Étiqueté : sujet

0

Reste le conatus, cognitor

Reste le conatus, cognitor. Curieux, notable. Après tant d’arasement, attrition, patience néolibérale et disruptive par assauts successifs, en logique droite – la résistance de cultures culturelles, professionnelles, scientifiques. Sans doute le passage des générations fera le travail que les réformes ne performent pas selon leurs termes, produisant plutôt des formes multiples, souples, “stratégie des dominés” et des vaincus – en-passe-d’être vaincus -, négociations, formes imprévues (ou sont-elles prévisibles dans leurs hybridations mêmes ? Sans doute le fin du fin, le...

0

Identités et gouvernance – le savoir (univ.) pris en pince

Parmi les expériences que documente Arnaud Bernadet : situation de Martin Drapeau, professeur (? check) de psychologie à McGill. Les effets, inscriptions sociales, du néolibéralisme (comme le notait Tim Brennan dans “The DH Bust”, Chronicle of Higher Education, 2017), sur le double front : les sujets identités, et les bénéfices cyniques, commodité structurelle, du pôle néolib, de voir les prolétarisés du savoir se faire démonter, dé-institués, par les ailes gauches réactionnelles, produites par. Brennan identifiait un tel fonctionnement en pince...

0

Morales néolibérales – états de la critique

Les morales, les polices, vérifications d’identité, exigences et aboiements (NB, cancel, geste énonciatif à regarder de près, il a une histoire déjà, précise et en tache d’huile très rapide, social-médiatique, avec une proposition critique singulière, à retracer avec attention), mots d’ordre – je dis “néolibérales” dans le sens d’un bloc historique, qui inclut dans ses déterminations les termes de ses pôles critiques. Identités pédagogiques. Cultural identity 1 chez S Hall ; Bhabha je crois dit précisément “pédagogique”. Identités produites par...

0

Enseignement et coaching – RH du sujet

Another point of puzzlement : Les dévaluations du rapport intergénérationnel de savoir et enseignement, et le succès commercial et managérial du coaching, sous ses formes les plus déclinées progressivement, (y compris la forme simple des cours privés et payants, petit ou grand commerce, où la valeur vient du rapport d’achat de service, acquisition d’un package de skill, certification éventuellement, norme ISO du sujet economicus). Coaching sportif, appeler “coaching” le conseil RH ou de promotion et orientation professionnelle dans les structures...

0

Subjectivités néolibérales : ghosting

Subjectivités néolibérales et “social-médiatiques” (est-ce ça ?), nouvel écho : le “ghosting au travail”, dit Guillaume Erner sur FCulture ce matin, en contexte américain du Big Quit post Covid. Il n’empêche : agir comme (réf à Eva Illouz, sociologie des réseaux sociaux et plateformes de rencontres) sur une interface de machine, argument de l’infini, argument de la déréalisation. Être traité comme un service client, comme un objet de consommation, comme un distributeur. Pics d’expériences dans le rapport enseignant.

0

États du savoir, entre générations – avec B. Stiegler

Bon, Stiegler conduit son propos en manière wild, et animus de pamphlet (se prendre pour…), mais : . oui, générations, sensible dans la pratique de l’enseignement, spécialement cette année de retour à l’université après la fracture Covid. Les étudiants de licence à leur niveau ; les doctorants au leur. Sur cette ligne toujours : les subjectivités contemporaines, jeunes, et les identités néolibérales – précarités dans le travail intellectuel. . dévaluations du savoir, dues à bien des poussées toutes reconnaissables à...

0

Sujets néolibéraux – identités, précarité

Oui une nouvelle ligne, il me semble, se dessine, apparaît sous les pieds, au fil des lectures : la question de “l’individualisme” qui accompagne la “société de réseaux” (termes de Castells, maintenant en partie anciens), plan subjectif de ce qui s’articule avec, aux plans économique, politique, sociale médiatique, tout le bloc contemporain de la mondialisation la plus tardive. Je vois Bernard Stiegler s’énerver sur sa formation comme “minorité” des générations des médias technologiques et du consumérisme, États de choc (2012)....

0

Beauvoir – contd.

Deuxième soirée de lecture, now “connaître et écrire“. Et toujours l’étonnement : la “liberté”, le “hasard”, la “société” et les déterminations (my word this). L’interrogation de “compte fait” semble se poser, dans ces premières dizaines de pages, sous la forme songeuse d’une discussion philosophique, “praxis” et “pratico-inerte”, relations d’objet et rapports miroir de sujets pleins – un mur tranquille insonorisant à l’histoire et au social dans aucune complexité de plus. J’y tire un état contradictoire – sputéfaction, mais aussi plaisir...

0

Simone de Beauvoir sujet – “lire et exprimer”

Extraordinaire expérience de décalage, ou recalage : replongée après un si long et diversement lointain parcours dans Beauvoir, que je prends à Tout compte fait, paru en 1972. Il me faut un temps pour passer un choc de seuil, et me laisser prendre dans le rythme assuré et intelligent des périodes. Comment cette subjectivité est-elle, a-t-elle été, imaginable !? Quelle époque de la subjectivité a été vivable, imaginable, possible à générer, dans ces termes ? Humanismes successifs du premier XXe,...

0

Eva Illouz – subjectivités numériques, sociologie de l’Internet

Tout le laborieux d’Eva Illouz, y compris des directions difficiles à saisir ou à faire entièrement conférer (les chapitres semblent juxtaposés, études, plutôt que construction narrativo-conceptuelle, désorientant) – pour ces pénétrations infiniment précieuses, au final. On les a vues au fil, mais le point d’aboutissement est éclatant. Épilogue : If there is a non-academic ambition to this book, it is to “ease (quoting Emily Dickinson) the aching” of love through an understanding of its social underpinnings. The cruel therapy of...

0

Eva Illouz sur les subjectivités néolibérales : contd.

C’est moi – non pas elle – qui qualifie ces effets de sujet sous le label lieutenan “néolibéral”. Elle dit plutôt “moderne”, et alors avec un sens sourcé dans Giddens mais aussi Weber (économie et société) – tiens et d’ailleurs aussi Polanyi on dirait, bien qu’elle ne le cite pas je crois : sur l’opération analysée comme “dis-embedding” (Why Love Hurts, 174), de l’érotique et de l’émotion. Pourtant : elle en est bien aux formulations telles : Like no other...

0

Eva Illouz : autonomy & recognition – sociologies of modernity

Eva Illouz, luminous as she can be. The cruelty of sociology and its source of relief too, as disindividualization. Unstrangulating. Confusion is a psychological trait, but its etiology often has a sociological basis. (Why Love Hurts, 135) As simple as that. Pointed. The implication of Hegel, slave & master dynamics in the subject / object patterns of recognition, with the Kojève input : particularly clarifying. On the modern contradiction of the subject. And of course then Butler. 130-131. I remember the...

0

Subjectivités néolibérales ; université foyer d’enjeux

J’ai beaucoup en tête ces jours, circulant, proposant des envisagements de rapports à essayer, encore très effilochées, des suggestions de liens à déceler (et faire : cf G Stein, « Composition as Explanation »), entre les subjectivités néolibérales, pour lesquelles je tiens fermement la rampe méthodologique d’Eva Illouz, les peuples du numérique, et le point de cristallisation que concentre, encore une fois en cet âge pouvoir-connaissance, l’université. Dans les années 1870 il y avait eu ce nouage musclé, très moderne,...

0

Eva Illouz contd. Sociologie des subjectivités néolibérales

Toujours en suivi du travail serré, parfois laborieux (et parfois productif de matières limitées) mais à la hauteur de la tâche, et surtout éclairant toute la difficulté, l’exigence droite, de la tâche : exercer une sociologie (ex. par la perspective stricte d’une écologie des choix sexuels et amoureux) sur les conditions contemporaines de subjectivation, et les parts amoureuse, intime et sexuelle des processus de subjectivation en late modernity. Presque une pureté méthodologique, examen strict, des divergences de chemins interprétatifs, entre...

0

Subjectivités néo-libérales – écologie

J’y pense, je tiens ce fil, de la question des identités active – activée –  dans les contextes universitaires et articulation avec les milieux et développements actuels de militante (nouveaux sujets politiques, émergences de, formation de, façonnement de) – mais aussi, c’est un continu qui me paraît certain, caractéristique, et donc à reconstituer dans sa logique, avec les nouveaux sujets du désir, du sexe et de l’amour tels qu’anatomisés par la sociologie d’Eva Illouz. Ici Why Love Hurts, A Sociological...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search