Étiqueté : sociologie

0

Mauss d’époque, Mauss de recherche – nation/s

Mauss étonnant, entre aise dans les discours d’époque ( « civilisation » ambiguë, « hiérarchie et classification » « des peuples et nations », analogie biologique…), maintenant difficile à lire sans cringe d’inconfort, et frayage d’une sociologie de la nation – posée de fait méthodologiquement (so far) sur une philologie (« nation ») et une « histoire des idées » « comparée ». Le « sens du social » : théorie de la formation = intégration de la nation (concept...

0

Mauss : la nation donc l’international(isme)

Tiens, is there a connection here? Entre chercher les articulations entre sociologie et psychologie, pour cerner « le sens du social » (p. 9, cité de Mauss même), et aboutir . à la nation pensée en série avec le socialisme, la nationalisation, la critique du bolchévisme, . et enfin, même série, avec l’international et l’internationalisme, et/ou « l’intersocial ». « Le milieu de milieux », les niveaux articulés qui forment un « système intersocial de systèmes sociaux » (cité p....

0

Marcel Mauss – sociologie et psychologie

Début dans Mauss sur la nation – « ou le sens du social », édition de Jean Terrier et Marcel Fournier, dans le cadre d’une ambitieuse « série Mauss » de Florence Weber aux PUF, 2013/2018. Il s’agit du rapport entre sociologie et psychologie qui m’importe et me titille – depuis Benveniste et Meschonnic, et les limites de la poétique sur le rapport qu’elle permet précisément de problématiser, avec foi, quant au carrefour du sujet transsujet. Ce fil depuis Saussure,...

0

Nietzsche fait lire Foucault – et Saussure et la naissance de la sociologie

C’est sur qu’on se sensibilise à la méthodologie de Foucault en passant de près dans La Généalogie de Nietzsche. Distance critique mieux assurée sur sa pratique philosophique qui est une opération sur l’histoire. Manipulation, façonnage de l’histoire, dans un mode comparable, intertextuable, avec Nietzsche et sa philologie paléontologique, la préhistoire de l’homme. Terrain de science d’époque et terrain de fantasmagorie conceptuelle, anthropologique, et épistémologique. Valeur des plongées dans telles séquences, des projections de telles évolutions / ruptures. Valeur conceptuelle et...

0

Modernité de la culture : observer et participer

Je comprends mieux, enfin, le positionnement de réflexion où travaille à se mettre Anna-Louise M, depuis 75 à ses seminaires de traduction avec les migrants et ses initiatives universitaires. Un travail de, habitat de, l’interface, et une attitude d’observation et participation (c’est l’ambiguïté difficile conceptuellement de la modernité, à la G. Stein) à l’invention du devenir social, culturel, politique, de l’espace de l’interface et au-delà vers les hinterlands plus profonds plus centraux. Position de l’ethnographe : interface de la traduction,...

0

Olivier Roy de nouveau – not « Islam et politique »

Attirée encore vers O Roy : L’Echec de l’islam politique, finalement y passer. Phase ancienne, des objets historiques et de l’analyse et de l’état des débats – et pourtant, une clarification nécessaire. Presque 30 ans. Dans La Sainte ignorance, une clé sur la distinction entre communauté et société. Clé pour la conceptualisation des nouveaux effets sociaux de religiosité, en mondialisation avancée. Ainsi qu’une discussion de l’anthropologie religieuse (Asad, Geertz), et du culturalisme. Débouchant dans la figure du Clash of Civilizations....

0

Hypocrisie : pratique du social

Toujours Roy et la lucidité anthropologique que génère son exploration des combinaisons mobiles entre marqueurs culturels et marqueurs religieux, entre culture et religion. Ici, un point sur l’hypocrisie, qui touche également, se relie à, un autre point sur la marge : ce que les sociétés laissent faire, alors qu’elles se réclament, en tout consensus public, de valeurs nettes et ordonnées. Gestion, par exemple, du péché et de la faute – prostitution, alors que prétentions de ; tolérance y compris négociations...

0

Lectures inertes. Sociologie de la radicalisation

Farhad Khosrokhavar, sans doute recherche indispensable, mais Radicalisation, de 2014, fait comprendre ce qui laisse une lecture presque morte :  rythme et mouvement, sans portée (désorganisé, organisation quand elle est là disproportionnée, sans forme, où la physique du sens ne peut pas s’accrocher s’embrancher). Le texte ne donne pas son mouvement  non plus par l’absence de présentation du rapport entre remarques apportées et travail de leur production : quelle méthodologie, quelles enquêtes, quelle constitution des faits, savoirs et conclusions ?...

0

L’institution : question des 60s

L’Institution renversée, et tout le travail de présentation des expériences et débats et auteurs et concepts par Valentin Schaepelynck, fourmille de ces brillantes propositions, ces points de vue pénétrants, forts en liberté intellectuelle et chemins originaux. La qualité de ces apports –  et leur contexte historique de possibilité. Mais vu globalement aussi : pourquoi l’institution, comme objet si commun, si travaillé, par de tels points d’entrée disciplinairement et socialement divers ? Objet, question, d’époque. Époque de la décolonisation – je...

0

Lapassade contre Durkheim – institutions et instituant négatif

Et Leiris aussi, expo projetée au Musée de l’Homme en décembre 1968, « Passages d’Age d’Homme » : sur le rite d’initiation en tant que non seulement intégrateur dans les institutions mais aussi toujours ouvert à un refus de la condition adulte. Contre Durkeim, « le souci durkheimien de saisir la capacité intégratrice des institutions », « thèse sociologique » dit Lapassade. Ici, celles du rite d’initiation ou « L’Entrée dans la vie ». Figure alors de l’ « étranger-participant...

0

Injonction démocratique

Il y a bien une injonction à la collectivité, et au sentiment collectif (Elias dit : par des “symboles verbaux” produisant l’attachement et l’émotion, “nation”, “patrie”). Propre à la démocratie (ie démocratisation). Le corps individuel prêt au “I-we-feeling”, et à la mobilisation dans l’habitus national. Prêt pour le biopolitique. Chair à canon, pour commencer. Injonction à la sécularité. La question religion, mystique de la collectivité de la nation, Durkheim, inconscient social, tout plus profondément mêlé que jamais ici. Plus noué...

0

La démocratie, les démocraties, la politique étrangère

C’est tellement une évidence qu’elle est difficile à saisir et cerner : qu’il n’y a pas la démocratie mais les démocraties – et justement la coexistence et l’interaction avec les territoires qui restent dans d’autres régimes de souveraineté et ceux qui deviennent des potentiels de colonies pour lesdites démocraties. Elias y revient 154 : en soulignant la distinction entre les “great secular social beliefs of the 19th and 20th century societies … such as conservatism, communism, liberalism and socialism” (nice...

0

Nation à l’Etat – Norbert Elias sur la sociogénèse du nationalisme

Elias, toujours impressionnant, sa “Digression sur le nationalisme” dans The  Germans. La double discipline, d’historiciser et de socialiser (passer par l’étude des classes dans leur processus de sociogénèse), toujours au travail, et passant de question à question (un peu dans un désordre essayistique tout de même), corrigeant les vues, discutant les prises de l’histoire des idées, de la philosophie, de l’historiographie, de “l’histoire politique”, de l’économisme marxiste… Autour de nationalisme, par touches, par rappel de séquences dans le “changement des...

0

Excellent Elias sur culture et politique

And how is it done? Only ever through social historicisation. The values, the “we-image” (125) of the rising middle class of the 18th century, with its German specificity : “culture” as non-political but even anti-political, if political in the context means the classes of absolutistic courts or authoritarian princes. In Germany the special situation, of “culture” opposing both “politics” and “civilization” (as le grand monde). History therefore class, class therefore history. (With the proviso noted earlier : that class (economics)...

0

Nation et peuple, contd.

Rappel : que le nationalisme \ le sentiment national (“national pride” et ce qu’Elias regarde ici) est indissociable de la démocratie libérale, et de la souveraineté du peuple. C’est-à-dire que l’international dans l’époque des démocratisations reste associé, par contraste, avec “the international culture of the nobles” (Elias, 18). Histoire des valeurs de l’international, de ce cosmopolitisme (dans l’est limites de l’Europe) à l’internationalisme, en démocratisation beyond liberalisme etc. Ces variations. Il faut vraiment replonger dans ce qui fait pivot avec...