Étiqueté : savoir et pouvoir

0

Canguilhem – la prose des classiques

Excitement! Découverte de Canguilhem, in the prose. Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, 1977 / 1981. Toujours ce tournant, d’ailleurs, qui cite le precedent, 1967-68, indexé à « l’influence de Michel Foucault et de Louis Althusser », notable effet dans les générations – l’antérieure Étant fixée à Bacheard (p. 9). La prose de Canguilhem – nerveuse et dense comme de quoi me séduire immediatement, rapidité de la pensée. Y compris parce que je dois prendre à grande...

0

Sur l’université – une drôle de voix

Tiens, étonnant : suite de la remarque précédente. J’ai l’impression de trouver disponible, formée, une voix pour parler de l’université, et de P8 en particulier (ce qui change déjà pas mal les choses : université, ou une université, position épistémologique méthodologique). Petite prudence quant à l’aspect biographique, mais. Expérience, carrière effective, 25 ans de P8. Transformation lisible. Sur la jointure effective entre  enseignement supérieur (ses questions) et étranger (questions disciplinaires pour moi). Experience des mobilisations de P8 aussi, mes politisations...

0

Chantier « À quoi ça sert une université ? »

Chantier ouvert par l’équipe (les individus, isolés et en pleine expérimentation de l’isolement idéologique sur la question) du Cinquantenaire de Paris 8 : après un colloque en mars dernier sur « Enseigner à Paris 8 aujourd’hui », soit 50 ans après la création de Vincennes, nouvelle proposition, soit nouvelle poussée contre les murs (par expérience des murs qui se révèlent et se lèvent à la mise en question de l’état de l’université). Deux réactions : . ce que devient mon...

0

Zones cambouis, francophonies – décompléter « le pouvoir »

Suites impliquées de la réflexion sur les francophonies (comme proposition alternative et corrective à la notion, l’idéologème, de la Francophonie), colloque du 29 mars DILTEC – . que les zones « cambouis » – celles du ELT, FLE, didactiques ; celles d’une pédagogie de la situation des étudiants étrangers ; celles d’un Paris 8 de Guy Berger – sont non pas seulement des zones à éclairer et à intégrer dans l’étude du pouvoir. Mais des pôles impratiqués, depuis lesquels faire autre...

0

The fruits of polemics – Quirk, Kachru, Singh

The critical thrill of learning from plunging into a debate. The grey literature of debates,  polemics, responses. Here Prendergast – why how ? – entrepreneur of a debte on « Views on englishes », 1998, ie at the end of what seems to be a 1990s decade of world englishes as emergent theme in linguistics and sociolinguistics. What you learn from those edges. Once you have familiarised yourself with the genre – my initiation with Wyndham Lewis was a salutary...

0

Étudiants étrangers : surprises from the Subaltern

Conversation avec Charles S, un peu tourmenté par les découvertes de nouvelles analyses sur des chiffres et des données récentes de la situation électorale/syndicale des étudiants – et des étudiants étrangers, à P8. UNEF/Union des étudiants algériens de France UEAF, devant la liste Hold Up, écrasée. Et absente à la CR. La préparation du colloque de janvier sur « Enseigner à P8 aujourd’hui » (= 50 years on) avait déjà fait monter la question de la voix des associations étudiantes,...

0

Claude Lévi-Strauss / le « penseur indigène »

La Pensée primitive, 1962. Je pensais plutôt ne pas trouver beaucoup dans cette lecture, essayée comme point d’historicisation, point de généalogie. Mais : beaucoup, très frappant. CLS aux prises avec la transition, processus de dégager l’anthropologie de, disons pour faire vite, orientalisme exotisme et racisme, 19émisme. Le travail d’écriture, d’approche rhétorique, pour pouvoir placer « un penseur indigène » (22), après pourtant un titre qui reste à « pensée primitive ». « La pensée que nous appelons primitive », 22....

0

Savoirs dans l’histoire : complexité (Egypte)

Trouble augmenté, dans mes incertitudes pratiques de la vie scientifique, avec un apport tel que l’étude d’Alain Roussillon sur « Intellectuels en crise dans l’Egypte contemporaine » (dans Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Kepel et Richard eds.). Tableau qui sociologise profondément, impliquant une géopolitique des savoirs un peu autrement articulée que celle générée par les dénonciations postcoloniales des orientalismes (US aid, entre autres, et programmes de recherche lancés et financés sur place). Qui doit, selon la carte de ses...

0

Savoir dans l’histoire – now

Is this correct ? Plus je socialise, historicise, les conditions du savoir, plus je suis incertaine de mes propres bases matérielles et idéologiques. Devenues fluctuante, c’est bon pour la liberté et mauvais pour la gravité nécessaire pur que les pieds touchent bien par terre, sur du terrain. Foulent bien une matière du monde social, y agisse. Mise en doute crucialement de l’agir universitaire, pédagogique, scientifique. Qu’est-ce qu’un étudiant ? Une université ? Une pratique de savoir ? La dimension de...

0

« Nouveaux intellectuels islamistes », Roy

Les savoirs subalternes, acquis en autodidacte et dans la vulgarisation, fragmentaires, sans « universel » cognitif, hors institution de savoir, contre-institutionnel (ni les universités occidentales, ni les madrasas d’oulémas compromis dans les régimes d’Etat en jahaliyya). Mémorisation, de l’hétérogène. De la part de « lettrés » « éduqués » du secondaire et non plus du supérieur, théorie de la lumpenisation, pour Roy. Lumpen et subalterne, pas facile à articuler. Peuples troubles et trans, souvent idéologiquement équivoques. Ces caractères marqués dans...

0

Intellectuels islamistes – sociologie, et politique des savoirs

Très important : Intellectuels et militants (Kepel et al. dir.) des islamismes, à partir des 50s aux 80s. Puis tournant, dont libéralisation et désétatisation, FMI, arabisation, et surpopulation universitaire – à partir des 70s les profils islamistes changent, moins occidentalisés et moins formés. Savoir et islamismes. Cadres, urbain. Savoir comme structure de classe (ici, rapport à l’Etat et au fonctionnariat, à la politique d’étatisation post-indépendances, soit avant les libéralisations des 70-80s en effet. Savoir comme profil politique (projet révolutionnaire islamique,...

0

Thinking like a university – 1968/2018

Revenant à La Brèche lecture de weekend, toujours alertée sur la dimension de lecture des 50 ans plus tard, des translations à calculer entre les conditions paramètres ingrédients développements de 68 et ceux du printemps dernier. En préparation des séminaires de rentrée promis – introspection, mobilisation de « l’université », projection. Et du centenaire de P8, qui s’annonce triste. Il y a aussi la question, donc, de : thinking like a university. Cf James Scott sur l’Etat. Élu au CA,...

0

L’Université hic du révolutionnaire – 1968

Il s’agit en effet d’expliquer pourquoi le foyer révolutionnaire aura été l’Université en 68, pourquoi les remous dans l’université amplifiés et étendus au système politique même du pays. Lefort (La Brèche, texte 1) pose : le savoir, et surtout la division du savoir, comme clé de la « société bourgeoise-bureaucratique ». Époque du cadre (ce que verra Boltanski), des experts-bureaucrates (Morin 1), des hiérarchies par ces exclusives de savoir de la société du « capitalisme moderne » (Lefort 1 ici) industriel,...

0

Recherche-action, contextes

La différence remarquable entre le développement de la recherche-action actuellement (master de création littéraire à P8, EUR ex-Labex ArTech, Arts, et al.), et l’histoire que j’en découvre mieux avec L’Institution renversée, des années 50 à 80 (début des bilans). Comique de cette comparaison. La signification étant toute dans le contexte. Sciences et actions dans l’Etat-Providence, projets décollés et « financés » d’un « art » qui est une fonction de la production capitaliste mode contemporain. Histoire de « l’art »,...

0

Sciences de l’Etat-providence, France / UK 1950-60s

L’inventivité critique des années 60, qui vient bien des bouillonnements d’après-guerre. Impressionnnante au regard de la situation actuelle. Le travail sur l’instituant ici, critique de l’institué bureaucratique ou jusqu’à concentrationnaire. Les commandes de recherche de l’Etat, les réponses des sciences sociales et expertises du travail social. Castoriadis Mothé et maintenant, avec la présentation qu’en fait L’Institution renversée, Lapassade et Guattari, et tous ces collectifs, trans-analysants, d’étudiants, sociologues, psychologues, pédagogues, éducation spécialisée, Recherches (nom d’époque pour les revues de ces groupes)...