Étiqueté : traduction

0

Le corps du savoir : C. Jacob, l’incorporation

Je comprends mieux (dans le chapitre “Mais où est passé Socrate ?”, soit : qu’a-t-il fait de son corps dans ce temps de solitude et contemplation, arrêt, tandis que l’assemblée partait s’installer pour le banquet après concours de poésie, 116) ce qu’il en du corps dans la construction historique de C. Jacob : il dit plus précisément “incorporation” ; la question est celle de la transmission des savoirs, et d’une conception matérialiste de cette transmission, anthropologique (nécessaire, par la distance...

0

Boucle des classiques – “humanités” numériques

Je continue à m’émerveiller, maintenant en suivant C Jacob pas à pas, conquise et attentive, prête au détail, moisson, par tous apports qu’il choisira. Beaucoup à apprendre, d’un regard frais sur l’hellénistique, française, et à cogiter, du rapport bousculé aux classiques dans le cours de ma propre vie de “travail savant”. J’ai appris à situer les Classics dans Arnold et puis dans l’ironie des modernistes, Woolf, Strachey, Hulme & Lewis, Eliot. A me situer dans les ornières en place, au...

0

Grèce polychrome – contre classique

De même : la représentation ancrée de la statuaire grecque si éblouissante blanche, classiquement muséifiée telle, qui fait paraître si scandaleuse l’assurance archéologique de la polychromie. Combien la “Grèce” est orientalisée, multiculturalisée, au sud de la Méditerranée et dans les terres de l’est qui vont faire l’empire jusqu’à Byzance et aux Ottomans. Évidences qui sont pour autant bonnes à repasser, resituer resémantiser, en les corrélant aux nouvelles coordonnées comprises.

0

Translatio de la philosophie

Très certainement : il faut se caler dans cet après du transfert – non pas la (seule) philosophie, et Athènes, comme point d’origine de “lacultureuropéenne”, ensuite déclinée dans la chrétienté médiévale et son modèle métaphysique, mais bien la translation de la tradition aristotélicienne, dès si tôt, au Sud et à l’Est, et dans un creuset d’alliages de langues-cultures, à Alexandrie et son épistémologie philologique. Après l’invention de la discipline (technique on peut dire) du concept, l’institution de la bibliothèque. Procédures...

0

Bob, look : now Robert Burton

Vif plaisir à entrer dans la langue de Gisèle Venet, qui me rappelle Line, Charlotte, toute la culture des lettres classiques de l’anglais disons (c’est à la louche), travail historien, et dans la couche de l’episteme (c’est précis, ici, le terme choisi en indigène). Édition collective de l’Anatomie de Burton, 2005 ; la préface me fournit une toile de fond dense en information et substance, en repères exacts de noms, titres, figures culturelles – et en unités de traduction, chaînes,...

0

La “masse culturelle de la pensée” – Schlanger

Par contre ceci absolument (je sais lire Schlanger, après séjours répétés, comme je ne sais pas encore lire Stengers) : Ceci est un livre sur la pensée, sur la masse culturelle de la pensée. Dans l’horizon intellectuel l’intéressant déborde de toutes parts le savoir ; c’est cet excès qui est la substance de la culture. Il y a trop à perdre à décider que l’histoire culturelle est dans son ensemble insignifiante. Trop à perdre en arrière, dans la dimension du...

0

Table ronde OTSOG : projet ? 📌

Set up pour une table ronde des traducteurs : conditions éditoriales, qualification/situation des maisons d’édition, types de contrat et entente, politique globale, et spécifique, de traduction, négociation et sens local des droits [degré d’autonomie et choix autonomes] points saillants dans l’expérience de la trad et de sa négociation culturelle & éditoriale : appel à expression, singulière personnelle & locale rapports entre traductions ? cf intro du traducteur alld, cité ds It et Esp ; Merton reprend “Italianate edition”. réceptions (invitations?,...

0

Enrique Murillo : voix avec OTSOG

Immédiatement plongé dans le jeu : le traducteur espagnol Enrique Murillo, déjà avec un astucieux “adivinacionistas” pour adumbrationists, et l’entour de la phrase. Another friend. Et encore une fois – ici par une dimension entière ajoutée -, la traduction, non binaire, non “stylistique-comparée”. Le polylogue avec mes homologues engagent des systèmes entiers, linguistiques et littéraires, et philologiques. Pans européens. Caisse de résonance de la culture lettrée et de ses devenirs et réexplorations, réflexivité continuée (par une ironie propre au langage).

0

TS in contexts of DH

Note après table ronde au colloque EAST4 : East Asia Translation Studies de la semaine dernière, Université Paris Cité (ex 7), Florence Zhang aux manettes, et Cécile Sakai pour la table ronde en particulier : en effet, air du temps, faveur institutionnelle, et inscriptions matérielles des plateaux “postcolonial” et “mondialisation” dans les traductologies, mais où voir les traces éventuelles d’intersections possibles entre Translation studies et Digital Humanities ? On pose le pied sur une ligne de fracture peut-être, simplement :...

0

Numérique et traduction : objet obligé

A la faveur de la 4th East Asian Translation Studies Conference, programmée à Paris 7 à la fin du mois : apparaît à saisir, ligne de mire nette vers laquelle il y a en effet à se tourner, objet tout donné pour moi : les thèses et idéologies actuelles sur le rapport entre numérique et traduction, dans l’horizon de la mondialisation. Après théories, histoires et pratiques la premier année 2014, après interrogation de la notion de “East Asia” (langue véhiculaire...

0

Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi...

0

Traduction, OTSOG, compagnie

J’aime la responsabilité d’être mon propre dictionnaire – décisionnaire des qualités, couleurs et tons, modelages, sémantiques. Ce renversement doux, long d’une carrière et d’une vie amoureuse de l’étranger dans l’anglais et l’anglophonie (ah my darling Onion, coup de cœur lexicographique un jour d’été à la Bodleian – et les fous depuis Dr Johnson), du rapport à l’autorité de la langue. Sans – of course – sortir d’une immersion consciente, délibérée également, dans les multiples autorités qui flottent dans la langue...

0

OTSOG with Reinhardt Kaiser

Enfin donné acte à la brillante – et basique, duh – idée de connaître les traductions allemande et italienne d’OTSOG, mes compagnons exacts. Je reçois hier la version de Reinhardt Kaiser, pour Suhrkamp, datée de 1983 (ou est-ce 1980 pour l’édition pré-proche ?), et 2021 Auflage même. Sous-titre inscrit – et résultant très certainement de proposition du traducteur négociée avec l’éditeur, façade : Ein Leitfaden durch das Labyrinth des Gelehrsamkeit. On a effacé Tristram. L’un des pôles de ma curiosité...

0

Traduction, contd.

Le plaisir de la “reprise” : autant la traduction en déchiffrage est délicieuse pour l’intelligence de l’anglais original si épousé, et aimé autant le deuxième passage, que je laisse souvent attendre par hésitation, crainte, porte vers un autre délice (et peines) : le passage à la voix, la sienne, la mienne. Mienne dans. Épousailles et étonnant espace, occasion, de ma voix. Mon paysage de langage bien sûr. Que je parcours ; où je me repossède des parcours, élargissements, infusions, ventriloquie...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search