Étiqueté : savoir et pouvoir

0

Another Merton wisdom

603, Social Theory and SS, concluding « Science and the Social Order » (1937) : The prestige which science has acquired within the last three centuries is so great that actions curtailing its scope or repudiating it in part are usually coupled with affirmation of the undisturbed integrity of science or ‘the rebirth of true science’. (This is Nazi science, soon to be Soviet too. But valid beyond the totalitarian decades.)

0

Toast – à l’autonomie de la science

Trust Merton for the sunny aspect of an account of science, its modes of stability and autonomy, its functional comfort. Here in 1937, writing about the autonomy of science and the resistance of the « ethos of science » in view of the Nazi encroachment on « Jewish science » etc. (« Science and the Social Order », in Social Theory and Social Structure) : A tacit recognition of this function may be the source of that possibly apocryphal toast at...

0

Sociologie des sciences – pendant la LLPR

Une saison dans la technicité des questions de savoir, au loin, relativement à l’abri, des mâchoires du pouvoir. Épuisement. Les problématisations et les rencontres – analytiques et processuelles, pratiques, ambiantes  – avec le pouvoir restent au bout de la ficelle évidemment. Mais un temps de repos, séjour à l’autre bout. Dans la sociologie de la science, parages de la sociologie de la connaissance, bords de l’histoire et de la philosophie des sciences (fréquentation instructive de, formation par, la pratique du...

0

La critique et la joie – Merton intempestif, mesure de « shift »

La question est de trouver la joie qui est possible dans le « paradigme » scientifique actuel. Qu’on puisse assez bien repérer la source, toute la zone même, de la joie chez Merton, devrait pouvoir faire déboucher par l’homothétie sur les coordonnés des affects des situations présentes. Si on parie sur l’histoire et  le savoir un peu accumulé quand même de ses tours. « Paradigme » : une proposition de Merton d’abord, (he is careful to remind us, Afterword à...

0

Mary Douglas

is funny. Wit, and rejoicing in criticism and epistemic energy – something to do with the energy of reflexivity, science of science, knowledge of knowledge and the comedy of being caught willy-willy in its hall of mirrors. Epistemology. Its comedy. (There’s enough tragedy and trauma of it. Violence. Spivak et al, Foucault.)

0

Les livres impossibles

Est-ce que les livres sont impossibles jusqu’à ce qu’ils soient écrits ? Et alors l’emmurement est une figure de l’écriture elle-même, que certains et sans doute beaucoup ne dépassent jamais. Ou bien les livres – universitaires – deviennent-ils impossibles ? Autour de chacun, tous ces terrains de travaux forcés et grinding down. Donnant lieu à des initiatives (utopies) comme telle du groupe de livre suggéré par CT. Et notre writers’ club. Poussif. Céline, Isabelle, … D’autres vivent le confinement actuel...

0

Péguy sur Mauss ! « Ce pantalon sociologue »

Dans le volume des Souvenirs, édités par Pierre Péguy semble-t-il, et dans le moment exact de la « reconquête paysanne » de ses « Quarante ans » : « cette confession » : Eh bien oui, moi aussi, j’espérais qu’un jour j’aurais Cette suprême distinction, cette finesse, cette suprême élégance d’un (Marcel) Mauss, (pas le marchand de vin), la diction, la sévère, l’impeccable, l’implacable diction, la finesse d’un Boîte-à-fiches. … Cette élégance de Mauss il faut y renoncer. …. Ce fin...

0

Fantaisie Saussure suite : hier j’écrivais :

Prendre Saussure par où il en est. Depuis où il en est. Pourquoi traduire en effet ? Une façon, qui m’apparaît : le prendre dans son état de long suspens, long chantier déterminé dans les conditions de travail. Auerbach à Istamboul pendant Mimesis. C’est ça mon faire, sans doute. Combiner Saussure, former ces grandes articulations, de sujet à société du poème. Tiens : I know what I know.

0

Complexité : le dilatoire et l’historique

Le travail apparaît aussi comme ce fudging, cet étalement des problèmes, étalement en problèmes : donner à voir ces carrefours, où la morale politique se retrouve mal et doit suspendre, un peu stupéfaite, un peu rassérénée par la nouvelle rencontre avec le point de vue bâillant de l’histoire, il y a ces courants multiples et superposés, ce sont les points de vue qui vont dessiner des perspectives, hypothèses, propositions. Dessins. L’inverse temporel de l’augure. Carrefour comme clearing house. Urgence d’attendre...

0

Écrire – lubies

Peut-être ?, faut-il ?, projeter d’écrire les lubies. Finalement retrouvées, ou légitimitées. Et laisser écrire par tâtonnement de goût, aveugle au sens. Infra. Par le dedans de l’experience, par le bas de la raison. Ici une ethnographie du savoir. Savoirs dominés ? Savoirs … quels adjectifs, justement ? (Oui, NB : ethnographie : ses rapports, doubles aussi, avec les positions dominées.) Le dominé et ses attentions, ses savoirs. Ses positions positionnellement critiques, marges. Par exemple ce matin : l’intimidation, la...

0

Culturel et solidaire : sciences confinées

Bon : notes de journal de quarantaine, mais aussi de journal de la foi scientifique. Je suis devant l’immense entreprise polyphonique de La Vie intellectuelle en France, vol. 1, Charle et Jeanpierre. Et dieu qu’il y a de richesse flamboyante et articulée dans ce milieu des travaux d’histoire culturelle, avec toutes ses méthodologies et toutes ses oeuvres. Les idées de questions, leur inventivité, la pépinière, et alors aussi le milieu en effet qui les favorise : ici par semple une...

0

Institution – passion. Et pouvoir

Excitation intellectuelle, théorique, toujours : institution, publication, socialisation, culturalisation. Sur le mode : souffrance des constats du pouvoir, toujours plus affermis depuis les 1980s – et pourtant il y a de l’institution. Ses histoires, au moins, et même ses détricotages (qui en sont des analyses et des analyseurs), ses remplacements par ingénierie sociale, ses marketings, etc. Un très vieux conatus, socio-logique : famille d’instituteurs. Et le véhicule, le moteur ( ses cambouis partout) : le langage, les langues des cambouis...

0

La guerre des programmes : cambouis, sa joie

Archive et documentation, et déballage affecté et polémique, de Serge Cospérec, sur l’Enseignement de la philosophie, une réforme impossible ? (1975-2020). Publié par Lambert Lucas. Ce que j’y aime : le cambouis d’un problème particulier, noeud, qui se noue et se retourne au fil des décennies – qui continuent à se documenter et s’épaissir en histoire du savoir-pouvoir. L’angle discipline est toujours parlant, pour les raisons historiques en France bien rappelées par Emmanuelle Sicart (?, dans La Vie des idées...

0

Erving Goffman : le mineur du social – infrapolitique

Intéressée : au moment où se présente à considération un nouveau doute sur la pression du politisme – combien j’investis en croyance dans le politique comme enjeu non-ignorable et injonction morale ; combien j’épuise d’énergie psychique dans cette exigence surmoïque ( se prendre pour l’histoire, se prendre pour le peuple ou le citoyen ou l’individu politique) – lecture de Goffman, qui me présente une vue étonnamment libérée, légère, souriante même, car amusante comme l’est la morale des caractères (La Bruyère,...

0

Littérature – ses homothéties contemporaines

Lecture d’AM Thiesse, La Fabrique de l’écrivain nationale. Entre littérature et politique, 2019. Les puissances sociales historiques qui se sont cristallisées, sur le temps long du long XIXe siècle européen-colonial, dans la littérature (en cristal avec « idée de la nation », démocratisation, sécularisation donc, et ses bases économiques, libéralisme économique et politique puis fissure du socialisme) : ce sont elles qu’il s’agit de voir se transformer et se désinvestir, pour devenir quoi, s’incarner s’incorporer dans quelles formes et médiations en cours...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search