Étiqueté : université

0

Littérature d’intervention – de quoi le nom ?

Configuration émergente – je ne l’identifie dans son ensemble que récemment : Mathilde Roussigne sur une ethnographie de la littérature, avant quoi toute la généalogie des auteurs enseignant à Vincennes (et effets de generation lisibles) et jusqu’à la création du master de Création littéraire ; Marielle Macé sur l’essai, Alexandre Gefen sur la « littérature d’intervention » donc (Corti, 2021) . un phénomène français – parisien et mondain ? Lettres et ses imaginaires sociaux, dont ses moralités ? Voir alors...

0

Par où prendre – IG moment

Après crainte de submersion et délicatesse vis à vis de l’engagement (quelque profondeur qu’il ait), dans le moment « islamo-gauchisme »,  je me suis retrouvée replacée à un chez-moi très référencé, prêt pour l’engagement du discours. Un point d’ancrage fort : le long processus de construction du moment « nouveaux réactionnaires », initiateur des travaux de Polart, jusqu’à la rédaction de l’ « Essai de poétique du peuple », travaillé à partir de Taguieff. Mais donc la voie, la vista,...

0

Etc. islamo-gauchisme – interpellations

Il en va pour une part de la pédagogie – vulgarisation scientifique, en situation d’opposition politique. Mais donc aussi de stratégie intellectuelle, critique, politique. Oui ça va dessiner des champs, avec bords, camps, nouvelles alliances et nouvelles (ou renouvelles) dissidences ; recompositions possible, en jeu. Le consensus scientifique déjà brisé avec les interventions de Noiriel-Beaud / et al. Des champs qui se donneront à la lecture, bien. Mais ensuite, ou aussi, la pensée stratégique. Qui se pense et s’invente en...

0

Islamo-gauchisme etc.

Toute cette semaine affairée autour de l’esclandre « islamo-gauchisme », que Frédéric Vidal a eu la bêtise de prendre au Figaro et à JP Elkabbach (entretien sur CNews, 14 février). Je ne cherche pas même à y répondre, sans envie de fouiller dans ces fourrés d’entrelacs discursifs, alors que : toutes ces prises de parole, de tous côtés, démultipliées par le commentariat. Je ne peux pourtant pas éviter de me faire passer par les échos, et la masse des discours...

0

Écrire et traduire : voice and exit

Je ne sais pas à qui je m’adresse.  Aussi simple que ça, et aussi structurellement incapacitant. Condition existentielle, lestée par une douleur sociale et personnelle. Non qu’il y ait grand mystère à la nature et aux coordonnées de cette rupture de culture, de milieu, de socialité ; de communauté discursive. Pourtant, par enseignement-recherche et par l’étranger, au moins travaillée en trans-espaces, trans-classes culturelles. En temps de LPR et de laïcisme républicaniste d’Etat qui cherche à s’imprimer sur le territoire des...

0

More precisely – Hayles and DigHum

Still in wonderment and impatience, a second morning in Hayles. So the – I want to say sociological, that’s as a caution and apology for my immediate distaste, hackles raised and still alert, feels like prejudice, use it then – my sociological reaction to the discursive mode practiced is now better identified, located : tech. Institutionally for instance ( and Hayles is innocent about the majoritarian aspiration, and the resident spirit of integration, which animated the whole) : King’s College...

0

Katherine Hayles : what obtuseness?

The recognition was immediate : a socio-cultural epidermic reaction to How We Think. Digital Media and Contemprary Technogenesis (2012, U of Chicago P). « Nerdy » an initial, prejudicated descriptor. Then the feeling along the walls to identify the characters of this reaction, the peculiar signals it responds to, the vocab, the tropes, the manners. De quoi ces objets, mal construits, ces propositions qui sont des oblitérations, pans d’ignorance déployés, notions écrans, sont le nom. « Obtuseness » is this...

0

Public, audience, interlocuteurs de la « recherche » : Autres

Tiens, une note. Après lecture un peu ébahie de Merton écrivant avec Lazarsfeld sur la propagande (point de vue de l’État, contrôle, pouvoir) – mais soulevant la question des effets (comiques) inattendus de la recherche-contrôle dus aux ingrats mouvements et complexités des publics… Question donc des publics. La note : peut-être le poids devenu insupportable est-il celui du public implicite, épistémologiquement (institutionnellement I mean) orthodoxe, de la « recherche » (dans les conditions où je la poursuis : université française...

0

Prendre le savoir par : l’indépendance

En société de la connaissance, en capitalisme cognitif, et en démocratie communicationnelle et experte, l’université (pour parler d’un pôle emblématique) peut (on peut dire doit) représenter la zone indépendante du savoir. Une indépendance démocratique du savoir doit se trouver à s’insituer. Indépendance citoyenne, comme indépendances anarchiques (anarchistes jusqu’à) de tous poils, libres. (Hmm l’école libre, oui je me souviens, expression de ma génération… Les libertés utilisées pour les points poches et veines d’autoritarismes -) Partir de l’autonomie relative. Son souci,...

0

55 in academia – et surprise de la fantaisie

Cette humeur de quinquagénaire de l’université, continuant à comprendre ce que c’est que d’être portée dans le mouvement de génération, flailing about somewhat with the institutional ground so shifted all the while. L’humeur m’indique des choses à savoir, soudaine sues par position : en séniorité on peut se trouver dans des positions de pouvoir, direction, que j’ai écartées. Unnatural. Mais aussi en position de consultant – direction de recherche, reviewing, comités de valeurs scientifiques, jurys. Et en position, c’est autre...

0

Les livres impossibles

Est-ce que les livres sont impossibles jusqu’à ce qu’ils soient écrits ? Et alors l’emmurement est une figure de l’écriture elle-même, que certains et sans doute beaucoup ne dépassent jamais. Ou bien les livres – universitaires – deviennent-ils impossibles ? Autour de chacun, tous ces terrains de travaux forcés et grinding down. Donnant lieu à des initiatives (utopies) comme telle du groupe de livre suggéré par CT. Et notre writers’ club. Poussif. Céline, Isabelle, … D’autres vivent le confinement actuel...

0

Écrire – lubies

Peut-être ?, faut-il ?, projeter d’écrire les lubies. Finalement retrouvées, ou légitimitées. Et laisser écrire par tâtonnement de goût, aveugle au sens. Infra. Par le dedans de l’experience, par le bas de la raison. Ici une ethnographie du savoir. Savoirs dominés ? Savoirs … quels adjectifs, justement ? (Oui, NB : ethnographie : ses rapports, doubles aussi, avec les positions dominées.) Le dominé et ses attentions, ses savoirs. Ses positions positionnellement critiques, marges. Par exemple ce matin : l’intimidation, la...

0

Culturel et solidaire : sciences confinées

Bon : notes de journal de quarantaine, mais aussi de journal de la foi scientifique. Je suis devant l’immense entreprise polyphonique de La Vie intellectuelle en France, vol. 1, Charle et Jeanpierre. Et dieu qu’il y a de richesse flamboyante et articulée dans ce milieu des travaux d’histoire culturelle, avec toutes ses méthodologies et toutes ses oeuvres. Les idées de questions, leur inventivité, la pépinière, et alors aussi le milieu en effet qui les favorise : ici par semple une...

0

La guerre des programmes : cambouis, sa joie

Archive et documentation, et déballage affecté et polémique, de Serge Cospérec, sur l’Enseignement de la philosophie, une réforme impossible ? (1975-2020). Publié par Lambert Lucas. Ce que j’y aime : le cambouis d’un problème particulier, noeud, qui se noue et se retourne au fil des décennies – qui continuent à se documenter et s’épaissir en histoire du savoir-pouvoir. L’angle discipline est toujours parlant, pour les raisons historiques en France bien rappelées par Emmanuelle Sicart (?, dans La Vie des idées...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search