Étiqueté : savoir et pouvoir

0

Savoirs dans l’histoire : complexité (Egypte)

Trouble augmenté, dans mes incertitudes pratiques de la vie scientifique, avec un apport tel que l’étude d’Alain Roussillon sur « Intellectuels en crise dans l’Egypte contemporaine » (dans Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Kepel et Richard eds.). Tableau qui sociologise profondément, impliquant une géopolitique des savoirs un peu autrement articulée que celle générée par les dénonciations postcoloniales des orientalismes (US aid, entre autres, et programmes de recherche lancés et financés sur place). Qui doit, selon la carte de ses...

0

Savoir dans l’histoire – now

Is this correct ? Plus je socialise, historicise, les conditions du savoir, plus je suis incertaine de mes propres bases matérielles et idéologiques. Devenues fluctuante, c’est bon pour la liberté et mauvais pour la gravité nécessaire pur que les pieds touchent bien par terre, sur du terrain. Foulent bien une matière du monde social, y agisse. Mise en doute crucialement de l’agir universitaire, pédagogique, scientifique. Qu’est-ce qu’un étudiant ? Une université ? Une pratique de savoir ? La dimension de...

0

« Nouveaux intellectuels islamistes », Roy

Les savoirs subalternes, acquis en autodidacte et dans la vulgarisation, fragmentaires, sans « universel » cognitif, hors institution de savoir, contre-institutionnel (ni les universités occidentales, ni les madrasas d’oulémas compromis dans les régimes d’Etat en jahaliyya). Mémorisation, de l’hétérogène. De la part de « lettrés » « éduqués » du secondaire et non plus du supérieur, théorie de la lumpenisation, pour Roy. Lumpen et subalterne, pas facile à articuler. Peuples troubles et trans, souvent idéologiquement équivoques. Ces caractères marqués dans...

0

Intellectuels islamistes – sociologie, et politique des savoirs

Très important : Intellectuels et militants (Kepel et al. dir.) des islamismes, à partir des 50s aux 80s. Puis tournant, dont libéralisation et désétatisation, FMI, arabisation, et surpopulation universitaire – à partir des 70s les profils islamistes changent, moins occidentalisés et moins formés. Savoir et islamismes. Cadres, urbain. Savoir comme structure de classe (ici, rapport à l’Etat et au fonctionnariat, à la politique d’étatisation post-indépendances, soit avant les libéralisations des 70-80s en effet. Savoir comme profil politique (projet révolutionnaire islamique,...

0

Thinking like a university – 1968/2018

Revenant à La Brèche lecture de weekend, toujours alertée sur la dimension de lecture des 50 ans plus tard, des translations à calculer entre les conditions paramètres ingrédients développements de 68 et ceux du printemps dernier. En préparation des séminaires de rentrée promis – introspection, mobilisation de « l’université », projection. Et du centenaire de P8, qui s’annonce triste. Il y a aussi la question, donc, de : thinking like a university. Cf James Scott sur l’Etat. Élu au CA,...

0

L’Université hic du révolutionnaire – 1968

Il s’agit en effet d’expliquer pourquoi le foyer révolutionnaire aura été l’Université en 68, pourquoi les remous dans l’université amplifiés et étendus au système politique même du pays. Lefort (La Brèche, texte 1) pose : le savoir, et surtout la division du savoir, comme clé de la « société bourgeoise-bureaucratique ». Époque du cadre (ce que verra Boltanski), des experts-bureaucrates (Morin 1), des hiérarchies par ces exclusives de savoir de la société du « capitalisme moderne » (Lefort 1 ici) industriel,...

0

Recherche-action, contextes

La différence remarquable entre le développement de la recherche-action actuellement (master de création littéraire à P8, EUR ex-Labex ArTech, Arts, et al.), et l’histoire que j’en découvre mieux avec L’Institution renversée, des années 50 à 80 (début des bilans). Comique de cette comparaison. La signification étant toute dans le contexte. Sciences et actions dans l’Etat-Providence, projets décollés et « financés » d’un « art » qui est une fonction de la production capitaliste mode contemporain. Histoire de « l’art »,...

0

Sciences de l’Etat-providence, France / UK 1950-60s

L’inventivité critique des années 60, qui vient bien des bouillonnements d’après-guerre. Impressionnnante au regard de la situation actuelle. Le travail sur l’instituant ici, critique de l’institué bureaucratique ou jusqu’à concentrationnaire. Les commandes de recherche de l’Etat, les réponses des sciences sociales et expertises du travail social. Castoriadis Mothé et maintenant, avec la présentation qu’en fait L’Institution renversée, Lapassade et Guattari, et tous ces collectifs, trans-analysants, d’étudiants, sociologues, psychologues, pédagogues, éducation spécialisée, Recherches (nom d’époque pour les revues de ces groupes)...

0

Inventer / trouver la critique. Le contemporain de la critique

Conversation avec CS hier, « en rage », « on va se faire bouffer », dont l’évolution de la situation à Paris 8. Discussion sur le commentaire d’EL, si rarement démuni devant les situations de contestation : sa lecture de l’impuissance nouvelle où nous enseignants chercheurs contestataires nous trouvons devant la signification de l’occupation étudiante et ses modes d’attaque, la convergence exceptionnellement impossible : « signe des temps », dit EL. Je lis : état des forces, lié au développement...

0

Étudiants acteurs politiques

Une classe politique. Sa présence régulière dans les séquences historiques, variées dans leurs molarités idéologiques. Haïti 1960, Berkeley et Columbia des 60s ainsi que Oakland, les mouvements de 1968 du Mexique à la Chine. La Révolution russe, il me semble. Et ici : “the students duelling corps and nationalist fraternities” (The Germans, 50). Pour discuter de la formation des valeurs universitaires en repassant par la modèle de Humboldt et par tous les producteurs de plans pour l’université après l’incursion napoléonienne,...

0

Université politique – mai 2018

Importante expérience hier, je l’attendais, de passer de la position de gréviste et radicale à celle de membre du CA de l’université. Tout ce qui se passe dans cette translation. Pratique de la targette. Casse-tête d’y comprendre quelque chose pendant que ça bouge, d’y marquer des repères. (J’y repense en lisant Elias sur les paradoxes de l’émancipation, dans la sociogénèse de l’ “informalisation”. Complexités de l’autorité et de l’émancipation. Complexités des sens sociaux, et politiques.) Une ligne proposée par la discussion...

0

Heinz Wissman, Penser entre les langues

2012. Herméneutique. Confusion sur la linguistique, en tout cas (lexique et syntaxe…). Et pan sur le nez à Saussure dès les premiers pas. Encore une lecture entreprise à contrariété garantie, mais à traverser pourtant. Parce que CH, et FK, et la cause du langage certainement. Lui la prend par Benjamin (relecteur de Kant, entre autres). Et ma foi une (rare) proposition sur le langage et l’étranger de ces temps-ci. La germanitistique comme condition, bonne comme condition parce qu’on peut y...

0

Savoir, pouvoir, aliénation

Le travail scientifique a-t-il toujours été aussi aliéné ? Toutes les enquêtes historiques sur les situations des institutions et des acteurs du savoir dans les coordonnées de pouvoir donnent à lire des effets d’inscriptions comparables. Sciences coloniales, Cold War sciences, sciences de l’Etat-nation, higher education Globalization, etc. Mais ce comparatisme fausse l’évaluation, facilement. Il s’agit toujours, dans l’analyse (par historicisation) du pouvoir, de la tâche critique exigeante (car il faut toujours s’extirper des prises en masse où se donne le donné)...

0

Savoir et dêmos – expérience IAL

Les interfaces entre savoir et action. C’est théorie et praxis, mais aussi théorie (ou sens) et émancipation. Les savoirs du social, organiques ; la Politics of knowledge top-down ; le savoir et le dêmos. L’expérience, tout à fait garbled encore jusqu’ici, du cours de L1 (IAL, Introduction aux études littéraires anglophones) où je projetais de réfléchir en pratique au savoir de L1, malheureuse. Et alors, un peu amèrement (après l’euphorie du cours Litteartures du monde musulman cet automne), instructive. Y...

0

Théorie et « Que faire ? »

Ces articulations si cruciales et délicates, du « que faire ? », du diagnostique  du présent comme inédit, du travail de théorie sur la situation et la conception de stratégie. Passion, de ce lieu interface déictique, car lieu de dissolution même de ma constitution subjective. Car je n’y suis pas. M’étant faite théoricienne, par minutie analytique et par vague vertigineux de l’ethique, c’est exactement où j’en ne suis pas. Reste l’espoir que cette absence soit activable comme force de la...