Étiqueté : révolution

0

Nouvelles féminités

J’apprends – car le relais des générations offre généreusement ça aussi – par mon neveu, la sophistication tactique des black blocs, et le nombre de filles parmi eux.

0

Lordon – condition anarchique et fondation institutionnelle

Lordon suite, 280, alors, radicalement sur toutes les conséquences, en dérivations pratiques comme en racines de principes, sur « la condition anarchique » et la mise en forme institutionnelle de la multitude : « nul ne s’en tirera en pensant s’exonérer du mensonge collectif, car le mensonge collectif est la condition fondamentale de la vie de tout collectif. » Juste plus haut, discutant de l’option maximaliste de l’orphisme chez Giani Carchia : Car fonder, c’est proférer un mensonge inaugural :...

0

Lordon : auto-transcendance et illusoire-et-réel

Parmi les intuitions & propositions que j’en retiens de Lordon, dans – en effet, VS, une pensée de l’institution ; bifurcation (pensées de la destitution, sujet du livre) et recapture : (« Les institutions évident, pétrifient, fabriquent des colins froids, des monstres même parfois, c’est leur pente. Les faire bifurquer est un devoir, mais ça ne peut pas être un régime … » (273) . une formulation lumineuse de quelque chose qui m’importe, qu’il réfère lui aussi à Durkheim sur...

0

Sociologie du révolutionnaire – individu et nombre

Voilà une petite agrafe, ou au contraire le décrire comme un petit décrochage (physique de la critique, exactement ordinaire) : Frédéric Lordon qui se laisse aller à suivre les logiques de ses propositions « macroscopiques » pour un devenir de l’institutionnel, Vivre sans ?, 254 : Il est certain que le renversement de masse est souterrainement préparé par une série de décrochages individuels. … Pour autant, jusqu’où l’épidémie peut-elle se propager ? Qui peut-elle saisir ? Dans quels groupes sociaux...

0

L’ironie nationale – Anne-Marie Thiesse affect historiographique

Il y a une joie de l’ironie dans La Construction des identités nationales, contagieuse et roborative donc. Le ton entier du volume, si fresque, dans la largeur comparative de vues – inter-nationale, et d’un art à l’autre, tendu par le paradoxe de la modernité antiquisante. L’Etat nationalisant. Cette humeur a bonne persévérance. Elle permet aussi des pirouettes – affirmations, trop délicieuses pour être mises en question, et pourquoi les hésitations puisque l’érudition est toujours si sûre et complète et assurée,...

0

Populisme – peuple sans division

Au passage dans Morin 2, La Brèche, où il s’agit bien de révolution : le mouvement étudiants fait fonction polymorphe de parti de la jeunesse… où tous les ordres sont réunis …de vrai parti populiste dans son élan fraternisateur vers les classes populaires. 98 (Morin parle aussi des « blousons noirs », acteurs tôt ralliés.) Le populisme vu comme qualité, en temps révolutionnaire, où il s’agit de la « résonance » (94, extension à tous secteurs, trans-cloisonnements) soit liens d’équivalence...

0

L’Université hic du révolutionnaire – 1968

Il s’agit en effet d’expliquer pourquoi le foyer révolutionnaire aura été l’Université en 68, pourquoi les remous dans l’université amplifiés et étendus au système politique même du pays. Lefort (La Brèche, texte 1) pose : le savoir, et surtout la division du savoir, comme clé de la « société bourgeoise-bureaucratique ». Époque du cadre (ce que verra Boltanski), des experts-bureaucrates (Morin 1), des hiérarchies par ces exclusives de savoir de la société du « capitalisme moderne » (Lefort 1 ici) industriel,...

0

Futur de l’université, vu de 1968

Morin, 41, en péroraison – oh dear : (commune étudiante) En répercutant la révolte étudiante à tous les horizons de la société, elle a préfiguré le rôle central et vivant que l’Université va jouer dans la société. Bientôt plus de la moitié de la population passera dans les universités, et c’est la que se posera d’abord, et de façon décisive, le problème du dépassement de l’humanité bourgeoise. La distance.

0

Université et révolution, 1968, 1988, 2018

Verfremdungeffekt frappant, éclairant, à la lecture de La Brèche, Morin, Lefort, Castoriadis 1968 puis Vingt ans après. Université, révolution, jeunesse, gauchismes contre communisme, fond d’internationalité / internationalisme (tiers monde)… la mesure des transformations depuis ces descriptions possibles, ces cadres d’analyse. « La société bourgeoise », la nouvelle « jeunesse » comme force politique, « l’université », le paysage politique, l’état de la « classe ouvrière » : tout a pris un étonnant coup d’histoire, le suranné, le décalé, tout ce...

0

L’institution : question des 60s

L’Institution renversée, et tout le travail de présentation des expériences et débats et auteurs et concepts par Valentin Schaepelynck, fourmille de ces brillantes propositions, ces points de vue pénétrants, forts en liberté intellectuelle et chemins originaux. La qualité de ces apports –  et leur contexte historique de possibilité. Mais vu globalement aussi : pourquoi l’institution, comme objet si commun, si travaillé, par de tels points d’entrée disciplinairement et socialement divers ? Objet, question, d’époque. Époque de la décolonisation – je...

0

Excellent Elias sur culture et politique

And how is it done? Only ever through social historicisation. The values, the “we-image” (125) of the rising middle class of the 18th century, with its German specificity : “culture” as non-political but even anti-political, if political in the context means the classes of absolutistic courts or authoritarian princes. In Germany the special situation, of “culture” opposing both “politics” and “civilization” (as le grand monde). History therefore class, class therefore history. (With the proviso noted earlier : that class (economics)...

0

Sur L’Education sentimentale

. désœuvrement (et rêve, bien sûr, voir derniers mots, Frédéric et Deslaurier) . “fausse politique”, fausse vie, faux faux fausse, parlant de l’époque “sentimentale” des 1840s, je ne retrouve pas la note, bah . la bêtise (555 édition Folio avec préface de Thibaudet et note sur le style de Flaubert par Proust) : comme analyse de la démocratie ? . documentation forcenée. En particulier sur les socialismes.

0

Les mauvais peuples. Légitimité en jeu

Les événements de Paris 8, les retournements de la révolution (le mot arrive très tard, vers p. 500) dans L’Education sentimentale, le questionnement sur les droits fondamentaux du refuge (Betts & Collier) : chaque cas soulève la question du, et en effet réactive les arguments sur, le mauvais peuple. Les effets de peuple à la démocratie douteuse. Ou, autre cas, difficile à reconnaître dans le Vraisemblable politique en place. Soit ensemble les rapports de classe, qui permettent une visibilité et...

0

Islam populaire, islamismes populistes, le subalterne

Toute cette zone qu’il faut que j’éclaircisse : Arkoun continue d’insister sur la différenciation sociologique entre options modernisme et traditionaliste (Abdel-Malek dit directement « fondamentalisme », et il s’agit des valences multiples de l’islah) à la pression occidentale à partir de 1800/1830 : élites et « masses populaires ». De même ensuite, par généalogie, les options socialistes et islamistes, et la qualité populaire des islamismes. Arkoun, Pensée arabe, 104 : c’est le discours des Frères qui mobilise le plus sûrement...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search