Étiqueté : sociologie

0

Naïvetés – et la sociologie, ou le social

Ces “savoirs” bétonnés, dont je connais les bêtises sans comprendre comment les déloger ou les interroger – fonds d’héritage et de formation, fond de classe et, plus large et plus fluide ou insaisissable plutôt, de situation sociale et familiale. La naïveté : d’où je nais, depuis où (quelles évidences, quels fonds), toujours recommencé. Félicien Faury, en jeune sociologue impeccable, formé aux outils et arguments profonds (Du Bois, Fanon, A. Sayad, relus réactualisés pour un impact critique complété et recentré, ils...

0

Eva Ilouz, émotions, morale politique – un essai

Eva Illouz, Les Émotions contre la démocratie, ou Flawed Ideologies (l’accent n’est pas au même endroit dans les deux versions), fin de lecture : un essai, plutôt qu’un travail de sociologie donc. Des entretiens sans doute, et des paroles frappantes et éloquentes données en lecture (et recueillies, dans des choix et des démarches de valeur, investigatoires). Mais le fonctionnement est donc celui d’un essai. Donner à voir un parcours, un circuit, dans un moral maze, de la part d’un regard...

0

Intérêt et statut : pour les identités – Eva Illouz sur le populisme contd.

Un point éclairant, traité très localement mais son potentiel est fort : Eva Illouz continue à fouiller la nature et le fonctionnement de la contradiction rationnelle au principe du populisme, qui fait désirer un régime travaillant contre les intérêts des gouvernés. Ce tirage entre intérêt et adhésion, elle le fait apparaître à ce moment comme la priorité donnée au statut sur l’intérêt. La question du statut, social et “symbolique” (caractère qu’elle y marque, comme indice de “contradiction” avec la réalité matérielle...

0

Émotions populistes : Eva Illouz, encore

S’avère donc, Les Émotions contre la démocratie, Eva Illouz, une construction sur le cas israélien, sans la sociologie. Reste l’intérêt, 6 mois dans la “guerre” de Gaza, d’une étude longue et dépliée du populisme en Israël, et de son installation dans les 20 et 19 dernières années, “radicalisation” dit-elle ; photographie prise en 2022 (date de parution). Une petite série d’entretiens, qui implique le travail non négligeable d’entrée, de tri, d’analyse des fissures possibles, pour faire entendre des voix éclairantes....

0

Émotions populistes – Eva Illouz contd.

Why call them emotions, at all. Si Eva Illouz cartographie 4 émotions intriquées pour cerner le phénomène populiste en Israël, peur, dégoût, ressentiment, amour (d’autres analystes ont préféré la honte au dégoût) – avant de lire son travail, et parce que je suis gênée (résistance à l’affect, sauf conceptualise pour ne plus signifier l’affectif…, et à l’émotion comme voie de sortie des rationalismes), je tire ma lecture plutôt vers, corrige plutôt vers : moins émotions que qualité de rapports sociaux,...

0

Émotions populistes, Eva Illouz : sentiment sociologique, inconscient social

Comme toujours assuré dans les travaux d’Eva Illouz : tout le champ bibliographique qu’elle fournit, d’interlocuteurs et compagnons de travail, sociologie des émotions sociales ici. On fait toujours une visite entière et cartographie d’un champ de problème, qu’on voit au travail, collectivement. Euphorisant et assurant. Ici : du social du politique ; des émotions et des affects en psychologie politique et toujours si fermement en pénétration sociologique. Il s’agit de désentimentaliser les émotions sociales – et d’abord en les associant...

0

Eva Illouz, démocratie, émotions, Israël

Les Émotions contre la démocratie, Eva Illouz, traduit par Frédéric Joly, 2022 – original Flawed Ideologies and Un democratic Emotions: The Case of Israel, 2023 (par Suhrkamp à Berlin ??) Non seulement Eva Illouz donc — et je regrette de ne pas avoir remarqué la langue de vo. Quels choix d’écriture pour elle ? Et d’ailleurs d’éditeur, à cross-nation — mais aussi sa sociologie sévère des émotions, il faut ça. Mais enfin aussi Israël. Qui est toujours là en plan...

0

Le Bon Coin : ordre et trajectoires, corpus

Le Bon Coin : ordre culturel (goût), socialement et territorialement distribué, et désordonnements. Corpus pour une étude flottante, et exercice flottant, indigène, du sentiment sociologique. Sentiment culturologique ? Quels seraient ses contours ?

0

Âges critiques – idéologisme d’aujourd’hui

C’est sûr que Grignon et Passeron me ramènent à un âge critique, passionné de réflexivité dans l’épistémologique, qui apparaît d’autant plus mordant et vigoureux, intransigeant presque (un affect, passion – avec quelques résonances des procès internes aux marxismes et des décennies hyper-idéologiques) qu’il s’éclaire en contraste de l’idéologisme si fermé en mots d’ordre préparés qui domine le discours critique en ce moment. Voir le chantier large et profond d’AB, sur les politiques de la diversité, dont spécifiquement leur exercice dans...

0

Le savant et le populaire, comédie de la sociologie

Bien un extraordinaire espace de travail que celui du séminaire qui a produit Le Savant et le populaire, Grignon Passeron et d’autres collègues, dont je reconnaît MR Lagarde par exemple. La densité remarquable de la pensée, et la lucidité d’esprit des échanges ! À se demander comment la production du texte final a été faite exactement. J’aime trouver par exemple, dans le flot musclé et très articulé du débat (dans l’affect d’une réflexivité sociologique féroce – moment extrême de l’âge...

0

“Sous-culture” : décompléter la Culture

Tiens, note : la notion de “sous-culture“, prend son relief, ou du relief, conceptualisée, dans Le Savant et le populaire (1989), intervention de Claude Grignon, p. 156, dans le contexte d’une analyse critique extrêmement articulée (the hyper-articulate reflexivity here, ère du soupçon sur l’épistémologique, en sociologie fin des 80s, nota – auto-surveillance terrible, acérée, collective, one-upping, de la sociologie de la sociologie) des pratiques et des exigences de la sociologie de la culture. Un texte à plusieurs voix, issu d’un...

0

Sociologie des sociologies du peuple : Grignon et Passeron

J’en suis encore là, 90 pages into Le Savant et le populaire, dont je continue à m’étonner qu’il n’ait pas (que je ne lui connaisse pas ?) un statut de classique phare : c’est étincelant, de maturité critique. D’élaboration critique, critique sur critique, sociologie des stades critiques. D’une épistémologie hyper-articulée, sociologisée avec un soin redoutable. Réflexivité à un niveau de précision, d’élaboration, toujours émerveillante. J’en suis là : à m’exclamer, à passer d’un éclat à un autre, sans encore digérer,...

0

“Leurs moments savants” – savance et intermittence, JC Passeron

Très vif plaisir à la qualité d’articulation (distinction, critique) posée dès les premiers propos par Jean-Claude Passeron dans Le Savant et le populaire, Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, 1989, avec Claude Grignon, époque intenses de la culture critique. Il place par exemple très vite (juste il pose ; au lecteur de se tortiller à cette place sur la crête) les ambiguïtés ou plus des positions des intellectuels lettrés et autres savants, “les fractions intellectuelles des classes dominantes...

0

Indologies comparées – et anthropologies des classes et castes

À noter et suivre, évidemment, les bifurcations des indologies française et britannique quant à l’anthropologie des castes, si on intègre les facteurs des idéologies sociales sous-tendant les études nationales : David Cannadine dans Class in Britain (1997, et projet pesant sur les thèses tout à fait spécifique et déterminé, contra E.P. Thompson et à l’inverse contra M. Thatcher) rappelle la représentation sociale dominante de la hiérarchie, malgré les avancées de la structure du vote aux temps des Reform Acts et...

0

Norbert Elias sur l’exclusion comme relation ; statut du culturel

Encore un travail impressionnant. Combien il faut de milieu intellectuel et universitaire (ici international, d’une densité institutionnelle et politique, géopolitique finalement, massive) pour faire émerger de telles contributions. Norbert Elias, avec John L. Scotson, The Established and the Outsiders, additionné ensuite d’une introduction théorique : Towards a Theory of Established-Outsider Relations, 1965. J’en trouve la version traduite en français, par Pierre-Emmanuel Dauzat, Fayard 1997, avec une introduction également lucide et pointue par M. Wieviorka. Qui met les pendules à l’heure...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search