour la mission – eux, en position intermédiaire). « Intelligentsia autodidacte« , des couches « négativement privilégiées » – paysannerie russe, intelligentsia prolétaire socialiste et anarchiste, paysans hollandais et attachement à la Bible, petits bourgeois puritains...

0

Sociologie des intellectuels – Weber

Extraordinaire proposition de Weber sur la genèse des couches d’intellectuels, un peu vertigineuse. Soc de la rel 271, où il s’agit de la religiosité propre aux couches intellectuelles. les couches socialement privilégiées tendent tout particulièrement à développer une religiosité de la délivrance quand elles sont démilitarisées ou exclues de la sphère d’intérêts de l’action politique. … fait son apparition lorsque les couches dominantes, nobles ou bourgeoises, sont développées et dépolitisées par un pouvoir étatique unifié, bureaucratique et militariste, ou bien...

0

Sociologie de l’émotionnel, biens de rationalité, biens de communauté

De même, si la catégorie de l’émotionnel s’active en regard de la thèse de la rationalisation – j’en suis le fil clairement, mais je laisse filer encore régulièrement son argument sociologique et historique, son sens ; c’est un « grand récit » technique et conceptuel, ferme et toujours abondé, mais – alors il y a dans le travail de Weber, éventuellement à recomposer si on ne le trouve pas explicité par lui-même, une sociologie de l’émotionnel.   Frappant : la lecture des...

0

Sociologie de la révolution – Weber

Sociologie de la révolution, chez Weber. Pas seulement par le contexte de 1913 – ah, nota : bêtise à réparer sur lecture distraite des dates plus haut, il s’agit des révolutions russes pré-bolcheviques évidemment. Mais aussi structurellement, dans l’éventail systémique des classes : couches « les plus négativement privilégiées », « communautés de ‘pauvres’, secrètes ou partiellement tolérées, qui développent des formes de religiosité communautaires révolutionnaires, ou encore pacifistes et communistes, ou … comprennent en générale des membres de la couche des petits...

0

Sociologie de la communauté

Salutaire sociologie, toujours. La communauté, celle qui se forme par la « religiosité » en l’occurrence ici (Soc de la rel Weber) : organisation des places, et des dominations et luttes dans la domination. 182 : désormais, au sein de la communauté, la relation entre prêtres et laïcs revêt une importance décisive pour les effets pratiques de la religiosité. Plus l’organisation adopte le caractère spécifique d’une communauté, plus les prêtres dotés d’une position de pouvoir importante sont contraints de tenir compte des...

0

Confession : Weber sur l’enclenchement politique de la religiosité

Soc de la rel, 180, ouvrant une section intitulée « La religiosité communautaire » : Les relocations entre pouvoir politique et communauté religieuse, qui fondent la notion de « confession« , seront examinées plus loin dans la partie consacrée à l’analyse de la « domination« . [J’imagine, section sur « Stände, classes, religion »]

0

Weber pour l’islam contemporain

Très gros effort de synthèse, et d’orthopédie profonde de lecture, pour activer Weber dans un travail sur le religieux, Mondialités islamiques, littératures du monde musulman, états de l’islam contemporain en guerres internes et hostilité « civilisationnelle » agressive de l’extérieur. Concepts disponibles : . les besoins religieux : mondains, des laïcs, différenciés par classes (les rois et le populaire sont les pôles que Weber distingue régulièrement), en négociation et lutte avec les intérêts des prêtres, car comprenant des besions de type magique. ....

0

Pragmatiques – commandements et prophétie

Le modèle du mot d’ordre, avancé par Deleuze et Guattari comme tel et opposé au mot de passe, mais aussi la révélation. Weber sur le prophète, et ce qui le distingue du prêtre : non pas la magie (fonction religieuse clé du rite et de la tradition alors ?) mais le « contenu », « doctrine » ou « commandement » ; « le message qu’il proclame » (la bonne nouvelle, l’évangile). Où on revient à  Del&Guatt. Tous, en tant qu’ils « donne(nt) naissance (quand efficaces) à une communauté« ....

0

Weber – la dimension religieuse

Il reste que j’ai du mal à comprendre quelle explication Weber donne de la religion. En faut-il une ? J’en veux une en tout cas, et Durkheim satisfait ça. Freud y répond, au moins. Quel « besoin » social de la forme religion ? Les forces invisibles, se situer par rapport à elles ; l’action au-delà de celle des hommes. L’extra-quotidien comme dimension, évolutionnellement construite en rationalisation religieuse. Théorisation du sort, aussi. Théorisation donc de l’action, et son efficacité. Mais pas particulièrement...

0

Nota – Weber et les « religions mondiales »

Pas encore croisé dans la lecture le lexème « religions mondiales » que cite IK. Mais l’horizon de l’universel est bien présent déjà. Correction : le voilà dans L’Éthique économique des religions mondiales, dans Sociologie des religions, trad Grossein, Gallimard 1996. 127, essayant de poser la discution entre modes de la magie et modes du culte commençant à se rationaliser avec une profession de prêtres ; essayant la distinction sur le critère du développement d’une éthique systématisée, et finalement trouvée non distinctive...