Étiqueté : sciences humaines

0

Humanités (numériques) et sciences humaines (histoire des) – voir ensemble

Tiens curieusement, sur les terrains maintenant de l’histoire des sciences humaines. Dont on découvre alors que d’autres, en groupes, on déjà fait cette translation. Dans quels termes alors ? Zone habitable donc, actuellement (depuis quand, depuis quels terrains, quittés pour quelles raisons ? Détournement ou simples orientations non réactives – comme l’inscription de sujets de thèse, ou autres motivations apparemment ab ovo). A regarder en parallèle, contemporaines, la problématique de la culture numérique (ou faut-il focaliser seulement, indépendamment, sur les Humanités...

0

Humanités – surprisingly, somehow

La question c’est : qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se désarticule et se délégitimise, exactement, dans les recompositions innovations tables rases modernisations réformes qui sont notre histoire contemporaine ? « Ma » génération. (Je me dis. Pour essayer de faire sens de quelque chose dans un parcours que je ne veux pas assumer à titre individuel.) Surprise, de me retrouver, un peu en grisaille, après la glorieuse succession des figures de l’étranger – ma légende professionnelle depuis le comparatisme,...

0

Nouveaux médias : le carrefour à valeurs ouvert

Il faut savoir comment évaluer la puissance d’un système culturel – on peut glorifier, et s’émerveiller, de nouveaux médias ; tout autant que prendre acte douloureusement des pertes de valeurs sociales rayonnant depuis des formes en déclin (la littérature, les études littéraires, les sciences humaines, les cultures humanistiques très globalement : modernité culturelle, formes culturelles de la modernité, s’agissant de l’Europe au moins) : mais tout est ouvert quant à l’analyse et un diagnostic de ces évaluations. Comme le suggère...

0

« Histoire des sciences humaines » : coup de nom

Ah oui – je continue : « histoire des sciences humaines » : une catégorie intéressante à voir émerger. C’est mon regard qui a bougé et laissé ça entrer dans son champ, ou c’est une émergence du phénomène effectivement ? Sans doute mon regard, qui a beaucoup été infléchi dans l’apprentissage sec de cette saison au CoNRS. Il me semble, piecing together, making sense, with my little brain celles but also my jealous eye to the advantages acquired by others...

0

Sur Saussure : « histoire des sciences humaines » – comédie de la légitimité

Avec le CoNRS, expérience radicale de l’interdisciplinarité que j’ai déjà notée avec exclamation ici à plusieurs reprises, j’apprends à renommer ce que je suis en train de faire avec Saussure : histoire des sciences humaines. C’est un point de vue, mais c’est aussi le point de vue d’un point d’existence épistémologique, avec sa charge de légitimité et donc de pouvoir. Not to be sneezed at, that said. (J’aimerais plutôt, j’ai aimé plutôt, appeler ça une poétique, du peuple en l’occurence....

0

Expériences de l’interdisciplinarité : cartes des pouvoirs

Tiens, parce que je me rends compte que mes choix de lecture continuent à venir du choc d’intertextualité dans le comité de section CNRS (la 35, en faisceau malaisé), Canguilhem et Parry en particulier, note : . que la philologie s’est territorialisée, en gardant son identité et sa dénomination pour le champ privilégié des textes grecs, et environs (latin et langues mortes ou anciennes- vivantes dans les textes). Et pour la pratique savante, à protéger en effet et à pouvoir...

0

Marcel Mauss – sociologie et psychologie

Début dans Mauss sur la nation – « ou le sens du social », édition de Jean Terrier et Marcel Fournier, dans le cadre d’une ambitieuse « série Mauss » de Florence Weber aux PUF, 2013/2018. Il s’agit du rapport entre sociologie et psychologie qui m’importe et me titille – depuis Benveniste et Meschonnic, et les limites de la poétique sur le rapport qu’elle permet précisément de problématiser, avec foi, quant au carrefour du sujet transsujet. Ce fil depuis Saussure,...

0

Université et révolution, 1968, 1988, 2018

Verfremdungeffekt frappant, éclairant, à la lecture de La Brèche, Morin, Lefort, Castoriadis 1968 puis Vingt ans après. Université, révolution, jeunesse, gauchismes contre communisme, fond d’internationalité / internationalisme (tiers monde)… la mesure des transformations depuis ces descriptions possibles, ces cadres d’analyse. « La société bourgeoise », la nouvelle « jeunesse » comme force politique, « l’université », le paysage politique, l’état de la « classe ouvrière » : tout a pris un étonnant coup d’histoire, le suranné, le décalé, tout ce...

0

“Introduction à la pensée arabe contemporaine”

Abdel-Malek, 1965, introduction au vol. 2 de son Anthologie de la littérature arabe contemporaine. 5- 39. Pleine période de la Décolonisation, après la révolution égyptienne, Bandung, la guerre d’Algérie (“la grande hémorragie”, 21), Suez. Mais avant la Guerre des six jours. (Correction : l’introduction porte aussi la date de 1970, et elle évoque la résistance palestinienne et la guerre de juin 67, 28.) Guerrre froide et blocs mondiaux, qu’AAM indique explicitement, comme  contexte pour les luttes nationalistes, et “l’étape nationalitaire”,...

0

Philologie et sciences humaines : passage Saussure

Lisant T Brisson sur les transformations de l’orientalisme français entre 1955 et 1980, je retrouve cette figure historique, déjà rencontrée dans R Lardinois sur les études indiennes : la transition plus ou moins grinçante entre philologie (classicisme et textualisme) et sciences humaines (sciences sociales à vrai dire, en particulier dans le cas de RL). C’est bien un – le ? – tournant de ce type qui est en jeu dans le départ de Saussure, par la phonologie dans la philologie,...