Étiqueté : traduction

0

Traduction – affects du langage

©️ exposition Le Goût de la Renaissance, Hôtel de la Marine Traduction. Comme la génération du langage passe par un tout autre canal à la traduction qu’à l’écriture – où elle s’impose, forme au passage, coule, et faire venir la pensée, en bousculant les formes convenues, au plus grand plaisir sémantique. Je m’émerveille des trouvailles naturelles des traductions faites, les plus unassuming. Qui tombent juste, sans victoire particulière.

0

Intimité du langage – philologie, logophilie

Étrange intimité de la langue et des philologies – d’être si caressantes, et piquantes. J’ai en ressource, trésor actif, sur la table ou planche ces jours-ci l’Oxford Dic of English Etymology, et le gros, glossy Bulletin de la SAV : ravissement. La qualité de proximité justement. Le langage aussi intime, aussi du sujet direct et au ras, à la peau. Trilled in translation.

0

Ambedkar, prose : trans-lucide

La traduction seule d’Ambedkar montre par la dissection les fonctionnements de cette voix rhétorique si signée. Et c’est une intimité – je le sais déjà maintenant, c’est maintenant que je le sais – qui va être quasi impossible à partager. Non seulement la poétique Bhim, la rhétorique du légiste, du militant et du polémiste. Aussi : une efficacité dans l’anglais, qui ignore librement, d’une manière délibérée encore à qualifier, les exactitudes de la syntaxe et coupe direct, dans un bien-entendu...

0

Ambedkar, Bhim prose

Quelque chose de la prose d’Ambedkar s’agissant de la ponctuation. L’absence, parfois contre-naturelle, de virgules aux articulations logiques ou syntaxiques. Forcer les rapports ; tout faire porter aux mots-poids du lexique. Ponctuer, scander, accentuer. Toujours Bhim.

0

Ambedkar brut – vulgaire

Il y a du brut de décoffrage dans l’écriture d’Ambedkar. Qui entraîne des imprécisions logiques et sémantico-syntaxiques, des sauts, négligences, et aussi raideurs (comme si la pression de l’à-dire devait avoir priorité sur la mondanité de l’expression, et son contrôle lettré). Il faut le faire entendre. Trouver comment le rendre. Car il est conjugué à d’autres forces poétiques hétérogènes – il y a bien un forçage, par mosaïque. Une brutalité, je l’ai déjà noté : Bhim, jai ! Une vulgarité,...

0

Langues – en traduction d’Ambedkar

Bonheur de retrouver les pans de journée vécus dans le milieu de la langue. Des langues. Mes deux, et tout l’horizon des autres impliquées, sans ligne de fin. Nulle origine : nulle fin du langage. Il y a une part pour la vulgarité, au sens des “littératures toutes vulgaires”, mais une part aussi de formalité, due à la fois au registre de la défense juridique, et du rapport (minoritaire) à l’État. Les poids des accents sont plombés, en fin de...

0

Tons d’Ambedkar

Le ton plat et bas, l’animus rentré, les mots pas plus hauts les uns que les autres – les connotations qui s’en degagent très à l’horizontale et sans exclamation. Le lexique est simple ou trié pour une langue “vulgaire”, publique, égale. La syntaxe de même – mais valence double aussi : celle de l’oralité de la plaidoirie.

0

Ambedkar, à la traduction

Traduction, reprise enfin, après immersion dans plusieurs lectures d’interdiscours : la biographie d’Ambedkar par Ashok Gopal ; les notes de l’édition critique d’AofC par Anand ; après lecture d’Arundhati Roy pour décider dans quelle direction orienter mes premiers choix pour le livre. L’essai de Roy est clairement dédié à un déboulonnage de Gandhi, et la “Mahatmahood”. Réjouissant, informé, nerveux, efficace – mais décentré par rapport au souci de l’œuvre d’Ambedkar, et de sa meilleure mise en lecture. This at least...

0

Socialités de la traduction – exercice de la logomachie

Intéressant, notable : les démarches, sociales, qui sont nécessaires quand il s’agit de rentrer dans un champ scientifique ou culturel (de production culturelle), et surtout de projeter d’y intervenir. Immédiatement happés dans un milieu – logomachique, à angles donc, et en tension. Il s’agit d’apprendre à repérer les zones et les lignes d’argument et de position qui régissent leur géographie. “Violence de la traduction”, et ses philiai aussi : ici. Plus simplement : ses négociations, âpres, évidemment. Lutte. “Lutte dans...

0

The politics of translation : qualia

Upset and instructed both, after first echoes of the situation of translation rights for Ambedkar’s Annihilation of Caste. Thankful, also, to the persistence and fighting aplomb of Navayana, which I continue to discover in its actual historical breadth, and urgency. The Print has an article on “Ambedkar going global”, on the occasion of covering the event organized to mark the publication of AoC‘ Annotated Critical Edition in Hebrew translation (7th September 2023). That horizon is quite an uphill. But :...

0

Savoir sans savoir : indologie

Je parlais : des castes. Aussi opaque, balbutiements tâtonnements de perception dans les rapports sociaux observés, que le grand thème de la hiérarchie de classes anglaise. Connaissance presque entièrement livresque et abstraite. Des effets molaires qu’on reconnaît une fois cernés, mais qui ne se sont pas construits par un apprentissage social. Expérience d’une situation pour autant générale, encore une fois : combien on reste aveugle devant des expressions sociales qu’on manie en concepts avec toute habileté, et sur lesquelles on...

0

Traduction et épreuve de réalité : états éditoriaux d’Ambedkar

Juste un peu défrisée, en recevant le premier des nouveaux livres parus depuis que j’avais travaillé sur Ambedkar à Shimla, par l’avancée éditoriale remarquable depuis, 2015 je crois. 2016 année de RVemula. Actualité très vive autour d’Ambedkar, c’était certain, ces derniers année terrain et objet d’enjeu stratégique – par ce nouveau sondage de l’état des discours et des productions, ce sont les effets et les produits que j’en vois. J’ai donc à faire l’accommodation nécessaire, et commencer par apprécier le...

0

Merton, Ambedkar : facettes de la traduction, transmission / conversion

Je suis frappée par la différence de thème, l’horizon de désir tout à fait autre, alors que je passe d’Otsog au projet sur Ambedkar. Merton m’a entraînée vers une région de la traduction faite des textes, tissages et réseautages de textes, dans la grande longue texture des lettres – dynamique du “postscript“. Et l’histoire des disciplines du textes, du sens et du social, les Deux (et plus) Cultures. Par un biais imprimé par le thème mertonien de la réflexivité, sociologie...

0

Par la traduction, d’Ambedkar : Bhim dans les énonciations de la décolonisation

Les couloirs, corridors, circuits, labyrinthes, où m’emmène la traduction d’Otsog se sont enfoncés dans l’histoire des textes et des Lettres, dans une réflexivité jouissive. Ceux de l’écriture, de la prose d’Ambedkar, sur un autre terrain, pourtant autant lié au travail de l’énonciation, soit du texte sur lui-même comme intervention dans les textes. Ici l’écheveau, la carte des matières discursives à parcourir et réinscrire, tout en l’inventant en logothète parmi les autres constructeurs de la nation indienne en émancipation du Raj...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search