Étiqueté : sciences

0

Politiques de la pédopsychiatrie : inscriptions du sujet néolibéral

Parmi les arceaux de structure – structuration, restructurations, désorganisation – qui soutiennent et génèrent le sujet néolibéral : oui absolument les remodelages des politiques de santé, d’éducation, d’assistance sociale, du handicap, de la famille, du judiciaire, dont des mineurs. Par exemple la déstructuration des organisations de secteur pour la psychiatrie (“dans [sa] perspective égalitaire et de lutte contre l’enfermement”, rappelle Bernard Golse, 44, La Pédopsychiatrie aujourd’hui. Ce que les enfants risquent de perdre, 2023). Comment s’inscrivent les effets : les...

0

Accumulation des savoirs – science et culture ; histoire et ironie otsogaines

Aron le rappelle au sujet des apories de Weber sur le jugement de valeur dans la science sociale (tel que discuté avec Leo Strauss, 1954 – 1959) : que la relativité de la vérité diffère en sciences de la nature et “sciences de la ‘culture’ ” “telles que les interprète Weber : une fois voulue la vérité mathématique ou physique, le devenir de ces sciences est accumulation.” Est-ce exactement sur ce fil que l’ironie otsog se porte, avec l’histoire des...

0

Anciens et modernes : ironies otsogaines

Sens de la comparaison d’Otsog : c’est la question qui est prise par les quelques études que je trouve, non absentes et non oublieuses, sur l’histoire de la “phrase”, du “mot”. Anachronisme d’y lire un thème du progrès des connaissances. Maillage signifiant avec les philosophies chrétiennes et médiévales de l’histoire : sentiment de la fin du monde ; mais aussi nouveau testament comme histoire et historicité même du christianisme. Au moins ces deux grands fils. Antiquité des rapports entre ce...

0

Sciences & Humanities : the old story has a history

L’histoire du conflit scénarisé, entrepreneurisé, mythologisé, entre sciences et “humanities“. A reprendre au moins par ses retournements, épisodes, valeurs historiques évolutives. Certains stades : Arnold et Huxley, à travers un filtre amical, 1880s late 19th – early 20th: teaching Coleridge Carlyle Arnold Ruskin (rather than lit works, this “nonfictional prose” : criticism, against utilitarianism, anti-modern, “greatest resistance” to science, Guillory 206. Macaulay, De Quincey, Savage Landor, Cardinal Newman. CP Snow et Leavis (entre autres), 1965, the “Two Cultures” le début...

0

Merton sur l’autonomie de la science – 17e s.

Merton sur l’histoire de l’autonomisation de la science comme sphère sociale, Science in Seventeenth Century England. Discute de la limite qu’impose à la science l’ “utilitarisme” extrémiste, et rappelle, en un de ses européanismes (et folklore partagé de la culture érudite) : Was this not the source of that possibly apocryphal toast at a dinner for sciences in Cambridge: “To pure mathematics, and may it never be of any use to anybody” (231).

0

Greek and Natural philosophy, 1663

Ancients, Moderns, and again new cycles of it. Isaac Barrow, Prof of Greek at Cambridge, before 1663 : I sit alone as an Attic owl, who has been thrust out of the companionship of all other birds; while other classes in Natural Philosophy are full. (Merton Science in 17th Century England, 95.) … for, as is well known, in 1663, he left this chair to accept the newly-established Lucasian Professorship of Mathematics, in which he was Newton’s predecessor. (96)

0

Bourdieu officialise Merton – enjeux de sociologie de la sociologie

LE texte qu’il fallait lire, pour observer le traitement de Merton par Bourdieu, à la date de 1975 en tout cas. Merton, pris dans la “triade capitoline” comme “conciliation” entre Parsons et Lazersfeld, en particulier, formulaïquement. “La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison”. Temps de l’histoire – de la sociologie, parce qu’il traite de la scientificité de la sociologie (souci de Bourdieu, sous le trope terrible de l’objectivité) en soignant la construction cruciale...

0

Bourdieu, resitué par Merton

Les points sur les i, avec “La Spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison, 1975. (Dans Sociologie et sociétés, 7:1, Presses de l’université de Montréal, peut-être numéro intitulé “Science et structure sociale” ?) La lecture est étonnante, après long temps d’immersion dans le discours de Merton et la littérature critique sur lui et ses contextes. La proximité, les mêmes objets directement, et une intersection de bibliographie tout à fait marquante : il faudra y...

0

Culture numérique : espaces discursifs

Michel Desmurget, La Fabrique du crétin digital, 2019 également (et Prix Femina de l’essai) : j’ai commencé par me demander pourquoi cette dépense polémique, avec son mode assez grossier. Et me rends rapidement au projet : car il part sur une lecture systématique de discours, dont j’avais mal la culture (elle a cours en France, et dans l’espace ouvert du “débat public” si difficile à habiter) et qui est important à situer. Petite Poucette ; certaines voix pédago pour le numérique à...

0

Ah the lore – scientific myths

I rarely use the term “breakthrough”, [Merton footnotes in his case-study of Kuhn, The Sociology of Science, An Episodic Memoir, note 46 p. 123] but it invariably brings to mind the jesting observation by the economist and polymath Kenneth Boulding intended to capture the intellectual excitement of the first year of the Center’s [Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences] existence: Fellows would greet one another not with a “Good morning,” “Hi,” or even “Grüss Gott,” but with a simple...

0

Merveilles de Merton – plausibilités

Je m’émerveille, quand même, aux possibilités, plausibilité de discours, de Merton dans son contexte – l’ordre légitime aussi certain, empereur tout à fait vêtu et formant héroïquement son empire, d’aventure en initiative, institutionnalisantes, speech acts de pleine félicité. Ceci noté en p. 40s de The Sociology of Science, an Episodic Memoir, de 1977. L’émerveillement n’est pas loin de celui que je tire en parallèle de la relecture de Jacob’s Room, dans le cadre du cours que j’ai proposé sur le...

0

Parties du savoir : ses acteurs, philosophes, historiens

Ce trépied est juste, intéressant : scientifiques, épistémologues, historiens. Stengers autour des 20s dans Les Concepts scientifiques. Acteurs de facettes encore additionnelles, jouxtant, visibles par d’autres angles : sociologie de la connaissance, philologues, archéologie, poétique. Car le parti pris, le point de vue, est ici naturellement philosophique. Le philosophique, croit souvent, spontanément, être le penser. Intéressant que Stengers s’associe Schlanger ici. Quelle rencontre ?

0

Concept, humour, loisir – Stengers Schlanger avec OTSOG

Deux tentations – alors que j’essaie de saisir le projet de Stengers dans l’introduction des Concepts scientifiques – oui il s’agit de dégager le fonctionnement de la “mobilisation de” pouvoir dans les sciences selon modèle “anti-empiriste” actuel, mais le dessin de cette ligne est encore difficile à situer – : quelque chose sur l’humour, où je connais déjà Schlanger en effet : contrairement à l’ironie, que Stengers verse au côté des humeurs scientifiques que Michel Serres attribue aux sciences, envie...

0

Stengers et Schlanger : critique de l’invention pour histoire des sciences

Je crois que c’est plutôt posé comme philosophie des sciences. Depuis cette aire en tout cas – même si évidemment pour Schlanger en particulier le mode de la réflexion est philologique et donc historique. Pas de l’histoire des sciences, selon les protocoles de cette science. Les Concepts scientifiques, 1988 (éd° de 1991). Mais l’intérêt, rapidement identifié, alors que je lis Stengers pour la première (et très longtemps promise) fois : poser et reprendre la question du “devenir scientifique”, with a...

0

Two cultures and polemics : Snow, Leavis, Williams

Do love a good controversy, and the exercise of polemic, its rhetorical animus, its spitting performativity. The so-much it illustrates, as elegance gets a back seat. The Two Cultures and the classic sandwich : Snow, Leavis, Snow. With some historiographic insight and contextualisation by Stefan Collini, as fine as ever, and also not exhaustive – some missing lines where suggestion (some in literary history among others) can roam pleasingly. At a time when Raymond Willams was shaping the new terrain...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search