Étiqueté : religion

0

Islamisme : morale et politique, cas

Propositions toujours pénétrantes de Roy. Et d’ailleurs alors quelle dimension exactement pour le religieux ? La question peut se poser pour le culturel aussi mais les réponses sont déjà intégrées dans l’analyse du Roy. Umma contre segmentations (ethniques…) mais aussi contre nations et effets du Pharaon ; rejet des traditions populaires et localismes, particularismes. (Est-ce que ça rapporte le religieux au moral, plutôt alors qu’au culturel ?) Ethique et politique donc : cette immense formation idéologique (champ d’oppositions, échiquier des...

0

Islamismes des 1970s – tiers-mondismes

Il faut, en effet, redégager la continuité historique matérielle entre islamismes (du coup, étant rentré dans le détail maintenant, le pluriel s’impose, c’est déjà un bénéfice) et tiers-mondismes. Dont la question du terrorisme, « enfant des années 70 » dit Roy.  Autant Brigades rouges et Action directe que les « hezbollahs preneurs d’otage » (19). Excellente historicisation d’Olivier Roy, toujours. Voir comment la divergence commence ensuite, par la simple opération des propositions idéologiques : l’islam, la prétention à l’islam, l’islam...

0

Olivier Roy encore : politique islamiste, éthique islamique

Encore un aperçu satisfaisant chez Roy, en sociologie. L’Echec de l’islam politique (1992 !) : insistance sur la nature politique du projet islamiste, en rupture avec la tradition islamique et en toute modernité, dont inspirée de l’Occident et du marxisme (et promue par de jeunes éduqués, scientifiques surtout – soit ici aussi la modernité) ; et caractérisation du reflux de l’islamisme (mouvance et jamais internationale) comme glissement dans la moralisation : éthique et non plus politique, vertu devant donner la justice,...

0

Olivier Roy de nouveau – not « Islam et politique »

Attirée encore vers O Roy : L’Echec de l’islam politique, finalement y passer. Phase ancienne, des objets historiques et de l’analyse et de l’état des débats – et pourtant, une clarification nécessaire. Presque 30 ans. Dans La Sainte ignorance, une clé sur la distinction entre communauté et société. Clé pour la conceptualisation des nouveaux effets sociaux de religiosité, en mondialisation avancée. Ainsi qu’une discussion de l’anthropologie religieuse (Asad, Geertz), et du culturalisme. Débouchant dans la figure du Clash of Civilizations....

0

Hypocrisie : pratique du social

Toujours Roy et la lucidité anthropologique que génère son exploration des combinaisons mobiles entre marqueurs culturels et marqueurs religieux, entre culture et religion. Ici, un point sur l’hypocrisie, qui touche également, se relie à, un autre point sur la marge : ce que les sociétés laissent faire, alors qu’elles se réclament, en tout consensus public, de valeurs nettes et ordonnées. Gestion, par exemple, du péché et de la faute – prostitution, alors que prétentions de ; tolérance y compris négociations...

0

Olivier Roy sur communauté et société – l’intenable Etat religieux

Ici aussi, lumineux. Sur la qualité intenable des communautés religieuses, observable en particulier dans les Réformes ou les genèses (Pilgrims américains, islamismes, Genève de Calvin, post-débuts du christianisme…). L’intenable parle simple effet de l’histoire qui est une culturalisation de la religion, qui est aussi une socialisation de la communauté. Dès une seconde génération. Living in. Roy revient donc sur Gesellschaft et Gemeinschaft via Weber, mais lui donne un angle que je n’attendais pas. Ce qui manque à une communauté, alors...

0

Olivier Roy – religieux et culture

Olivier Roy fait quelque chose de très simple – évidence démontrée, les choses tombant en place éclairées et naturelles -, et simplement tire toutes les conséquences, en les examinant dans leur jeu dans l’histoire. Très puissant. Et simple à, disponible immédiatement à, translater dans tout projet analytique proposé, en tant que perspective. Par exemple il se dispense tout librement, les manches larges, des agonizings ontologiques ou éthiques (sous couvert, éventuellement, de politique), de la theory – débats Asad sur Geertz, etc. Prendre...

0

La sainte ignorance : culture et religieux, éclairage

Excellent point de vue, et donc pespective, d’Olivier Roy sur le rapport, historiquement varié, de religieux au culturel. Toutes les conséquences de ça, une fois qu’on commence à l’examiner dans l’histoire : nécessairement géopolitique puisque il s’agit du rapport entre religion et État, puis entre mission universelle et colonialisme. Je prends par exemple cette pastille, 112 dans La Sainte Ignorance, donc : Dans la vision protestante du XIXe siècle, qui n’est plus calviniste et pas encore évangélique, la civilisation signifie...

0

Religion et culture – Olivier Roy

Olivier Roy y va aux discussions des masses : religion et culture, ici. La Sainte Ignorance, de 2008. Voir comment il fait pour engager ces plans entiers, à partir de problématiques situées, et choisies par l’actualité. Lire Roy avec Asad (et donc avec Geertz).

0

Injonction démocratique

Il y a bien une injonction à la collectivité, et au sentiment collectif (Elias dit : par des “symboles verbaux” produisant l’attachement et l’émotion, “nation”, “patrie”). Propre à la démocratie (ie démocratisation). Le corps individuel prêt au “I-we-feeling”, et à la mobilisation dans l’habitus national. Prêt pour le biopolitique. Chair à canon, pour commencer. Injonction à la sécularité. La question religion, mystique de la collectivité de la nation, Durkheim, inconscient social, tout plus profondément mêlé que jamais ici. Plus noué...

0

« Permanence du théologico-politique ? », Claude Lefort

Dans Essais sur le politique, XIXe – XXe siècles (1986), mais extrait initialement de Le Temps de la réflexion, 1981. Inattendu Lefort : le théologico-politique est exploré dans Michelet, et la « voie royale ». Peuple de la Révolution conceptualisé, historiographié, par la « voie royale ». L’ingrédient supplémentaire, et que je continue à avoir du mal à situer, est la question de la philosophie. Semble être une enjeu du texte, et de la réflexion : différenciation entre science politique et philosophie...

0

Les philosophismes

Irritation, à des blocages, ou captations, inutiles et à vrai dire pompants : ils pompent au service d’une forteresse discursive l’énergie critique commune qui est en question, sollicitée, interpellée into being dans le temps de la lecture. C’est d’une part les fétichisations, avec le sentencieux. D’autre part, revers du même effet : le geste de faire le vide. Tabula rasa de l’histoire, puis alors picorer à volonté dans telle bulle soudain fétichisée, par exemple comme lieu de l’origine pour telle...

0

Young Muslim Change-Makers, William Barylo

Grassroots Charities Rethinking Modern Societies, Routledge 2018. Commence par une : « What sociology for Islam ? ». A placer en résonance avec l’anthropologie de l’islam / de securalism développée par Asad.

0

Cas islamiques : religion et politique

Séance du séminaire Mondialités islamiques hier soir, excellente. Hamza Esmili et Montassir Sakhli, sur les cités d’Ile de France et sur le projet étatique de l’EI. Beaucoup à relire, faire fructifier, de ces présentations pour une compréhension des logiques sociales et politiques pour lesquelles la religion est un mode, et non un contenu. There is no religion, there is only au nom de quoi, de quoi la religion est-elle, socialemment, politiquement le nom. Comment elle nomme, identifie, donne sens à...

0

Indonésie – notes 2

. la complexité du projet national, originaire comme prolongé dans le present, en Indonésie – continûment révélée par les conflits séparatistes. Fédération, conquête (Timor, Papua), différenciation politique avec la Malaisie postcoloniale de la GBretagne, etc. . les processus de l’islamisation : le guide du kraton de Yogyakarta me le rappelle, ils se sont faits sur une société hindoue et peut-être bouddhiste, ce qui autre chose que l’islamisation des pays arabes puis tâche d’huile en Méditerranée, Mésopotamie, Transoxiane etc. Situation des...