Étiqueté : traduction

0

Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi...

0

Traduction, OTSOG, compagnie

J’aime la responsabilité d’être mon propre dictionnaire – décisionnaire des qualités, couleurs et tons, modelages, sémantiques. Ce renversement doux, long d’une carrière et d’une vie amoureuse de l’étranger dans l’anglais et l’anglophonie (ah my darling Onion, coup de cœur lexicographique un jour d’été à la Bodleian – et les fous depuis Dr Johnson), du rapport à l’autorité de la langue. Sans – of course – sortir d’une immersion consciente, délibérée également, dans les multiples autorités qui flottent dans la langue...

0

OTSOG with Reinhardt Kaiser

Enfin donné acte à la brillante – et basique, duh – idée de connaître les traductions allemande et italienne d’OTSOG, mes compagnons exacts. Je reçois hier la version de Reinhardt Kaiser, pour Suhrkamp, datée de 1983 (ou est-ce 1980 pour l’édition pré-proche ?), et 2021 Auflage même. Sous-titre inscrit – et résultant très certainement de proposition du traducteur négociée avec l’éditeur, façade : Ein Leitfaden durch das Labyrinth des Gelehrsamkeit. On a effacé Tristram. L’un des pôles de ma curiosité...

0

Traduction, contd.

Le plaisir de la “reprise” : autant la traduction en déchiffrage est délicieuse pour l’intelligence de l’anglais original si épousé, et aimé autant le deuxième passage, que je laisse souvent attendre par hésitation, crainte, porte vers un autre délice (et peines) : le passage à la voix, la sienne, la mienne. Mienne dans. Épousailles et étonnant espace, occasion, de ma voix. Mon paysage de langage bien sûr. Que je parcours ; où je me repossède des parcours, élargissements, infusions, ventriloquie...

0

Traduction contd.

Nouvelles (pauvres, il y a beaucoup de désert dans cette longue traversée) configurations de l’expérience de la traduction : slow work, slow research, slow literature. A ras du langage. Combien la ressource est tourbillonnante, kaléidoscopique, à toutes ses échelles. Cette vitesse est affolante, et elle est douce aussi. Son contraste avec la cadence quotidienne imposée est son caractère le plus marquant peut-être.

0

Isabelle Kalinoswki, Leçons wébériennes

Gestes éditoriaux, énonciatifs, d’I Kalinowski, dans ses Leçons wébériennes : . laisser l’échafaudage du contexte de production : rédaction de la réflexion construite au cours d’un séminaire . choix explicite, souligné comme principe, d’impliquer des “citations longues”, soit pans de textes, traduits pour la premier fois – le séminaire et sa mise en texte des contributions scientifiques donc en eux-mêmes. Philologiques. Lectures. Mise en lecture . et, j’y repense sur un commentaire noté hier : une voix féminine : dans...

0

Lire Isabelle Kalinowski dans Weber

C’est aussi lire le travail (en sourdine, en sous, basse) éditorial, philologique, de lecture, tout connecté en culture et en recherche, et la qualité qui me touche ici, à quoi j’ai l’oreille sensible : la qualité du texte écrit par traduction. Dans un esprit de reprécision (après deux traductions déjà existantes).

0

Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt...

0

Traduction, traductions

Note minimale au fil : bon de me trouver, en période 2021 de l’avancée à travers OTSOG, à lire aussi en long séjour une traduction, comme je fais rarement. La Storia, grand-roman expansif, traduit par Michel Arnaud (1977) avec précision, netteté, and spirit. On lit bien une traduction (et choix de notations explicatives insérées dans le texte sans distinction éditoriale d’ailleurs), on en ressent les régimes différenciés : le translationese, qui peut être discret et élégant (il donne ici un...

0

Olivier Beaud – *Le Savoir en danger*

A quels signes on reconnaît une position de parole. Quelques pages d’entrée dans Le Savoir en danger et les réseaux sont posés. Processus comique de mon déplacement devant, en 30 minutes de lecture, n’ayant plus que vaguement en tête le positionnement d’O. Beaud dans les débats jusqu’ici, sachant seulement sa présence investie et informée. Penny dropping. D’abord, la sensation soulageante que certaines suggestions, représentations, arguments, soient tenables : Einstein, Jaspers, le libéralisme universitaire allemand, que j’ai à moitié pardonné à...

0

Vivre dans la traduction

Page 100 aujourd’hui, tiens. One third into OTSOG. Ce long séjour. Je savais qu’il préparait des temps de circulation, convolution, excursus, tissages inattendus, et parfois faux, mais n’importe. Volutes boucles de l’imagination des langues et des textes. Des phases, des tons et jusqu’à des identités différents du projet même. Ainsi que de longs aplats un peu abrutis, uninspired, en séjour de translationese. La longueur assure ces passages de dysphorie, ils ont un sens et une fonction. Curious that. Flux et...

0

Traduction – expérience d’habitation

Immersion, longueur du temps vécu dans un texte et ses prolongements résonances échos étendus distendus – souplesses étonnantes de ces rapports, vertige d’élasticité, les possibles de l’histoire dans ses parcours pourtant fermes, déterminés, doubles par les clôtures des deux langues – par l’espace de la traduction. Vivre avec un texte, l’habiter longtemps : c’est ce désir-là qui m’a amenée à l’idée de traduire. OTSOG. Délicatesse des apprentissages, compréhensions, pénétrations, qui se forment et émergent, évoluent et circulent, dans ce long...

0

Tréfonds de la valeur

Just realized something bright and amusing again: avec la traduction, je passe dans une sphère plus inférieure encore dans la série, cote, des valeurs « culturelles » contemporaines. « Tréfonds de la valeur », à la Saussure, pris par le rebours de l’ironie.

0

Seuil de lettres – positions de la traduction

Tiens, une nouvelle situation éditoriale, au moins considérée le temps de sa projection utopique (projet de traduction d’OTSOG envoyé) : je serais donc posée dans un champ magnétique tiraillé, partagé, entre censure et liberté de la langue et de ses régisseurs. Position de Moderne, enfant de la culture moderne, méritocrate à apparition récente, sans héritage, dans les lettres. Héritière scolaire, qui n’est pas héritière des lettres. (Déclinaison très locale, et pourtant pertinente, de « moderne » : modern languages, concours...

0

Écrire et traduire : voice and exit

Je ne sais pas à qui je m’adresse.  Aussi simple que ça, et aussi structurellement incapacitant. Condition existentielle, lestée par une douleur sociale et personnelle. Non qu’il y ait grand mystère à la nature et aux coordonnées de cette rupture de culture, de milieu, de socialité ; de communauté discursive. Pourtant, par enseignement-recherche et par l’étranger, au moins travaillée en trans-espaces, trans-classes culturelles. En temps de LPR et de laïcisme républicaniste d’Etat qui cherche à s’imprimer sur le territoire des...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search