Étiqueté : savoir et pouvoir

0

More precisely – Hayles and DigHum

Still in wonderment and impatience, a second morning in Hayles. So the – I want to say sociological, that’s as a caution and apology for my immediate distaste, hackles raised and still alert, feels like prejudice, use it then – my sociological reaction to the discursive mode practiced is now better identified, located : tech. Institutionally for instance ( and Hayles is innocent about the majoritarian aspiration, and the resident spirit of integration, which animated the whole) : King’s College...

0

Katherine Hayles : what obtuseness?

The recognition was immediate : a socio-cultural epidermic reaction to How We Think. Digital Media and Contemprary Technogenesis (2012, U of Chicago P). « Nerdy » an initial, prejudicated descriptor. Then the feeling along the walls to identify the characters of this reaction, the peculiar signals it responds to, the vocab, the tropes, the manners. De quoi ces objets, mal construits, ces propositions qui sont des oblitérations, pans d’ignorance déployés, notions écrans, sont le nom. « Obtuseness » is this...

0

Studies in propaganda, US – and now post-truth

Strikes me as I come to the last paras of « Studies in Radio and Film Propaganda » by Merton and Lazarsfeld (exact date to be checked but during the war is likely) : . that this new field – constitutive for the concurrently institutionalizing social science – of propaganda, public opinion, media, mass observation studies was a solid arsenal built in the context. Quite an armed infantry. So what now in homothétie : pourquoi si démunis, la presse critique...

0

Public, audience, interlocuteurs de la « recherche » : Autres

Tiens, une note. Après lecture un peu ébahie de Merton écrivant avec Lazarsfeld sur la propagande (point de vue de l’État, contrôle, pouvoir) – mais soulevant la question des effets (comiques) inattendus de la recherche-contrôle dus aux ingrats mouvements et complexités des publics… Question donc des publics. La note : peut-être le poids devenu insupportable est-il celui du public implicite, épistémologiquement (institutionnellement I mean) orthodoxe, de la « recherche » (dans les conditions où je la poursuis : université française...

0

Traduction – journal

Journal, ou développements, retournements, étapes, transformations : remarques : Ici now on page 30 : . l’incertitude du début de l’entreprise pensait sans doute reprendre la pratique où elle avait été laissée en toute saison d’intensité : aux moments d’apprentissage, furieux et appliqués aux lois trouvées. Puis la modification du rapport, et de l’humeur, avec un peu d’assurance et quelques dizaines de pages into it : non seulement la capacité, et la curiosité de voir se montrer un rapport maintenant...

0

Traduction : savoir en passant

Plaisir de ce savoir latent et circulant, de la traduction, qui parcourt large, du micro syntaxique, inflexions de ton, couleurs et façons de prendre les détours de la langue, un texte, aux larges intuitions toujours en un instant nourries d’ici, de par-là, dans les profilages des histoires entières des langues et des cultures de siècles, tout les sillages littéraires et culturels. Aperçus. Nouvelles considérations, passages d’habitation dans. Qui font aussi passer dans l’enfance des premiers et anciens parcours dans :...

0

Prendre le savoir par : l’indépendance

En société de la connaissance, en capitalisme cognitif, et en démocratie communicationnelle et experte, l’université (pour parler d’un pôle emblématique) peut (on peut dire doit) représenter la zone indépendante du savoir. Une indépendance démocratique du savoir doit se trouver à s’insituer. Indépendance citoyenne, comme indépendances anarchiques (anarchistes jusqu’à) de tous poils, libres. (Hmm l’école libre, oui je me souviens, expression de ma génération… Les libertés utilisées pour les points poches et veines d’autoritarismes -) Partir de l’autonomie relative. Son souci,...

0

Traduction : la parole

La pratique ne se dément pas dans sa saveur. 27 pages (!) into it, but months too. Phase, epistémè idiomatique, forme actuelle de la libido : pas envie de dire, rien à dire, grande-fatigue d’expliquer – mais grande envie de parler, m’enrouler dans la parole, me glisser dans le courant de subjectivation qu’est la parole d’un auteur, d’un texte.  Entre les langues, c’est encore plus jouissif et découvrant. La jouissance de l’attention, à l’infime du sens, ses électricités, ses physiques.

0

Another Merton wisdom

603, Social Theory and SS, concluding « Science and the Social Order » (1937) : The prestige which science has acquired within the last three centuries is so great that actions curtailing its scope or repudiating it in part are usually coupled with affirmation of the undisturbed integrity of science or ‘the rebirth of true science’. (This is Nazi science, soon to be Soviet too. But valid beyond the totalitarian decades.)

0

Toast – à l’autonomie de la science

Trust Merton for the sunny aspect of an account of science, its modes of stability and autonomy, its functional comfort. Here in 1937, writing about the autonomy of science and the resistance of the « ethos of science » in view of the Nazi encroachment on « Jewish science » etc. (« Science and the Social Order », in Social Theory and Social Structure) : A tacit recognition of this function may be the source of that possibly apocryphal toast at...

0

Sociologie des sciences – pendant la LLPR

Une saison dans la technicité des questions de savoir, au loin, relativement à l’abri, des mâchoires du pouvoir. Épuisement. Les problématisations et les rencontres – analytiques et processuelles, pratiques, ambiantes  – avec le pouvoir restent au bout de la ficelle évidemment. Mais un temps de repos, séjour à l’autre bout. Dans la sociologie de la science, parages de la sociologie de la connaissance, bords de l’histoire et de la philosophie des sciences (fréquentation instructive de, formation par, la pratique du...

0

La critique et la joie – Merton intempestif, mesure de « shift »

La question est de trouver la joie qui est possible dans le « paradigme » scientifique actuel. Qu’on puisse assez bien repérer la source, toute la zone même, de la joie chez Merton, devrait pouvoir faire déboucher par l’homothétie sur les coordonnés des affects des situations présentes. Si on parie sur l’histoire et  le savoir un peu accumulé quand même de ses tours. « Paradigme » : une proposition de Merton d’abord, (he is careful to remind us, Afterword à...

0

Mary Douglas

is funny. Wit, and rejoicing in criticism and epistemic energy – something to do with the energy of reflexivity, science of science, knowledge of knowledge and the comedy of being caught willy-willy in its hall of mirrors. Epistemology. Its comedy. (There’s enough tragedy and trauma of it. Violence. Spivak et al, Foucault.)

0

Les livres impossibles

Est-ce que les livres sont impossibles jusqu’à ce qu’ils soient écrits ? Et alors l’emmurement est une figure de l’écriture elle-même, que certains et sans doute beaucoup ne dépassent jamais. Ou bien les livres – universitaires – deviennent-ils impossibles ? Autour de chacun, tous ces terrains de travaux forcés et grinding down. Donnant lieu à des initiatives (utopies) comme telle du groupe de livre suggéré par CT. Et notre writers’ club. Poussif. Céline, Isabelle, … D’autres vivent le confinement actuel...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search